Nainwak's World Index du Forum Nainwak's World
Combattez des nains de jardins !
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   Liste des MembresListe des Membres   Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Planqué's tale ...
Aller à la page 1, 2  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nainwak's World Index du Forum -> Rêve de nains
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:10 pm    Sujet du message: Planqué's tale ... Répondre en citant

voila, pLanqué's tale c'est une histoire ecrite avec des gars de yevon (enfin surtout moi et zoamel). chaque ecrivain fait une partie et un autre prends la suite ... au debut on etait 6 et maintenant il n'y a plus que moi et zoamel qui continuons (d'ailleurs on prefere sa comme sa :p ).

cette histoire on a voulu vous la faire decouvrir ... donc on va la poster comme ils etaient sur le forum de yevon et on posteras chaque bout a chaque fois que l un de nousd eux aura terminé sa partie.

ne vous laissez pas rebuter par la longueur, c'ets vraiment sympa a lire Wink

enjoy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(Partie rédigée par : Zoamelgustar, Bout de Chou, Ezelroth, Jecht, Frakkass, Neo_bahamut) ....

Il était une fois, un yak qui se promenait dans une prairie. Ce yak était le descendant d’une grande lignée de yak-combattants et de ce fait était très fort. Ce jeune yak (seulement 158 ans) se prénommait ZoulouDesBois (Planqué pour les intimes) et se préparait actuellement à combattre les troupes de Zébus, envahissant les terres du Nord.
En effet, quelques décades plus tôt, les troupes du général Zebuor avaient projeté d’envahir les contrées de Yakland et le roi Yakor avait fait appel à la famille de Planqué (notre héros) pour aller combattre. La famille de Planqué était une famille de combattants qui faisait toujours pencher les guerres en la faveur des yaks et Zebuor la craignait. Zouloudesbois partit donc vers le Nord, équipé seulement de sa fidèle fourrure en poils de yak (quelle surprise), de ses deux cornes et de l'intelligence machiavélique qui accompagne tout yak-combattant qui se respecte.

Ainsi commence son périple qui aboutira, soit à la victoire du royaume des yaks, soit à la mort de notre héros.

Cela faisait à peine trois heures qu'il était parti, quand tout à coup, il fit une curieuse rencontre sur la route : trois yaks à l'apparence plus qu'étrange. C'était les yak-mages, trois personnages d'une ancienne légende yak. Planqué, très courtois, les salua comme le font les yaks entre eux (c'est à dire qu'il leva la queue et fit une pirouette).Les yak-mages lui rendirent son salut et lui dirent :

-Planqué, tu dois nous suivre, tu es l'élu !

Les mages avaient une tête bizarre, se dit notre Planqué. L’un portait des lunettes de soleil sans branche, un crâne rasé et tenait une boîte avec des pilules bleues et rouges dedans. Celui à sa droite portait une combinaison de cuir moulante ( bizarre pour un yak ) et n'arrêtait pas de parler de lapin blanc. Enfin, celui à sa gauche avait un bouc et était chauve. Planqué décida en lui-même : « je vais devoir m’en méfier de celui-là ». Il les suivit dans une petite chaumière. Ce qui surprit tout de suite Planqué fut la déco intérieure, pas en foin et en bois comme dans toutes les maisons yaks, mais en dur et un canapé au centre. Lorsque l'un des yak-mages ouvrit en grand l'une des fenêtres et commença à discourir sur le fait que le monde n'était pas ce qu'il semblait être, Planqué se rendit compte qu'il s'était gouré d'histoire et quitta la maison pour reprendre le chemin du début et se jura de ne plus suivre des inconnus.

C'est alors que Planqué trouva... un ananas ! L'ananas, comme chacun le sait, est un amincissant (c'est un champion dans la réduction du poids !!!). De plus, il diminue les problèmes d'acné : un ancien druide yak assurait que frotter un morceau d'ananas sur la peau neutralise les acides graisseux mais aussi enlève toute pellicule graisseuse qui se dépose sur l'épiderme. Tout heureux de sa trouvaille, notre héros se remit en route.

-Cet ananas aux vertus puissantes va m'assurer de belles rentes, se dit notre héros. Plus qu'à trouver un idiot et lui revendre trois fois son prix !

Le destin faisant bien son travail (notamment parce que le destin, là, c'est moi, derrière mon clavier), un nain se présenta :

-Olah brave nain !! Un fabuleux fruit te conviendrait-il ? Comment te nommes-tu ?
-Urk urk ...euh... urk! Frakkass le nain, pour te... euh... renseigner !


Un mince sourire se dessina sur le visage, impassible d'ordinaire, de notre héros Planqué.

-Oh oh, les dieux me sont favorables, ils ont exaucé mes prières !! (En fait, je suis aussi dieu là, mais je sens des jaloux donc je ne serais pas la morale... )
-Hum! Donc, brave Frakkass, ne serais-tu pas perdu par le plus grand des hasards ? Ne serais-tu pas prêt à m'acheter ce fruit aux multiples vertus ?
-...euh... ??
- Bien ! Parfait ! Je m'en doutais ! Vois-tu, pour la somme modique de 2000 pièces d’or je puis te le céder ! Un trésor de générations dans ma famille depuis des jours !
-...euh... !!
-Parfait ! Tiens ce fruit est à toi !! Ta bourse est à moi !!
-...euh... ?!

Notre héros s'en retourna sur le chemin, heureux de sa bonne fortune... et ne put résister à la tentation. Il se retourna encore une fois pour remercier cet idiot de Frakkass.

- Ah bien, quel plaisir de tomber sur un nain aussi brave !!

A peine sa phrase terminée, 150 kilos de graisse musclée lui sautèrent dessus :

- J'SUIS PO UN...euh... BRAVE !! J'SUIS UN SADIQUE...euh... MÔA !!! BASTOÔN !

Après moult coups de hache en travers de la tronche, le brav... euh le sadique Frakass s'en retourna chez lui, laissant notre héros désabusé, un ananas coincé derrière une narine, gisant à moitié mort sur la route.

Le soleil se couchait peu à peu, tandis que notre héros, agonisant, ne goûtait pas la plaisanterie et ne comprenait pas comment la situation avait pu tellement lui échapper.
Après s'être levé et avoir enlevé l'ananas de sa narine, notre héros poursuivit son voyage en direction du Nord ( comment le savait-il? Car la mousse pousse vers la face Nord de l'ananas, bande de nouilles). Mais notre héros solitaire avait un problème!!! Depuis quelque temps, il n'avait pas mangé et tout le monde sait que les yaks n'aime pas les ananas. Donc il décida de monter à un arbre. Mais (sachant que le yack est le 5ème mammifère le plus lourd du monde, surtout les héros) notre héros eut du mal à grimper, c'est pour cela qu'il eut l'idée ingénieuse de prendre une corde, de se l’attacher autour du ventre et sur une branche de l'arbre pour monter là haut (mais où a t-il bien pu prendre cette corde ??). Mais comme vous le savez tous, il est très lourd et la corde et la branche (les deux à la fois pas de pitié) cédèrent. Il retomba alors de tout son poids sur le cul, ce qui provoqua un cratère de 5 mètres de profondeur et un nuage de poussière qui recouvrit la surface de toute la terre. Ce fut ce nuage qui fut responsable de la mort de nombreux animaux qu'on appelait les dinosaures. Notre héros, assommé par sa chute, ne se rendit compte de rien. Lorsqu'il se réveilla, ses poils avaient beaucoup poussé et il se demanda qui il était et ce qu'il faisait ici. C'est alors qu'il vit l'ananas et c’est ainsi que ses souvenirs revinrent à la surface, comme sa terrible enfance où tout le monde se moquait de lui à cause de son faible poids pour un yak (mais il s'est rattrapé depuis, bien sûr). Mais ça n'était pas le seul souvenir. La vue de l'ananas lui rappela le pire, celui à cause duquel il était devenu ce qu'il était : un yak-combattant solitaire, ne faisant confiance à personne d'autre qu'à lui.

Lorsqu'il était encore en apprentissage au temple du grand YAKari, son maître, la personne qu'il respectait le plus au monde fut tuée par un zébu fanatique une nuit de pleine lune alors que le dessert du jour était justement de l'ananas.
Après ce tragique évènement, Planqué se jura alors de détruire tous les zébus afin de venger son maître disparu. Après s'être rappelé sa quête il reprit son chemin le ventre vide en direction du camp des zébus. Au bout de longues heures de marche il tomba sur des champignons. Son estomac prit vite le dessus sur sa quête. Il en prit tout d'abord un, mais avant de l'avoir avalé, il entendit une petite voix. Il regarda autour de lui et il vit : une pince à linge.

- C'est formidable ça, une pince à linge !!! », se dit le yak. « Je vais la mettre dans ma poche, et avec ça, aucun zébu ne me résistera !!! Je serais le tueur de zébus à la pince à linge.

C'est alors que la pince à linge s'écria:

-Noble héros, ta quête est juste, et ton cœur pur. Moi Oitery, déesse des pinces à linge, je t'assisterai dans ta quête. Emmène-moi avec toi, et ensemble nous ferons mordre la poussière à ces maudits zébus !!!!

Notre héros se mit donc en route avec la déesse des pinces à linge après avoir bien sûr dégusté la plantation de champignons. A la fin de quelques heures de marche il arriva devant un panneau. Celui ci indiquait :
-A gauche, camp des zébus à 3 Km
-En face, camp des zébus à 5 Km
-A droite, camp des zébus à 10 Km
-Derrière, camp des yacks mages.
Notre héros ( pas très fute fute ) pris bien sûr le chemin du Nord Ouest ! Et oui car il y avait là bas une douce ville appelée : "lendroitouyapasdeZebumaiscestunleurre".
Notre héros pris sa pince à linge à deux mains ( on sait jamais, les zébus sont partout) et pris le chemin de la dite ville.

8 jours plus tard ( et oui il était très prudent ) il arriva à la porte du dessous de la ville.
Et là que de stupéfaction !!! Quelque chose l’attaqua, c’était : Une fourmi. Et oui une fourmi, car tout le monde sait que les zébus ont réduit les fourmis à l’esclavage. Mais celle-ci n'était pas seule, il y en avait une multitude et leur maître, un zébu nommé : zébu n°9876543210. Face à tous ces adversaires notre héros ne put faire qu'une chose se battre. Il enclencha donc sa pince à linge magique !
La pince s’allongea ( non pas par terre, elle a grandi quoi ! ) d’au moins un mètre ( c’est une belle pince quand même ). Planqué se mit en position de combat face au zébu. Le soleil se couchait et la lumière se faisait moins présente. Un vent frais glissait tendrement entre les deux protagonistes animaux. Puis tout partit ! Planqué fit une feinte de corps à gauche et passa à droite, le zébu partit pour contrer le tir mais ne put empêcher ce coup fabuleux et commit une faute défensive, Zouloudesbois venait de lui planter sa pince à linge dans le flanc. Terrassé, le zébu ne put lâcher que quelques mots qui se révélèrent importants pour l’avenir du héros :

- va te faire enculeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeerrrrr !!!!

Choqué par cette révélation sur son avenir, il se dit :

-Mais que vais-je faire ?

Il réfléchit longuement en serrant les fesses (on sait jamais c’était peut être un avenir proche). Et au bout d’un moment, il s’écria :

- je sais !!!! Je vais m'acheter un slip blindé !!!! C'est très pratique, très seyant, et cela me protègera des mauvaises rencontres que je pourrais faire (les routes ne sont plus sûres de nos jours).
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
zoamelgustar
Nain-filtré(e)


Inscrit le: 24 Jan 2005
Messages: 55

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(Partie rédigée par Zoamelgustar.)

Tout de suite rassuré par cette idée lumineuse, notre brave héros se mit en quête d'un slip blindé. Mais un slip blindé c'est dur à trouver, alors notre héros se mis en route vers le Yackmarché (le supermarché où il y a tout, sauf ce que l’on cherche). Arrivé là bas il y resta beaucoup de temps. Il regarda dans tous les rayons (du rayon des slips jusqu'à celui des petits pois-carottes), et même qu'il discuta avec la vendeuse qui lui dit qu'il pourrait trouver ça chez Mc Yack. Il se rendit donc là bas. Le vendeur ( gros et pas très très beau ) lui dit qu'il le lui donnerait s’il parvenait à faire une chose : liquider une tribu de bisons brigands qui dévalisait la région une fois par semaine (et très régulièrement le dimanche en plus, aucun respect pour le jour du seigneur ces gens là, enfin ce sont des brigands alors il ne fallait pas s'attendre à les voir aller à la messe ). Et que si Planqué lui ramenait les testicules du chef sur un plateau d'argent alors le vendeur accepterait de lui donner son exemplaire unique de slip blindé « made in Greece » signé de la main d'Enuladopoulos, ce très grand styliste spécialisé en tenues de protection et qui est, comme tout le monde le sait, grec.

Planqué demanda alors : comment est ce qu'il saurait lequel est le chef :

- c'est simple, lui répondit le vendeur, c'est le plus grand et le plus balèze de tous. C’est pour ça qu'il est chef d'ailleurs.

Planqué lui demanda alors comment est-ce que le vendeur saurait que notre héros lui ramène bien les testicules du chef et pas d'un de ses subordonnés :

-tu le sauras bientôt, lui dit le vendeur.

Planqué se dirigea alors vers le village de la tribu des bisons.
Et c'est là qu'il se rendit compte des paroles du vendeur et pourquoi il saurait qu'il ramènerait les testicules du chef.
Il n'y avait que des bisonnes dans le village. C'est alors qu'il compris qu'il n'y avait qu'un seul mâle : Le chef.
Notre héros se dirigea donc d'un pas décidé vers le village. D’un pas décidé « ok », mais bon il flippait quand même un peu. Et oui, le peuple bison était un peuple massif et fort, que beaucoup de peuples redoutaient. Surtout les bisonnes en fait, parce qu’elles étaient psychopathes et perverses ( comme toutes les femmes quoi, lol). Planqué avançait donc, mais silencieusement, comme seul un yak du peuple des sables savait le faire. De buissons en buissons il scrutait longuement les alentours avant de faire un pas.


Et la c’est le drame !!!

Une bisonne qui passait par-là ( on sait pas pourquoi et on s’en fout ) le vit ! D’un geste élégant, elle bondit sur notre ami venant des provinces de Bouhaïlle ( ville de planqué).
Mais comme tout bouaillaux qui se respecte, Planqué sentit le coup venir et roula sur le coté. Il sortit sa pince à linge magique qui s'allongea et se planta dans les deux yeux de la bisonne.
La bisonne ayant loupé sa cible se retourna vers celle-ci et poussa un beuglement assourdissant. Planqué se rendit vite compte qu’il fallait l'empêcher de crier pour ne pas rameuter le reste de la tribu. Il se jeta donc sur son ennemi avec la férocité d'un lion (ouais je dis un lion parce que c'est dans l'air du moment, cqp). Sa pince à linge s'allongea et se planta dans les narines de la bisonne. (Bon il n’a pas un grand mérite parce que c'est énorme des narines de ruminant). La bisonne folle de douleur saisit la pince à linge, à laquelle est toujours accroché notre héros, et dans un mouvement de rotation à 1080° (3 tours pour ceux qui ne sauraient pas compter) envoie voler notre cher Planqué à vingt mètres de distance.
Un peu sonné par le choc, (mais heureusement ils ne vivent pas dans un monde civilisé donc il n'y a pas de bitume partout et l'herbe ça amortit pas mal), Planqué, du haut de ses 10 « dan » se dit qu'il ne pouvait pas laisser passer pareil affront. Il se rua donc à nouveau sur la bisonne mais cette fois-ci il se servit de sa pince à linge comme d'une masse et non comme d’une lance. (De toute façon il maîtrise tous les styles de combat)
Dans la suite du combat, la bisonne fut fortement défavorisée, car la pince à linge étant à rallonge, Planqué pouvait taper tout en restant à distance (c'est un peu lâche mais c'est plus sûr). Au bout de dix minutes, la bisonne n'était plus aussi en forme qu'au début du combat et commençait sérieusement à flancher. Elle dit alors à Planqué que sa durée maximale de combat était de dix minutes parce qu'en fait ce n'était qu'un corps d'emprunt, le sien avait été caché quatre ans plus tôt par un de ses compagnons qui l'avait trahi durant la grande guerre qui séparait les troupes des bisons de l'ouest et les troupes de bisons de l'est, et que si elle restait dans cette tribu au lieu de chercher son corps par delà le monde, c'était parce qu'elle avait eu des rumeurs comme quoi le chef de cette tribu était un ami d'enfance du traître.

Voila ce que lui dit planqué :

-Et alors qu'est ce que j'en ai à foutre de ton histoire, tu es faible c'est tout. Alors casse toi tu pues et marche à l'ombre.

A ces mots une aura brillante entoura la bisonne. Celle-ci sembla alors plus calme, plus sereine. Mais ce que planqué ne savait pas c'est qu'elle était aussi devenue plus forte.

Elle lui dit alors d'une voix différente de la première :

-Ah ! C'est malin tu as mis l'autre abruti en colère, et maintenant c'est à moi de régler le problème parce que lui il est trop cassé pour faire quoi que ce soit.

Elle se lança alors sur notre héros à une vitesse surbisonnesque (elle peut pas être surhumaine puisque c'est une bisonne) et le rua de coups d'une manière si prodigieuse que notre cher yak ne put rien faire d'autre que de subir.
Après 100 coups de poing, autant de coups de pieds et la même chose en coups de boule, notre héros gisait quasi-inconscient sur la plaine, au pied de son adversaire.
C'est à ce moment là qu'une voix intérieure lui parvint :

-Je suis l'echnidé à 7 queues. Mon nom et Knuckles et je peux t'aider si tu le désires.
-Comme ça se fait que je puisse t'entendre alors que je ne te vois pas?
-Je suis à l'intérieur de toi depuis ta naissance. Les grand sages de ton village m'ont affronté il y a des années et m'ont scellé dans ton corps. En temps normal je ne te proposerais pas mon aide mais tu vas mourir si je n'interviens pas et je ne tiens pas à ce que tu trépasses puisque cela signifierait aussi ma fin.
-Dans ce cas là j'accepte volontiers
-Mais je te préviens Planqué, ne compte pas sur moi à chaque fois, tu dois apprendre à être fort par toi-même.

Planqué se releva. mais ce n'était pas le planqué habituel. Celui-ci avait le regard brûlant, avec des flammes à l'intérieur (un peu comme dans ceux de Jeanne). Il serra le poing et dit d'une voix grave (très très grave) :

- adieu vaillant combattant, tu es fort. Mais notre duel s'arrête ici.

Il se rua sur son adversaire le poing en avant et le transperça, comme l'on transperce une feuille de papier. L'ennemi s'écroula dans un râle agonisant et dans une gerbe de sang bleu. Planqué reprit ses esprits et lorsqu'il aperçu le cadavre de son adversaire, il ajouta :

-putain ! j'ai failli me faire tuer par un brave. Heureusement que j'ai sorti un coup critique.

Planqué, sorti victorieux de son long combat, se dirigeât vers le centre du village afin d'aller quérir le testicule auprès du chef du village. Il traversa le village sans encombres. (faut dire que les bras ruisselant d’un sang bleu qui n'était évidemment pas le sien et le cadavre qu'il tirait ne donnaient pas envie de trop s'y frotter). Il arriva au centre du village et aperçut une tente de dimension supérieure à toutes les autres, environ 1.7 fois supérieure. Il sut alors qu'il était arrivé à destination

-Eh oh ! Le chef de ce patelin de bouseux est ici? J'ai une petite surprise pour lui et j'aimerais faire du troc. Il sort ou alors je zigouille tout le monde dans le village.

Sur ces mots le chef sortit précipitamment de sa tente.

-Que me veux-tu étranger?
-rien de plus que tes couilles, au sens propre du terme bien entendu.
-Parce que tu crois que je vais te laisser faire sans opposer la moindre résistance ? Sache que mon nom est Kuj, tremble et met toi à genoux devant moi.
-Ah bon ! Et pourquoi ferais je ça ?
-Parce que je dirige un des guerriers les plus puissants qui soit au monde : Pommedeterretor!
-Ah bon? Et où est-il?
-Pour l'instant il garde les abords du village mais si je l'appelle il, ou plutôt elle, arrivera à l'instant.
-Ah bon! vous parlez de cet amas de chair que je traîne derrière moi depuis tout çà l'heure?
-Euhhhhhhhh, non, non ce n’est pas lui, Pommedeterretor est invincible, il ne peut pas perdre, il s'agit d'un autre de mes guerriers;
-C'est bizarre, pourquoi porte-t-il un écusson marqué...... attendez, j'arrive pas à bien lire avec tout ce sang.......pom...ed...ertor.
-Euhh ! Excusez moi 5 petites minutes si vous voulez bien !

Sur ce, le chef rentre dans sa tente et trente secondes plus tard on entend un hurlement de douleur. Après cinq minutes le chef finit par sortir.

-Voila je vous ai mis mes testicules dans un petit Tupperware. Prenez les et partez, en épargnant ce village.

Planqué pris alors la petite boîte et se dirigea vers la maison du marchand de slips blindés, tout en essayant de comprendre ce qui venait de se passer et la réaction bizzare du chef du village. Lorsque notre héros arriva chez le marchand de slip blindé et lui tendit le tupperwaare contenant l'objet de quête tant convoité, celui-ci eu l'air fort surpris et lui dit :

-Comment avez vous réussi cet exploit ? Personne jusque là n'avait pu, ne serait ce qu'à s'approcher du campement.
- Sodewa imitsu des (« c’est un secret : Xelloss power x)
-Bon dans tous les cas vous avez réussi et je vais tenir ma promesse. Je vous offre le slip blindé.

Le vendeur fila alors dans l'arrière boutique et revint quelques minutes plus tard avec dans les mains un petit coffre qui avait l'air d'avoir au moins 200ans.

-Pour vous récompenser, je vais vous offrir le plus beau slip de toute ma collection. Il a appartenu jadis à un nain du nom de Gurdil "cul brillant".
-Et pourquoi cul brillant?
-Jadis ce Gurdil durant son bain annuel se fit dérober ses vêtements. Et pour se venger il alla piocher dans la réserve de mithril de quoi se confectionner de nouvelles chausses.
-Donc ce slip est en mithril?
-Oui c'est ça, il est donc plus résistant que n'importe quel autre slip blindé et il est pour vous.

C'est ainsi que débuta une nouvelle légende, celle de "Planqué cul Brillant". Equipé maintenant de son beau slip blindé, Planqué repris la route qui le conduirait vers le domaine des zébus, ses ennemis jurés.

Apres un voyage légèrement mouvementé (voir plus haut, mais pour un yak comme lui ce n'est rien tout cela, un gnou n'aurait jamais survécu, mais là nous avons à faire à un yak, c'est autre chose). Au bout de 3 heures de marche sans rencontrer une seule personne, notre héros arriva dans une ville. La première chose qui le surprit fut que la ville n'apparaissait nul part sur sa carte, et la deuxième fut la rangée de pendus à l'entrée de la ville. Pas moins de 27 personnes avaient le cou relié à la potence par une simple corde de chanvre. Il y avait de tout dans les pendus, mais quand même une majorité de yaks, 13 pour être précis, alors qu'il n'y avait que 7 gnous, le reste était des bisons, zébu ou buffle) ce qui mit notre ami en colère:

-Comment peut-on pendre plus de yaks que de gnous et de zébus réunis?
_________________
the Puchuu N°2
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'est à ce moment là qu'il aperçut à coté du premier corps un écriteau, il s'en approcha et lut :

« Ci-gît les damnés qui osèrent défier le grand Porc-téus, Dieu des gnous kamikazes »

Planqué s’esclaffa :

- bwouahahahahaha, c’est quoi ce nom?? Bwouahahahah.

Une flèche fendit l’air et alla se planter directement dans le slip de Planqué qui se dit qu’il avait bien fait de lui couper les couilles à l’autre. Notre ami à poils longs ( les yaks ont les poils longs ) se mit donc en position de combat, le poil vif et l’œil soyeux, prêt à bondir sur le malotru qui avait faillit le rendre aussi impuissant qu’un samouraï armé d’un lance-banane. L’inconnu sortit de derrière un arbre armé d’un arc mutli-flèche (comprenne qui pourra) et tira une rafale que le fier yak fit voler en morceaux en dégainant sa pince à linge.

- Ma pince à linge ne va pas suffire, il va falloir ruser. se dit-il en esquivant une nouvelle flèche.

Planqué examina l’inconnu de loin, dansant sur un rythme imposé par le tireur de flèches. Il était grand et avait l’air de bouger aussi bien qu’un yak à qui on aurait mit une anguille dans le caleçon. Pourtant il possédait un carquois énorme ( capacité : 10000 flèches ).
Planqué se mit en position de réflexion et après 2h38 ( l’autre il est toujours en train de tirer, bah oui il bouge bien mais faut les trimballer les 10000 flèches, je voudrais bien vous y voir vous ! ) il se mit à bouger. Planqué confectionna un faux yak en mousse et le lança à gauche, le vrai partit à droite et se fit allumer.

- je suis pas con non plus !dit l’inconnu
- fichtre c’est fort fâcheux, notre homme est intelligent, chuchota à moitié paniqué le yak.
-comment as-tu fait ? es-tu un génie, un devin? ma ruse était pourtant parfaite !

Planqué entendit un rire au loin :

- il était vert ton mannequin ! et toi t’as le cul qui brille, t’es repérable à 2000 mètres !

Planqué se rendit compte que sur ce coup là il s’était chier dessus quand même, mais pourtant il n’abandonna pas, pendant que l’inconnu riait, il se leva d’un bon et fonça vers le sniper à l’arc multi-flèches. Le sniper le vit s’approcher mais se prit un coup de pince à linge suivi d’un double kick - high kick - fligh kick.

- tu es très fort étranger. lui dit le phacochère ( oui, c’était un phacochère ), « un peu con mais très fort ». il se releva et se mit en position de combat de même que Planqué. Les deux compères restèrent longtemps à s’observer puis ça partit d’un coup. Le phacochère lâcha une caisse ( façon Pumba dans le roi lion 3 ) et Planqué mit un genou à terre, le porc lui mit un coup de genou dans la tête et commença à essayer de lui latter les couilles ( façon Cartman ).
- kof kof ... c’est peine perdu .. kof ... mon slip est blindé !!! bwouahaa...kof kof kof... hahahahah. dit le jeune yak
- et ta gueule, elle est blindée ?’ dit il en lui décochant un coup de cul dans la tête.

Notre ami le yak vit trouble, puis plus rien du tout finalement. Ce n’est qu’au bout de quelques heures qu’il se réveilla, avec un affreux mal de crâne. Il rouvrit les yeux doucement et eu tout de suite envie de les refermer. Devant lui se tenait Porc-téus et ses plus grands gnous.

- faites lui ouvrir les yeux ! dit-il d’un ton autoritaire à ses hommes
- Porc !! yes, Porc !

Ses hommes de main s’exécutèrent et prirent des pinces à linges ( mais pas magique ) pour lui maintenir les yeux ouverts.

- qui es-tu pour venir comme ça sur mes terres et pour résister à un de mes plus puissants gardes (c’est le phacochère pour ceux qu’avait pas tilter)? dit le Dieu des gnous kamikazes
- je suis Planqué, je latte tous les mecs qui sont sur mon chemin et là je sens que je vais botter des culs à la chaîne si vous me détachez pas tout de suite !

Les gnous et le phacochère rirent tous de bon cœur :

- faites lui regretter son affront !! préparer la torture infernale !! dit le chef avec un air sadique, suivi par ses sous-fifres.

Deux gnous arrivèrent et installèrent un podium avec plein de paillettes partout. Une étrange bestiole ( du style Ronflex dans pokemon ) s’installa avec un accordéon à la main.

-Salut. dit le chanteur. je m’appelle Davida ( mais c’est un homme quand même ) et j’aime chanter, on m’a dit que tu aimais écouter de la bonne musique et des chanteurs hors pairs, alors me voilà. Je pense qu’un recueil de génériques d’anime pour commencer c’est pas trop mal, allez zou c’est parti pour Capitaine Flamme !! dit - il en s’envoyant une grosse lampée de vodka mandarine derrière la cravate ( il est fou ) :

CAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAPITAINE FLAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAME

Alors Planqué comprit ce qu’était la douleur auditive en un instant ( comme certains à une partie de jungle picole ) mais son mal n’était pas fini pour autant, et oui, Davida enchaînait sur le générique de pokemon et celui de bisounours !!
8 heures plus tard, Porc-téus revint voir le jeune yak qui semblait avoir vu le cul de Neo_bahamut par surprise ( n’imaginez pas, ça pourrait vous tuer ).

- allez, on va te cuisiner maintenant. dit le chef.


(partie rédigée par Jecht)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
zoamelgustar
Nain-filtré(e)


Inscrit le: 24 Jan 2005
Messages: 55

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(partie rédigée par Zoamelgustar)

Il détacha notre ami bouailleux mais c’est alors que le mur du fond explosa. Porc-teus se mit à éternuer à cause de la fumée apparue soudainement. Il scruta la partie du mur manquante, mais la fumée et les rayons du soleil l'empêchèrent de voir correctement. Il ne distinguait que de nombreuses silhouettes. de tailles et de formes diverses. L’une d'elles d'une voix grave et puissante, se fit entendre.

-bon ils sont où les méchants? et qui c'est qui nous a invoqué ?
-qui êtes vous ???? cria Porc-teus
-qui voulez vous que nous soyons ? : les Biomans ? gros naze, ces pseudo héros ont fait leur temps dans les années 70 mais maintenant ils sont si vieux qu'ils n'arrivent même pas à soulever leurs pisto-lasers. Non, nous sommes la nouvelle génération de héros.

La fumée, à la longue, finit par s'éparpiller et Porc-teus put voir à qui il s'adressait. Devant lui se tenaient pas moins d'un millier de personnages :

-Et oui gros méchant, nous somme les nouveaux héros : dans l'ordre : Pikachu et ses pokemons (dans l'ordre d'apparition : Artikodin, Sulfura, Elektor, Mewtwo, Mew, Dracolosse, Ronflex, Tortank, Dracofeu, Florizard, Meganium, Typhlosion, Feraligator, Raïku, Enteï, Suikun, Tyranitar, Lugia, Ho-oh, Sélébi, Rayquaza, Groudon, Kyogre, Latios et pour finir, Latias). Ensuite la Saïenne team (Sangoku and co tous en super Saïenne niveau 4, il faut au moins ça), les chevaliers du zodiac ( de bronze, d'or, d'argent etc etc), la new team (ballon au pied naturellement), une troupe de bisounours (avec chacun un symbole différent sur leur ventre rond et tout doux), vint derrière les petits poneys, Ken Shiro, Jeanne et son Serge et beaucoup d'autres.

-Tant que ça, et toi tu es qui?
-Moi, je suis celui que l'on a appelé en premier : le capitaine FLAMME bien entendu.
-Quoi le capitaine flamme??? Mais qu'est que tu fous là, toi aussi tu es un héros de l'ancien temps.
-Oui c'est vrai mais grâce à Chantal Goya je suis revenu sur le devant de la scène il n'y a pas longtemps, certes je ne sais plus trop me battre mais je suis dorénavant le chef de tous ces héros et c'est moi qui les dirige, leur donne les ordres, enfin tout ça quoi.
- Et pourquoi êtes vous ici ?
-Ben ! Parce que un mec nous a invoqué en chantonnant les formules sacrées. Alors nous voila, on vient sauver le gentil et punir les méchants.
-Très bien. C'est un de mes sbires qui vous a invoqué alors vous devez m'obéir. C'est ce yak là qui traîne par terre comme une loque qui est le méchant, débarrassez-vous-en.
-Mensonge. S’il était vraiment un méchant alors je vois pas pourquoi il nous aurait invoqué vu son état. Mes yeux ne me trompe pas immonde créature, il est le gentil qui dans un dernier sursaut d'énergie a réussi à nous appeler à l'aide. Et donc tu es le méchant. De toute manière je ne vois pas comment un yak pourrait être le méchant de notre histoire, tout le monde sait que les yaks sont le sommet de l'évolution depuis que leur ancien chef leur a enseigné les bases de l'honneur et du courage, un grand yak ce Zoa. Enfin bref tu va subir notre courroux ! Ho vil gnou!
_________________
the Puchuu N°2
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Porc-téus se sentit mal en point, une troupe, que dis-je une armée se tenait devant et contre lui, alors que c’était un de ses propres hommes ( rappelez-vous, Davida ) qui les avait invoqués. L’assaut allait commencer avec les chevaliers du zodiac pour faire diversion pendant que les bisounours récupèreraient le héros qui agonisait par terre.
Les troupes du gros Porc se mirent à l’attaque et là ce fut horrible. Des gnous volaient de partout ! Ayant décidé d’attaquer les bisounours, ils butèrent sur une solide défense Dracofeuzienne aidé de tous les pokemons ( ça en fait un bon paquet). Les pertes gnousiennes étaient énormes et Porc-téus commençait à douter de son armée « puissante » quand soudain, surgit un gnou de derrière les fagots ( ça veut rien dire, mais ça me fait marrer) et cria à Porc-téus :

Fanporc-nain : S’ils ont invoqué les gentils, invoquons les méchants!
Porc-téus : merveilleuse idée !

Et là le chef gnou se rappela des cours de son maître méchant :

[Mode flashback ON]
Une petite musique fluttée résonne dans l’air face à une scène pas insolite du tout. Nous sommes au sommet d’une montagne culminant à 258 m ( impressionnant, non ? ), arrivé à la 45875e montées de la matinée ( il le fait sur les mains, c’est pas rien quand même ) le jeune Porc-téus rejoint son maître méchant :le grand Dark Vaporc ( on l’appellera DV, c est plus facile ainsi )

DV : alors Popor ( petit surnom par le maître à son élève ) ? Tu es fatigué ? Tu n’en peux plus de monter des montagnes sur les pattes ?
Porc-téus : non non je trouve ça fun …. Mais bon les plus courtes sont les meilleures !
DV : non là je t’arrête !! Ce n’est pas la taille qui compte, mais la façon de s’en servir !
Porc-téus : euh, le rapport ?
DV : Aucun. dit-il d un air pensif
Porc-téus : …. Donc on va en revenir à nos moutons, hein ? Parce que j’ai pas que ça à foutre, moi j’ai un monde à conquérir !

DV mit un coup de latte à Porc-téus.

DV : Parle-moi sur un autre ton !! Charognard !!

DV lui mit encore plein de coup de latte tout en prenant son pied ( c’est jouissif de frapper un gnou ).

DV : de toute façon ton entraînement touche bientôt à sa fin, je vais t’apprendre la dernière chose que je veuille bien t’apprendre.
Porc-téus : c’est à dire ?

DV lui mit encore un coup de latte parce que Porc-téus sait pas attendre.

DV : je vais t apprendre à invoquer la team des méchants légendaires !!!
[Mode flashback OFF]

Un sourire illumina la tête du méchant, grâce à l’auteur de ce magnifique texte, il se rappelait maintenant qu’il était capable d’invoquer lui aussi !!! Et à l’ancienne en plus !! Il se mordit un doigt et traça des signes bizarres dans sa main puis la plaqua avec force par terre !!

« SUMMONING NO JUTSUU »

PROUF!!! ( bruit que fait Mario dans Mario Bros 3 lorsqu’il prend une feuille )

Un nuage de fumé apparu et une voix remonta des entrailles de ce nuage.

Voix inconnu : nous sommes de retour
Voix inconnu : pour vous jouer un mauvais tour
Voix inconnu :afin de protéger le monde de la dévastation
Voix inconnu :afin de rallier tous les peuples à notre nation
Voix inconnu :afin de sauver l’amour et la liberté
Voix inconnu :afin d’étendre notre pouvoir jusqu’à la voix lactée
Jessy : JESSY !!
James : JAMES !!!
Jessy : la team rocket ( et d’autres méchants ) plus rapide que la lumière
James : Rendez-vous tous ou se seras la guerre !!
Miaous : miaous oui la guerre !!!

Capitaine flamme : Arg ! la team rocket !! Et aussi la team Accross ! Peggy Ayase, les chevaliers noirs et ceux d’Hadès ! Les Muppets ( eux aussi avec leur ballon au pied, Marc Landers en tête ) ! Puis vint dans l’ordre : Orochimaruu, le Dr Desty nova, la brigade fantôme, les homme de crocodile avec le colonel Smoker, King et son fils avec leurs Dark Brings, Raoh ( frère de Ken Shiro ), l’équipe de Megurogawaa, l’équipe de Sannoh, des pitit hommes qui mettent des –puni à la fin de leur phrase …. Satan. Bref, y en a plein !

Porc-téus : allez !! Attaquez-moi ces faux gentils !!!

La troupe de méchants se mit en chasse des gentils et s’en suivit un féroce combat remettant les forces en faveur des gnous maintenant en surnombre. Même capitaine flamme avait dû se bouger de sa chaise roulante pour aller aider le jeune Planqué.

Capitaine flamme : allez sauve-toi !! On essaye de les retenir !!

Planqué n’en demanda pas plus, il grimpa sur Ponyta et fonça au galop ! Mais ce qu’il ne vit pas, c’était que Porc-téus le suivait de très près en faisant du sky-surf traîné par Smogogo. Au bout d une heure de galop, Ponyta s’écroula par terre à moitié morte de fatigue. Planqué s’assit contre un arbre juste après avoir achevé le pokemon d’un coup de pince à linge dans la tête. Il se reposa quand soudain son 32e sens l’avertit d’un danger. Il esquiva à gauche, mais en fait, il s’était planté de coté ( et oui Planqué confond sa droite de sa gauche ) et du coup se prit la noix de coco dans la tête. Porc-téus sortit de l’arbre où il était caché, le lance-coco a la main.

Porc-téus : tu te croyais sauvé ? Monumentale erreur !!
Planqué : tu es donc vil au point de laisser tes hommes se faire massacrer ?
Porc-téus : bah ouais pourquoi ? Pas toi ?

Planqué voulut répondre mais fut obligé d’esquiver une noix qui arrivait à toute vitesse, il dégaina sa pince à linge et en mis un coup directement dans les burnes de Porc-téus qui s’écroula à terre.

Planqué :je penserais pas que ce serait si facile.

Il leva le bras prêt à l’achever ( comme il a fait pour le pokemon quelques lignes plus tôt ), mais Porc-téus riposta direct d’un coup de noix de coco dans les ******* ( auto-censure) du yak qui ne broncha pas.

Planqué : j’ai un slip en mithril, je ne crains pas les coups dans cette partie …

Mais Planqué s’écroula.

Porc-téus : ne sous-estime pas la puissance de mes noix !!
Planqué :beuaaaaaah … arf, comment ça se fait …
Porc-téus : cherche pas à comprendre, l’auteur veut pas te faire gagner facilement !

Porc-téus continua à mettre des coups un peu partout à un yak déjà affaibli par Davida dans les épisodes précédents, et qui se sentait partir quand soudain !!!

Porc-téus n’eut plus de noix de coco !

Porc-téus : c’est pas grave, ça m’empêchera pas de te latter !!

Planqué abandonna alors tout espoir de survie quand il entendit une voix étrange dans son cœur. Cette voix était celle de Saori ( Athéna pour les incultes )

Saori : n’abandonne pas chevalier … tu dois me protéger
Planqué : mais je suis pas chevalier …
Saori :c’est vrai ça … bon bah t’as qu’à crever, salut !

La voix s’éteint alors et Planqué se remis sur patte !

Planqué : putain de salope !!! Je vais lui botter le cul !!

Porc-téus s’étonna de ce retournement de situation mais ne flancha pas pour autant, il lui décocha un coup de boulet dans les dents ( il se balade toujours en traînant un boulet à son pied ). Planqué recula, la bouche en sang ( non pas en mille, mdr !!! lol… bon oki je sors ), et tint à peu prêt ce langage

Planqué : tu ne peux me tuer Porc-téus, mon but est de tuer ton chef dans un premier temps, détruire les Zébus dans un second temps, mais aussi de latter la princesse Saori qui s’est foutu de ma gueule !! Je dois me venger d’elle et détruire sa secte de fanatique de dieu grec !
Porc-téus : tu vas voir ça, si je vais pas te niquer !!

Porc-téus fit une feinte de boulet à gauche et mis un coup de pied à droite, mais Planqué esquiva les deux coups à l’aide de sa pince à linge et décocha un uppercut surpuissant sous le menton du gros porc. La détermination se lisait dans son regard et pour la première fois depuis 20 minutes, Porc-téus eut peur, peur de ce yak qui selon toute vraisemblance était bien plus fort que lui. Planqué allongea sa pince et donna un rapide coup dans le plexus du gnou qui maintenant titubait, dépassé par la situation. Il essayait bien de placer quelques coups mais Planqué était trop rapide maintenant.

Porc-téus : comment fais-tu pour être aussi fort alors qu’il y a pas 20 minutes j’aurais pu te forcer à me lécher le cul ?
Planqué : tu sais être insignifiant, mon maître, le grand Koichi Yakato, me disait souvent qu’il fallait faire battre son cœur avec un rêve, et alors ton avenir serait radieux. Je viens de comprendre ces dires, et je l’en remercie de tout mon cœur. J’ai trouvé mon rêve et je suis devenu plus tenace que jamais, plus vigoureux pour l’accomplir, on dit que l’esprit transcende le physique, tu vas en avoir la preuve sous les yeux !
Porc-téus : je ne peux y croire, tu te drogues ? T’as fait péter un anabo ou quoi ?

Planqué sourit, le gnou s’étonna mais c’était déjà trop tard, la pince vint se loger avec une force incroyable dans le ventre du chef gnou qui s’écroula, crachant moult et moult de sang (tel une fontaine, mais avec du sang ).

Porc-téus : tu m’as eu Johnny … euh … non c’est pas ça qui faut que je dise … tu m’as eu fucking rascal !

Planqué allait partir, mais Porc-téus dans un dernier râle lui dit une dernière chose :

-ne crois pas que ta quête envers les gnous est terminée, je suis peut-être le chef de ces gnous, mais ce n’est pas moi qui dirige dans l’ombre …
- comment ? Parle enfoiré !!! Dit-il en foutant des coups de lattes au gnou agonisant ( c’est bizarre quand j’écris ça, ça fait presque banal à mon goût, lol x ), puis il réfléchit et se dit qu’il valait mieux éviter de l’achever s’il voulait qu’il parle.

- mon chef est bien plus fort que toi, il te fera connaître moult souffrance ) et tu iras pleurer ta mère après !! Bwouahahaha … arg ! arf ko arf koff kofffff !!… Ahahaha !!!
- et comment s’appelle t il ta fiote sur patte ?
- retiens le bien, c’est le nom de ton assassin …. Il s’appelle Neo_bahaprut !!

Planqué éclata de rire au son de ce nom !

- et pourquoi pas Neo_bahamut tant que t’y es ?? Bwouahahahahahahaha. Tu m’étonnes qu’il reste dans l’ombre avec un nom pareil, si j’avais pas ce rêve, je pense que je le tuerais pas par pitié, sa vie doit déjà être bien difficile !! Mdrrrrrrrrrrrr !!!Mais bon c’est pas tout ça, faut que j y aille ! Dit-il en pissant sur la tête du général gnou ( bah oui rire à gorge déployée, ça fait pisser c’est bien connu !! )


(partie rédigée par Jecht )
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
zoamelgustar
Nain-filtré(e)


Inscrit le: 24 Jan 2005
Messages: 55

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(Partie rédigée par Zoamelgustar)

Et notre ami yak continua son chemin a pied, blessé de partout, mais de bonne humeur, ça c’est sûr.
Apres une heure de marche, notre héros arriva en vue d’une ville (il n’a en fait fait que 1,5 km, mais comme il est un peu blessé, c’est plus dur). Une grande pancarte à l’entrée lui indiqua le nom de la ville : Heulbeukna.
Le genre de ville que vous ne pouvez pas oublier (ne serait ce que par l’odeur, il faut dire qu’un ogre a chié à deux mètres de l’entrée). Comme la nuit commençait à tomber, notre héros chercha la taverne. On passe quand même mieux une nuit dans un bon lit qu’à la belle étoile.

-Bonjour tavernier, je voudrais votre meilleure chambre, je suis fatigué d’un long voyage mouvementé et j’aimerais bien passer une bonne nuit pour une fois.
-pas de problème monsieur, je vous prépare ça de suite, vous aller vraiment apprécier cette chambre, nous y avons installé un nouveau lit et un nouveau matelas. On a voulu ce qui se faisait de mieux pour cette chambre, nous avons cherché longtemps pour le trouver.
-ah bon, et vous avez cherché pendant combien de temps ?
-moi et mon fils somment partis pendant 5 ans à la recherche du matelas parfait.
-et vous l’avez trouvé ?
-oui. Dans une ville de l’Ouest : Bouaye. Vraiment génial comme ville. Pas une seule vache. Si je n’avais pas déjà ma taverne et ma femme ici je ne serai pas revenu. Enfin toujours est-il que dans cette ville de Bouaye, il y avait une jeune fille qui se vantait d’avoir le meilleur matelas du monde. Elle s’appelait……. Attendez…… je me rappelle plus…… Na….. Nata…Nachata…. Ah oui, Natacha Bâlon. Bon le truc c’est qu’elle avait raison donc je le lui ai emprunté « pour une durée indéterminée ».
-je connais très bien, Bouaye est ma ville natale. Vous avez eu raison ça me rappellera mon enfance. Enfin, bon si vous voulez bien me conduire à ma chambre. J’aimerais aussi que vous m’y apportiez un plateau repas. Je préfère manger dans la tranquillité de ma chambre.
-très bien monsieur. Je fais ça tout de suite. Le menu de ce soir est composé d’ours à la bière. Vous boirez quelque chose en attendant ?
-un bon verre de CerProtéus merci.

Notre héros s’assis donc à une table proche du feu, son verre à la main. Et tandis qu’il sirotait son succulent liquide, un mec s’approcha de lui.

-cher monsieur, vous êtes bien un yak, si je ne m’abuse ?
-oui parfaitement
-voilà je vous explique, je suis un fabriquant d’instruments de musique. En ce moment, il y en a un qui fait fureur, il s’agit d’un article très particulier et d’une rareté telle que son prix peut monter très haut. On dit que sur le marché d’Ebay, il est monté à 3000000000000euro.
-Pfffuuuuuu !!!!! Quand même !!!!! Au fait c’est où Ebay, j’ai jamais entendu parler de cette ville.
-c’est une grande ville située dans le royaume de Nainternet. C’est une ville avec un gigantesque marché ouvert toute l’année.
-et heu au fait c’est quoi votre article, et en quoi ça me concerne ?
-ben voilà, en fait il s’agit d’un tambourin avec des grelots d’argent.
-et alors ?
-le truc c’est que le vrai nom c’est un…………………………… tambourin en peau de yaks avec des grelots d’argent.

Dans un éclair de lumière, une pince à linge magique sortit de la poche de notre héros et vint percuter l’ignoble colporteur au plexus et le fit voler par la baie vitrée.

-et ne t’avise plus jamais de m’adresser la parole. Pff, oser demander à un yak un peu de peau pour faire un tambourin, encore un objet complètement inutile, c’est un truc pour ménestrel ou pour elfe ça. Je me demande même plus pourquoi c’est un truc vachement rare. Aucun yak digne de ce nom n’accepterait une telle offre. Ils doivent prendre la peau sur des cadavres de yaks. CA NE PEUT PAS SE PASSER COMME CA. Je ne laisserai pas des gens aussi abjects profaner les corps de mes camarades. Je le jure sur ma vie que je pourchasserais tous ses maudits vendeurs de tambourins jusqu'au dernier. Merde c’est vrai que j’ai encore deux autres quêtes, entre cette salope de Saori et ce naze de Neo_bahaprut, ça va me prendre du temps. Bon c’est pas grave. Voyons les priorités. Neo_bahaprut peut attendre un peu, vu ce que j’ai vu des gnous, ils ne sont pas une sérieuse menace finalement, Saori j’ai vraiment envie de lui péter sa gueule, mais un peu d’attente ne rendra que plus agréable le moment de sa mort. Non je vais aller me faire quelques marchands de tambourins en attendant.

Et notre héros, après un bon repas, une bonne nuit de repos et un bon petit déj, se remit en route à la recherche de quelques marchands de tambourins.
Il savait où se procurer ses futures victimes. Il avait demandé quelques renseignements au tavernier avant de partir et celui-ci, connaissait bien le colporteur, un habitué de la maison. Il était très bavard et abordait souvent le thème de ces tambourins. Il disait que le marché de ceux-ci subissait le monopole d’une courgette. Elle devait se trouver dans une région de l’Ouest dans une grande ville. Le seul problème était que le tavernier était incapable de se souvenir de son nom. Ce n’est pas grave lui dit planqué, je me renseignerai en chemin.

En chemin, il questionna nombre de voyageurs, mais un seul savait quelque chose sur cette courgette. Celle-ci se trouvait dans une ville située en dessous d’un volcan, appelé le bouclier fumant.

Notre héros se dirigea donc vers cette ville. Mais arriver au pied du volcan et aux portes de la ville, une question lui vint à l’esprit : pourquoi est que ça s’appelle le bouclier fumant, c’est un volcan donc le fumant je pige, mais le bouclier je vois vraiment pas là.

[mode PS/ on ]
Personne, pas même de nos jours ne sais pourquoi ce volcan porte ce nom.
[mode PS/ off ]

Notre héros entra dans la ville et se mis en quête d’une personne qui pourrait lui donner de plus amples informations sur cette courgette. Personne ne voulut lui répondre. Les seules réponses auxquelles il eut droit furent : « No sé ». Ne se décourageant pas, notre héros finit par tomber sur une curieuse scène. Un petit vendeur d’orange se faisant maltraiter par deux adultes.
Ne pouvant rester indifférent face à une telle cruauté, notre héros chargea et en quatre coups de pince à linge, ce fut expédié. Pour la petite histoire, sachez que l’un des hommes tenta de mette un coup de boule dans les valseuses. Depuis il ne s’en est jamais remis et il se prend pour Schlavbeuk et dort dans une belle chambre avec des matelas aux murs et porte de superbes chemises avec des manches qui s’attachent dans le dos.
Après avoir réglé leur compte aux deux adultes, Planqué s’aperçut que le petit avait déjà disparu :

-même pas un merci, ça vous donne pas envie de rendre service.

Mais tandis qu’il se rendait vers la taverne la plus proche, il entendit une voix provenant de derrière un petit muret.

-toi faire semblant d’enlever sang sur ton sabot et écouter moi. Moi sais où toi vouloir aller. Moi peux t’y mener. Toi venir ce soir à la taverne « le tambourin magique » à 8H.
-euh vous pourriez pas vous exprimer comme tout le monde au lieu de parler petit nègre.
-désolé, c’est une mauvaise habitude que j’ai pris. Je sais pas ça vient tout seul. Bon dans tous les cas, si vous voulez en savoir plus sur cette courgette, venez ce soir dans cette taverne à 8h. Mettez-vous à la table à gauche de la cheminée. Je viendrai vous rejoindre.

A 8h, notre héros se pointa donc à la taverne, il se mit à la table indiquée, et commanda une CerDragal. Il en avait déjà vu dans d’autres tavernes mais il avait jamais osé en prendre. Il se dit aussi que tout yak normalement constitué se doit de tester régulièrement de nouvelles boissons.

-tiens ! Ils font aussi de la Suze ici. Bon on verra ça plus tard, pour le moment qu’est ce qu’il fout ce mystérieux guide. Il a déjà vingt minutes de retard.

A ce moment là, une silhouette entra dans la taverne. Habillée dans un style vachement discret, genre je veux passer inaperçu mais en fait ça a loupé et tout le monde me regarde. (En bon français, le mec il s’est mis dans une couverture, comme ça on voit pas son visage mais c’est tellement nul comme camouflage que tout le monde se retourne pour voir de qui il s’agit vraiment).

-ah monsieur le yak je savais que vous viendriez.
-et comment tu le savais ?
-disons que j’espérais que vous viendriez.
-ah. Et qui es-tu au fait ?
-je peux pas vous le dire sinon je suis un jeune garçon mort.
-tu es le blanc bec de tout à l’heure, que j’ai sauvé et qui s’est barré immédiatement.
-comment vous savez que c’est moi ?
-intuition de yak petit. Intuition de yak.
-bon dans tous les cas je vais vous indiquer l’endroit où se trouve la courgette que vous cherchez.
-et pourquoi tu m’aiderais ?
-ben vous m’avez bien aidé vous.
-ah oui c’est pas con. Bon alors c’est où l’entrée ?
-vous voyer la porte derrière le tavernier ?
-oui, celle derrière le comptoir.
-oui, oui. Ben c’est là. Au revoir.

Sur ce il se barra. Bon se dit notre héros il est temps d’aller botter des culs. Il se rua vers le tavernier, et l’écarta d’un grand coup de pince à linge. Il fonça vers la porte qui vola dans un grand éclat. Plusieurs personnes dans la taverne hurlèrent aussi parce qu’elles s’étaient prises soit de petites échardes, soit de plus gros morceaux de bois, et y’en a même une qui s’est pris un tavernier.
Planqué arriva dans la réserve de la taverne et ne vit rien d’autre que des tonneaux et encore plus de tonneaux. Pas une seule porte.

-il s’est foutu de ma gueule ce branleur !

Notre héros était dans le fond pas un grand travailleur. On peut même dire qu’il était un branleur né. (Etait ce à cause de certaines personnes de son entourage lorsqu’il était enfant ?). Il retourna donc dans la taverne et partit droit sur le tavernier :

-si tu ne me dis pas tout de suite où est l’entrée de la cachette de la courgette je te fais faire trois fois le tour de ton slip sans toucher l’élastique.
-je ne dirais rien

Trois tours de slip plus tard.

-je vais parler. L’entrée est dans le plus grand tonneau. Il est vide. Il suffit de l’ouvrir et vous verrez le passage.
-merci mon brave. Et pensez à vous racheter des slips. Celui-là je suis pas sûr qu’il vous resserve un jour.

Et notre Planqué retourna donc dans la réserve et trouva le-dit tonneau. Le seul problème fut qu’il n’arriva pas à trouver le moyen de l’ouvrir. Ainsi. dans tout le génie des yaks, une idée lui vint. Un proverbe yak disait en effet « si tu ne peux pas ouvrir la porte naturellement, enfonce là. Jamais une porte ne doit arrêter un yak. »
Aussitôt dit, aussitôt fait. La porte ne fut plus qu’un souvenir. Et notre héros s’engagea dans l’ouverture. Après quelques centaines de mètres, il entendit des voix. Il se rapprocha tel un serpent solide et écouta les voix :

-moi j’ai pas besoin de torches je suis nyctalope
-je savais bien que t’étais une salope
-mais non ça veut dire que je vois dans la nuit.

Encore une troupe d’aventurier. Il faut que je me dépêche si je veux arriver avant eux dans la salle du boss, se dit notre héros.
Il se mis donc à courir avec toute la discrétion que son entraînement lui permet. (Ça fait quand même un peu de bruit les sabots). Il finit par arriver à une porte gigantesque. (5 mètres de haut environ). En s’approchant, il ne distingua aucun moyen de l’ouvrir seulement une serrure en bas de la porte à hauteur de yak. (Environ 1m75.)

-et merde j’ai pas de clé !

Et la le flash revint, avec le même proverbe. « Si tu ne peux pas ouvrir la porte naturellement, enfonce-la. Jamais une porte ne doit arrêter un yak. ».

-bon ça va pas être aussi facile là, mais la pince à linge devrait m’aider.

Il se jeta alors pince à linge la première sur cette foutue porte. Celle-ci vola en éclat comme prévue, mais malheureusement la porte était bien plus résistante que prévu et la pince à linge vola aussi en morceau.
Alors une grande musique dramatique envahit la scène digne de celle du Titanic quand celui-ci sombre finalement dans la mer. Planqué s’agenouilla en tenant dans ses mains les deux morceaux de la pince à linge, des larmes coulant sur ses joues.

-je te vengerai pince à linge. Je te le promets.

Sur ce il releva la tête, des flammes dans les yeux tel Jeanne Asuki avant un service décisif, et franchit ce qui restait de la porte.

-je t’attendais Planqué soit le bienvenu dans notre humble cachette. Mon nom est Neo_Bahaprut. Je suis le chef ici.
-alors c’est donc toi le chef des gnous dans l’ombre !
-parfaitement. Et si je suis ici c’est parce que cette courgette fait partie de mes nouveaux plans pour contrôler le monde.
-mais je vois pas en quoi les tambourins en peau de yak peuvent t’être d’une quelconque utilité.
-je vais te l’expliquer. Il y a deux raisons pour lesquelles je me suis lancé dans ce commerce. Premièrement, pour fabriquer ces tambourins, il faut tuer des yaks, car aucun yak digne de ce nom ne donne sa peau de son plein gré. Deuxièmement, j’ai conçu une machine qui permet d’extraire une quantité d’énergie énorme de ces tambourins. Cette énergie va me permettre de devenir le maître du monde. Ahahahahahahaha (rire de grand méchant)
-ton règne s’achève ici Neo_Bahaprut. Moi Planqué, je vais y mettre un terme là, tout de suite, maintenant.
-tu crois ça. Tu es seul et désarmé. Tu es à ma merci.


(Partie rédigée par Zoamelgustar)
_________________
the Puchuu N°2
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:17 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sur ce il tira un levier situé à coté de lui et une gigantesque herse située en arrière plan se leva ! Et puis plus rien. Planqué regarda le gnou qui paraissait aussi étonné que lui et lui dit :

- euh … oula j’ai peur, c’est horrible, que va t-il m’arriver ?
- rigole donc chien d’infidèle !
- ça t’inquiète pas, je ris ! !
- p’tain, c’est pas normal ça … euh tu bouges pas, hein ? Je reviens tout de suite.

Là le chef Neo_Bahaprut descendit de son trône et fonça dans l’espèce de trou énorme autrefois fermé par la herse.

- bon bah en attendant je vais faire une petite visite des lieux, moi.

Planqué fit un petit tour dans l’énorme pièce. Il y avait entassé là une quantité indénombrable de tambourins en peau de yak. Notre héros réprima un haut le cœur en pensant que c’était peut être des amis d’enfance ou des parents ou même de superbes créatures yaks qui avait été tués pour les fabriquer.

- si seulement j’avais une pelle, je pourrais leur faire une tombe décente.

Il sortit une fiole de CerProtéus et continua sa visite, à cote des tambourins il y avait aussi un grand lot d’outils tout à faire bizarres. Des tenues en cuir, des chevaux de bois, des seringues mais sans aiguille, des fouets, des objets longs en plastique, ma foi assez mous au regard.

- p’tain mais c’est quoi ce bordel ? se dit notre héros d’un air dégoûté. Mais qu’est ce qu ils font avec tout ça … hum ?

Et là notre héros commit une des pires erreurs de sa vie, il imagina. Ca ne prit pas longtemps, 2/10e de secondes, mais ce fut suffisant. Il lâcha une volée de gerbe à travers les airs, qui retomba directement sur un petit coffret autrefois rouge (plus maintenant, ça équivaut à du White Spirit la gerbe de yak).
Planqué s’en approcha et lut une petite note à côté du coffret (après l’avoir préalablement essuyé) :

« seul un cœur équivalent à un diamant d’innocence pourra ouvrir ce coffre … »

- bah autant essayer alors !

Et là le jeune yak se pris une décharge de 1000000 volts, cash direct. Le coffret se mit alors à parler :

Euh, t’y croyais vraiment là ? ? Faut pas trop rêver mon gros.

Ni une ni deux, notre yak national se rappela le célèbre adage yak ( voir plus haut, il est répété deux fois) qui marche aussi pour les coffrets ( en fait ça marche pour tout, ils étaient vraiment avancés ces yaks ! ! ) Et hop il défonça le coffret à coup de pompes, bon oki ça a prit un peu de temps mais en même temps il a que ça à foutre en attendant l’autre pédale qu’est partie dans le tunnel. Et puis faut dire que ce petit coffrounet titillait sa curiosité. C’est donc après avoir péter la gueule au coffre qu’il l’ouvrit, tranquillement et tout content de lui et là !

- mais qu’est ce donc ? Dit notre ami en regardant l’objet avec des yeux tendres mais effarouchés à la fois. Cet objet ressemblait étrangement à un …. Gant de toilette … oui oui ( est si fier de sa petite voiture jaune et rouge ), un gant de toilette. Et là comme tout yak qui se respecte, par curiosité, il essaya le gant. Un éclair sortit du gant au moment même où Planqué l’enfila et le yak sentit sa main comme happée par le gant. Une grande douleur lui envahit le bras, c’était comme si sa patte fusionnait avec le gant ! !

- aaaaaaaaaaaaaaaaarg ! Putain mais qu’est ce qu’il se passe ?

Une étrange fumée commença à entourer le bras maintenant ganté puis tout s’arrêta net, plus rien.
Planqué examina son bras droit. Le gant avait l’air incrusté dans le bras mais il ne ressentait plus aucune douleur. Quand soudain une voix s’éleva dans l’air, une voix comme celle du coffre qu’avait éclaté Planqué mais plus dans le style « je viens de me faire éclater mais j’essaye de parler quand même »

- je t’attendais Luc …. Euh, merde, mauvais film, euh … ah oui c’est ça : bienvenue à toi élu ! Dit le coffre.
- moi ? Un élu ? Dit le yak totalement surpris.

le coffre foutu un coup de latte au yak

- ne m’interromps pas, ce que j’ai à te dire est très important ! Bien que tu m’ ais ouvert d’une manière peu conventionnelle. Dit le coffre en se massant les joues ( si si ça peut se masser les joues un coffre ) … tu n’en restes pas moins le premier à réussir à m’ouvrir! Tu possèdes donc les pouvoirs du gant dénommé Migy ! ! !
- Migy ?
- Oui, Migy
- Ah … cool, et ça fait quoi ?
- Bah essaye de donner un coup de poing avec Migy sur le gnou situé en face de toi à 30m
- Euh … il est pas un peu loin ?
- Essaye je te dis !

Le yak s’exécuta et fila un direct dans le vide en direction du gnou, comme prévu il ne le toucha pas. Planqué s’apprêta à mettre de vrais coups de lattes au coffre parce qu’il s’était foutu de sa gueule, quand il sentit une réaction bizarre mais pas désagréable dans son bras droit, une gerbe de plasma étincelante sortit telle une fusée et se logea directement dans la tête du gnou qui tomba raide assommé.

- voilà, tu connais maintenant, en gros, la puissance de Migy.
- ça va, ça jette.
- bah ! Oui ! Du plasma …. Bwahahahahahhahaha.

Planqué testa une nouvelle fois le gant sur le coffre qui vola en éclat.

- c’était nul


Bon, mine de rien, après avoir perdu Raoul ( sa pince à linge, il lui a donné un nom a titre posthume ), notre héros a quand même gagné un allié puissant qui pourra lui être utile notamment contre Saori ou contre l’armée de zébus que Planqué doit bouillave. Il allait se remettre à fouiller la pièce quand soudain Neo_Bahaprut arriva en sueur et tout essoufflé.

- c’est bon maintenant c’est prêt ! Prépare toi à te faire tataner ta mère ! dit il en riant, quand soudain : Quoi ? Mais c’est quoi ce truc à ton bras, t’avais pas ça tout à l’heure !
- ouais je sais, c’est Migy !
- Migy ?
- Oui, Migy
- Ah … cool, et ça fait quoi ?
- Bah tu verras en temps voulu, mais à mon avis t’auras pas longtemps à attendre.
- Et t’as trouvé ça où ?
- Dans ce qui était un coffre là bas ! dit il en pointant les restes de coffre encore fumant.

Neo_Bahaprut s’agenouilla devant le reste du coffre et se mit à pleurer.

Tu n aurais pas du me piquer le contenu de ce coffre, dit il rouge de rage, il appartenait à ma famille depuis des lustres et on s’était juré d’en garder caché la puissance légendaire. Bon oki, personne avait réussi à l’ouvrir avant et c’est même pour ça qu’on avait décidé de le protéger, et puis on savait pas ce que c’était aussi, mais j’y peux rien si mes aïeux étaient pas doués. En tout cas tu vas payer ! !

Le chef gnou siffla un grand coup et les gnous qui rodaient dans le coin se mirent à crier de joie et à applaudire. Planqué se demandait ce qui l’attendait et se mit en position de combat, la porte faisait quand même dans les 20m de haut et la herse avait l’air épaisse, mieux que ça, elle l’était. La tension était à son comble, Planqué attendait l’ennemi, le point droit prêt à fuser quand soudain, un pitit bruit se fit entendre près de la porte et une pitite bête en sortit.
Planqué ouvrit grand les yeux et se les frotta même. C’était donc cette espèce de lapin qu’il devait craindre ? Il se retourna vers Neo_Bahaprut mais eu du mal à le voir, vu qu’il était caché derrière son trône, tremblant comme une chaussette ( si si ça tremble les chaussettes ). Les autres gnous étaient eux aussi cachés. Planqué se dit en son fort intérieur que Neo_Bahaprut était vraiment une sous-merde, et que les gnous l’étaient aussi. Mais pourtant Porc-téus était d’un niveau tout ce qu’il y a de plus correct, il était même plutôt fort ( faut y aller pour presque battre un yak ). Donc le yak ne comprenait pas, il s’avança doucement vers le lapin et s’apprêta à faire un tir du tigre foudroyant façon Marc Landers dans le lapin quand celui-ci esquiva !
Non seulement il esquiva, mais il fit un bond de 20m sur le coté ! Balaise pour un lapin quand même !

- wawoh ! C’est pas une lopette ! Bon, oki je vais me battre à 100%.

Planqué fit jouer de son poing droit et lança une boule de plasma que le lapin esquiva devant des gnous ébahis devant tant de puissance. Le jeune héros en lança plein et commença à sentir la fatigue grimper en lui. Les boules de plasma étaient générées par son énergie, pas celle du gant ! Quand Planqué comprit ceci, un petit rire monta du coffre à moitié crevé et Planqué envoya une boule dans le coffre.

- fucking rascal ! ! Tu le savais mais tu me l’as pas dit !

Planqué fit cette erreur, celle de détourner son regard du lapin. A peine le héros eu-t-il le temps de se retourner vers le lapin que celui-ci fit un bond dans sa direction. Il le fit à une vitesse surlapinesque ! ! Le yak eu le temps d’esquiver mais partiellement ce qui lui valut un bout d’épaule arrachée, provoquant un râle de douleur. Le lapin n’arrêta pas pour autant, il continua d’attaquer le yak qui avait de plus en plus de mal à esquiver. La bestiole, elle, ne fatiguait pas, petit à petit elle augmentait sa vitesse, et Planqué ne put la suivre des yeux. Les coups de dents volaient dans tous les sens et Planqué ne pouvait plus esquiver ni donner de coups. Quand tout à coup il eut une idée.

- je vais t’avoir pourriture ! ! !
- squiiik ? (C’est le lapin qui parle).

Le lapin donna un assaut plus violent que les autres encore et les gnous crurent en leur victoire mais le lapin ne s’était pas arrêté parce qu’il avait gagné mais parce que Planqué l’avait bloqué pendant qu’il lui mordait le flanc. Le yak hurla de douleur mais ne lâcha pas prise devant un lapin qui captait que dalle à la situation : quelqu’un avait réussi à le bloquer.

- tu es fort jeune lapin mais je suis un yak et les yaks ne peuvent pas perdre face à un lapin, ou même un gnou, de n »importe quelle force qu »il soit !
- squiiik ?
- ça ne sert à rien de squiiiiiiker ! ! ! Ton règne s’achève ici ! !
- squiiiik squiketi squiken ! !
- tu vas voir si c’est pas vrai ce que je dis ( Planqué comprend le langage du lapin, mais pas nous, désolé ).

Planqué saisit plus fermement encore le lapin et lui décocha un coup de poing dans le bide avec l’aide de sa main droite, étant trop près du lapin, le plasma s’injecta directement dans son corps, cela donna l’impression qu’un grand tremblement. Le lapin lâcha prise et gerba par terre ( tiens, il avait mangé des carottes ), Planqué n’attendit pas, il sentait ses forces diminuer et ne pouvait se permettre un affrontement plus long vu que le chef des gnous attendait après. Il lança un coup de poing dans la tête du lapin, ce qui l’envoya voler dans le décor. Le lapin était vivant mais très sonné et n’était pas prêt de refaire surface.
La tension était à son comble, Neo_Bahaprut sortit de derrière le trône et ordonna à ses hommes de foncer sur ce qui restait du yak, qui lui était plutôt très affaibli. Une cinquantaine de gnous lui sautait maintenant dessus et Planqué rassembla son courage et commença à donner des coups de poings, et pas seulement du droit, les quelques gnous touchés par Migy volaient, la partie du corps touchée couverte d’un bleu énorme ( Migy ne faisait pas couler le sang mais équivalait à un coup du plat de la main, ce qui était bien plus dévastateur ), mais étant en surnombre, et ceux touchés par le poing gauche n‘étant pas étalés d’un coup, les gnous commencèrent à prendre sérieusement le dessus sur Planqué, qui se remettait à cracher du sang ( ses blessures de la dernière bataille avec Porc-téus n’étaient pas entièrement guéries ).

-STOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOP. Cria Neo_Bahaprut, je veux le finir moi-même !
- Viens te la mettre, agonisa le yak, fier jusqu’au bout.

Le chef gnou retroussa ses manches ou plutôt ses poils et fonça sur le yak avec son épée, il donna un très rapide coup mais le yak esquiva.

- j’avoue que tu es plutôt impressionnant, pour avoir battu Porc-téus et le lapin qui est une de mes inventions, tu es doté d’une grande puissance que je me dois d’éliminer.
- c’est pour ça que t’envoies les autres le faire à ta place ?
- ouais !

le gnou fit une feinte d’épée à gauche :

- inutile ! ! Je sais que tu passeras à droite, l’auteur fait toujours cette feinte là ! Cria le yak.

Mais le gnou passa réellement à gauche et planta le yak qui s’écroula.

- ramassez le ! ! ! Et emmenez le dans la salle des tortures ! ! Je veux le faire mourir à feu doux ! !


(partie rédigée par Jecht)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
zoamelgustar
Nain-filtré(e)


Inscrit le: 24 Jan 2005
Messages: 55

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(Partie rédigée par Zoamelgustar)

Plusieurs heure après, notre héros se réveilla dans un endroit humide et sombre. Après s'être habitué à l'obscurité, il découvrit que la pièce n'était en fait rien d'autre qu'un cachot malpropre. Son 24eme sens le stimula . Il n'était pas seul dans cette pièce.
Il se retourna et découvrit sur une paillasse dans un coin du cachot une silhouette dont on ne voyait distinctement que les yeux ouverts et brillants qui observait notre héros.

-qui est tu? Et surtout qu'es tu?

D'une voix de vieillard, la silhouette lui répondit :

-je suis comme toi un yak. J'ai été capturé par les hommes de Neo_bahaprut il y a de cela des années. J'avais entendu parler de ce trafic de tambourins et j'avais voulu y mettre un terme. Malheureusement je n'étais pas assez fort. J'avais déjà 342 ans. Du temps de ma jeunesse j'aurais peut-être pu leur botter le train à ces gnous, mais j'étais trop vieux. Et toi qui es tu ?
-je m'appelle Planqué, je suis un yak combattant solitaire et je suis là pour les mêmes raisons que toi.
-mon nom à moi est Portequoi.
-quoi, le Portequoi? Celui qui a disparu il y a des années et dont on a jamais retrouvé la trace?
-celui-là même. Mais en fait si je n'ai pas pu donner de nouvelles, c'est à cause du fait que j'étais enfermé ici.
-mais comment un grand maître comme vous a t-il pu se faire capturer pas des guignols pareils?
-je te l'ai dit j'étais trop vieux. Ce Neo_bahaprut est plus fort qu'il n'y parait.
-si vous le dites. En tout cas je ne peux pas rester ici sans rien faire. Il faut que je m'en aille.
-attends un peu, tu dois d'abord te reposer. Tu sors d'une longue séance de torture.
-ah bon, je ne me rappelle de rien
-je pense que tu ne t'es pas réveillé pendant cette séance. Les gnous qui t'ont amené ici en avaient d'ailleurs l'air très vexé.
-bon ben je vais faire une sieste alors, on verra bien s’ils reviennent.

Trois heures plus tard et de nombreux ronflements, notre héros se réveille.

-bon ils sont pas venus.
-si et ils t'ont encore emmené à la torture.
-encore et je ne me suis toujours pas réveillé?
-bah faut croire que non.
-bon c'est pas tout ça mais il est temps de sortir d'ici.

Planqué aligna sa main droite vers la porte. Mais rien ne se produisit.

-enfer ils m'ont piqué Migy. Ça se payera ça.
-ne t'en fait pas jeune yak. Je vais t'aider. Pour sortir d'ici tu dois savoir quelque chose. Pendant ton sommeil, j'ai consulté les astres. Ils m'ont dit que tu étais celui par qui la race des yaks atteindrait son apogée. Ils m'ont aussi dit de te dire ça, je sais pas trop ce que ça signifie, mais je vais te le dire "Tu dois regarder au delà de ce que tu vois"
-au delà de ce que je vois. Au delà de ce que je vois ?

Notre héros se mit alors à faire le tour de la pièce.

-bon au delà des murs je ne vois rien, là je vois un ancien maître yak, et là je vois une porte...........Migy...... ils ont posé ma Migy sur une petite table dans le couloir. J'arrive Migy, ton Planqué vient à ton secours.

Sur ce, se souvenant toujours du fameux proverbe yak, Planqué détruisit la porte du cachot et se rua sur la table pour récupérer Migy. Mais quand il mit le gant, rien ne se passa.

-tiens ! C’est bizarre, y'a rien qui s'est passé. Peut être que je suis trop faible pour que ça marche. Bon c'est pas grave, continuons quand même. Vous venez Portequoi????
-non je suis trop vieux maintenant, je ne ferai que te ralentir. De toute façon je n'ai plus beaucoup de temps à vivre. Mais n'oublie jamais cette phrase. "Tu dois regarder au delà de ce que tu vois".
-bon bah au revoir alors. Je vous jure de réussir là où vous avez échoué autrefois.

Il se précipita alors dans le couloir, afin de remettre la patte sur ce fichu Neo_bahaprut.
Le seul problème était que la forteresse gnou était un véritable labyrinthe.

-Bon se dit Planqué, comme est-ce qu'on sort d'un labyrinthe?????

Et là, une voix venue de sa plus tendre enfance, la voix de son ancien maître lui revint en tête. "Pour sortir d'un labyrinthe tu dois toujours tourner du même coté, ça permet de dessiner un plan".
_________________
the Puchuu N°2
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Aussitôt dit, aussitôt fait, notre héros arracha un petit pan de mur et se mis à parcourir le labyrinthe et à dessiner son plan. Et donc il tournait, tournait, tournait, mais là Planqué découvrit la faille ultime à ce proverbe yak. Il était arrivé à une intersection qui débouchait sur une intersection qui elle aussi débouchait sur une autre intersection et ainsi de suite, du coup il tournait autour des même pièces depuis 9h46min et 38 s ( c’est précis un yak ). Mais il faut avouer que notre ami yak avait la tête ailleurs. Le fait que Migy, qui constituait sa seule arme, ne s’était pas incrustée dans son bras l’inquiétait fortement.

- je vais retourner voir ce qu’il reste du coffret et je le questionnerai (s’il est pas déjà mort).

C’est donc d’un pas rendu joyeux par cette sublime idée qu’il pris la direction de la salle dans laquelle il était à la base. Mais problème, il ne savait pas où c’était ! Bah oui, c’est un labyrinthe quand même ! Bon oki, les gnous sont cons mais ils savent engager quelqu’un pour leur faire un labyrinthe ! Il erra donc dans l’espoir de trouver la maudite salle et de pas tomber sur une autre, du style le dortoir ( on est en pleine nuit). Il continua donc à se balader. Enfin façon de parler vu qu’il était tel un serpent solide dans un entrepôt ( cqp ).
Il continuait à épier et à marcher à pas furtif quand il se cogna dans quelque chose, jusqu’ici pas de problème sauf que la grande chose dit, je cite, « aïe. »
Notre jeune yak regarda devant lui et ne vit qu’une chose noire, mais quand il leva la tête à une hauteur de 3 Néric ( cqp ) il distingua un museau, des cornes, des poils. C’était un gnou ! ! ! Et d’une taille pharamineuse en plus ! !
Le gnou ne calcula pas tout de suite :

- qui es tu pour être debout à cette heure ci ?
- je peux pas me fighter avec ça, faut que je le feinte, chuchota le yak. Euh je suis un des membres de la garde de nuit !
- impossible, avec mon frère Raoul nous sommes les deux membres de la milice de nuit …
- hum, oui mais, euh … c’est quoi ton nom déjà ?
- Razorbak
- Oui, mon petit … euh, mouais … Razorbak, je fais partie de la relève.
- De la relève ?

L’énorme gnou toisa le petit yak (sans reconnaître que c’était notre héros, vu qu’il l’avait jamais vu, et de toute façon c’est con un gnou) du regard et rit un bon coup.

- toi tu ferais partie de la relève ? ? HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH
- mais euh … je suis fort-euh ….
- ? ? ? Prouve le moi ! dit il avec un sourire digne d’un troll
- euh … je dois aller dans une salle maintenant, et après je suis à toi.
- bouge pas de là nabot.

Il saisit le yak par le cou et s’apprêta à lui décocher une praline quand soudain une voix presque divine s’éleva dans les airs :

- lâche le ou tu auras affaire à moi !

Le gnou reconnut tout de suite qui était l’intrus et parut amusé.

- Portequoi ! Tu es donc pas mort dans ta cellule, tu aurais dû y rester en tout cas. Etant membre de la milice, je peux enfin te tuer sans me faire tuer par NeoThePrut euh … Neo_Bahaprut. Je n’ai jamais eu le droit de te toucher, pourtant depuis que tu as tué mon père et ma mère …
- bah ! Vas-y, fais toi plaisir ! Se retournant vers Planqué il dit : et toi vas-t-en pendant que je lui règle son compte ! !
- non, je veux t’aider !
- fait pas l’idiot, Raoul va sûrement passer par ici, sans arme tu ne pourras en venir à bout, tu es trop jeune !
- euh ouais mais toi t’es trop vieux …
- ne me sous-estime pas Planqué, je fais partie du clan des Yamibu et je maîtrise le pouvoir de l'esprit.

Une aura étrange enveloppa le vieux yak qui sembla tout d’un coup plus jeune, plus énergique, plus serein. Planqué reconnut en lui le Portequoi de la bonne époque et partit en pleine confiance

- latte le ! ! !
- t’inquiète, dit-il en souriant, bientôt il aura plus de couilles.

Planqué sortit de la pièce et regarda une dernière fois en arrière. Il vit Razorbak voler et s’écraser contre un mur après un seul coup de Portequoi.

- ce serait donc ça la technique du vent divin obscur ? dit il la bouche complètement bée.
- vas-t-en ! ! J’en ai pas fini avec lui ! ! Et son frère aussi.

Raoul venait d’arriver et n’attendit même pas de comprendre pourquoi son frère se relevait complètement en sang. Portequoi devait maintenant subir l’assaut des deux colosses.
Planqué s’en alla en courant, en jurant de venir l’aider dès qu il le pourrait.
Les couloirs étaient étrangement calmes, mais en même temps ça pouvait paraître logique vu que les deux gars de la milice se battaient actuellement. Mais ça n’empêcha pas Planqué de tomber sur un gnou qui allait aux chiottes. L’immonde bestiole n’eut pas le temps de pousser un cri qu’elle se retrouva plaquée contre un mur.
- où est la salle du trône ? ?
- no comprendo senõr

planqué lui latta les couilles

- où est la salle du trône ? ?
- euh c’est par là-bas ( dit-il avec une voix aiguë ).

Planqué suivit le chemin indiqué par le gnou après l’avoir ligoté avec du PQ vivant dans les chiottes. Il arriva dans la salle du trône et fit bien attention qu’il n’y ait personne, puis il se dirigea vers le reste du coffret

- coffret, youhou, coffret !

Pas de réponse …. Planqué mis un coup de sabot dans le coffret qui se réveilla

- arf, qui me réveille ?
- c’est moi ! ! Tu te rappelle ? ?
- arrrrrrg ! ! !

Le coffret tenta de s’échapper mais abandonna en voyant qu’il n’avait pas de jambes.

- que veux tu ?
- comment fait–tu pour réveiller Migy ?
- comment t’as fait pour le retirer ? hallucina le coffre
- bah euh, je me suis fait torturer mais en fait je dormais, donc je sais pas trop.
- le seul moyen c’est de faire tremper le bras dans un bain de caramel saupoudré de MM’S ( là sérieux moi qui suis au régime je bave trop devant mon pc ). Ils auraient pas osé te faire ça quand même … les rascals ! ! Bon écoute moi, il n’y a qu’un seul moyen, c’est de danser des claquettes avec Migy sur la tête …
- QUOI ?
-. Nan je rigole … t’as juste à attendre qu’il se réveille.
- Oki c’est cool !

Quand tout à coup !!! tadaaaaaaaaaaaaaaaaaa (vieille musique glauque, si si imaginez).
Neo_Bahaprut surgit de nulle part !! (en fait si, il a surgit de quelque part, mais ça fait plus classe en le disant comme ça )

- alors tu t’es échappé … mais je savais que tu reviendrais ici !!
- bah non t’en savais rien.
- mais merde, ta gueule !! J’avais la classe en sortant de nulle part, alors me pete pas mon ambiance.
- oki, si tu veux …
- bon je vais devoir te tuer si tu ne restes pas en place, comme ça je pourrais faire un beau tambourin en plus de celui que je vais me faire avec …. PORTEQUOI !!! Bwouahahahahahahahahahahahah.

Des gnous amenèrent le vieux yak qui paraissait bien fatigué.

- PORTEQUOI !!!!! Tu es vivant ???
- Oui, jeune yak … j’ai eu les deux autres mais ils se sont mis à quarante contre moi.
- Migy !!!!!!

Et là, le gant se réveilla, en même temps, Planqué venait de lui crier dans les oreilles (si si ça à des oreilles un gant). Aussitôt le gant sauta ( si si ça peut sauter ) sur la patte de Planqué et fusionna aussitôt avec les mêmes lumières que la dernière fois.

- tu vas crever saleté de gnou !!!! dit-il le regard plein de haine

Neo_Bahaprut sortit son épée.


(partie rédigée par Jecht)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
zoamelgustar
Nain-filtré(e)


Inscrit le: 24 Jan 2005
Messages: 55

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(partie rédigée par Zoamelgustar)


- Viens donc me le dire en face !

Sur ce le combat commençât.

Au début Planqué semblait avantagé puisqu'il disposait d'une arme à distance. Mais le problème de Migy vient du fait que ses tirs de plasma c'est pas super rapide et qu’en plus ils se voient. Neo_Bahaprut n'avait donc pas trop de mal à esquiver.

-merde. Il arrive pas à me toucher mais j'arrive pas à trouver d'ouverture pour venir au corps à corps.

et là une idée germa dans son esprit lâche :

-je sais, je n'ai qu'à attendre qu'il se fatigue. Et là je pourrai porter le coup de grâce, pensa t-il en esquivant un enieme tir de plasma.

Planqué lui pensait strictement l'inverse.

- bon sang, j'arrive vraiment pas à le toucher. C'est trop lent mes tirs. Et à ce rythme là je vais jamais réussir à le tuer. Je me serai vider de mon énergie avant. Je sens déjà que je commence à faiblir.

Autour d'eux un cercle de gnous les entourait pour assister à la victoire de leur chef. Mais là, ils se faisaient un peu chier parce que le combat était pas super passionnant.

-aller chef, foncez dans le tas, vous êtes le plus fort. On en a marre de vous voir tourner en rond et ne rien faire. Bougez vous le cul. Montrez de quoi vous êtes capable.
-d'accord je vais vous le montrer.

Sur ce il je jeta en avant vers notre héros.

-maudit yak. Je vais te faire la peau!
-j'aimerai bien voir ça.

Planqué envoya une plus grosse boule de plasma, mais Neo_bahaprut, fit une superbe roulade sur la gauche, pour esquiver, et se releva quasiment immédiatement épée en avant en direction de notre Planqué national. Un grand coup circulaire fusa en direction de notre héros (tel un Aban Slash lors du combat contre Hadora). Bien sûr, le coup ne toucha pas notre héros puisque Neo_bahaprut se trouvait à trois mètres de lui, mais ce que planqué ne savait pas c'était que Neo_bahaprut maîtrisait l'esprit combatif et ce fut le souffle d'air qui toucha notre héros.
L’explosion qui en suivit créa un large nuage de fumée, cachant Planqué aux yeux de Neo_bahaprut.

-ça y est chef, vous l'avez eu! Crièrent les gnous tous en cœur.
-bien sûr que oui, vous en doutiez????

Quand tout à coup, l'instinct du gnou lui fit faire un bond sur la droite afin d'éviter le gigantesque jet de plasma qui lui arrivait dessus. (jet qui tua quand même 3 gnous dans le cercle, il faut préciser)

-comme as-tu pus survivre à mon Neo-slash????
-simple j'ai la meilleur des armures qui soit: un slip blindé. J'ai juste eu à me retourner pour encaisser le coup. Très joli d'ailleurs. Et je te félicite d'avoir éviter mon tir. Le problème c'est qu'à ce rythme là le combat peut durer un moment
-je ne pense pas, vu le nombre de tir que tu fais je pense que tu vas te vider rapidement de ton énergie.
-c'est pas faux. Il faudra donc que je trouve un autre moyen. Je vais te montrer la technique de Planqué au corps à corps.

Il se jeta alors sur Neo_bahaprut, poing gauche en avant (il peut pas vraiment se servir du droit puisque Migy est dessus.
Enchaînant coups de poings gauches, coups de pieds et quelques coups de boules, le combat commença à tourner en faveur de Planqué, Neo_bahaprut avec son épée était un poil défavorisé. Planqué restait tout près de lui et Neo_bahaprut ne pouvait pas utiliser son épée comme il l'entendait.

- allez chef, ne vous laisser pas avoir, flanquez lui une bonne raclée.
- bon j'ai pas le choix, il va falloir que je change d'arme.

Neo_bahaprut jeta alors son épée et sortit de son dos un petit katana. (ceux du style d'Aoshi dans Kenshin, mais là il en a qu'un)

-voila , avec cette lame plus courte je vais pouvoir me battre un peu mieux au corps a corps.

A partir de ce moment là, Planqué commença à perdre le dessus. Il avait beau attaquer à la main, Neo_bahaprut arrivait à parer, et surtout, malgré la très courte distance, il arrivait à attaquer. Le corps de notre héros commençait à être couvert de coupures. Aucune très grave mais le nombre commençait à être vraiment dramatique. Planqué sentit ses forces le quitter.

-tu es fort chef des gnous je dois l'admettre.
-toi aussi, personne n'avait tenu aussi longtemps contre moi, même pas Porc-teus.
-mais je te vaincrai, je n'ai pas le choix.
-comment l'espères-tu ? De toute façon, même si tu me vaincs, tu es entouré par toutes mes troupes. Dans ton état tu n'arriveras jamais à toutes les détruire et de toute façon tu mourras. Et si tu comptes sauver ton ami le vieux alors tu peux faire une croix dessus. Il sera le deuxième à mourir, après toi ou moi. Mais je pense que tu ne mettras pas longtemps à le précéder. Je vais mettre fin à ce combat tout de suite.

A ce moment là Portequoi, dans un dernier relent d'énergie hurla.

-tu dois faire confiance en Migy, Planqué. C'est une arme ancestrale très puissante. Ne crois pas qu'il n'y ait qu'une seule manière de s'en servir. Et ne t'en fais pas pour moi. Je vais mourir de toute façon, la technique de l'esprit que j'ai utilisé tout à l'heure m'a vidé. Il ne me reste plus que quelques secondes à vivre. Tu ne dois te battre que pour toi-même.

Sur ce le corps de Portequoi commença à fondre. Un peu comme un château de sable trop sec qui s'écroule. Et en quelques secondes, il ne resta plus du vieux maître qu'un petit tas de poussière au pied des deux gnous qui le retenaient prisonnier.

-Portequoi!!!! Non!!!!!
-pff, c'est malin, je viens de perdre une dizaine de tambourins. Quel vieux schnock. Bon pas grave, de toute façon je suis pas sûr que la peau aurait été super solide. Je vais me rattraper sur ton cul à toi Planqué.

Dans les yeux pleins de larmes pour la peine causée par la perte du vieux yak, on pouvait aussi apercevoir l'esprit bouillant du jeune yak, ivre de colère par les paroles du gnou.

-comment oses-tu traiter cet illustre héros de vieux schnock. Comme dernier repas, tu vas ravaler ces paroles.
-quoi un vieux schnock. Mais bien sur que c'était un vieux con. Il s'est sacrifié comme un abruti pour te venir en aide. Mais ça servira à rien. Quel crétin. Dire que j’avais gardé prisonnier cette vieille merde en pensant que ça pourrait servir à quelque chose. Je me faisais des idées. Une ruine pareille à part pisser, chier, bouffer et dormir, ça sait rien faire d'autre. Pire qu'un chat.

A ce moment là, une aura de lumière entoura notre héros.

-OUAHHHHH (cri à la Sangoku, quand Krilin il meurt conter Freezer)
_________________
the Puchuu N°2
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Une énorme explosion envahit la salle dans une lueur aveuglante. A la place où notre héros se tenait une minute plus tôt il y avait maintenant : Planqué, mais avec un gros changement au niveau du bras qui avait auparavant Migy. En effet, Migy n’était plus seulement un gant mais maintenant il recouvrait entièrement le bras lui donnant ainsi un air lugubre car le bras était comme recouvert par des symboles incrustés dans la peau. Planqué sentait maintenant la force monter en lui, il n’était plus le simple yak d’avant, il était maintenant un guerrier sans pitié.
Neo_bahaprut remarqua d’emblée le changement du jeune yak de part ses yeux. Planqué avait le regard froid et empli d’une tristesse incomparable, comme si le bouailleux prenait de la peine à tuer les gnous. Comme s’il ne pouvait plus contrôler sa force, comme s’il était sous l’emprise de quelque chose. Les gnous eurent peur, Neo_bahaprut le premier.
Il cria à ses hommes de foncer sur le yak mais aucun ne bougea. Pris d’une rage énorme due au fait de son impuissance face au jeune héros, il tua un de ses soldats, qui comprirent qu’ils devaient obéir. Les gnous se lancèrent sur le yak qui ne bougea pas. Il se prit un coup de lance qui fit voler une giclée de sang dans les airs, le coup était bien porté et Planqué ne put l’esquiver que de peu, les yeux toujours avec la même expression, puis un autre gnou s’avança avec une masse d’arme. Le gnou leva l’arme destructrice et l’abattit sur le coté droit du yak qui s’écroula.
Les gnous prirent alors confiance et se dire qu’ils avaient juste eu peur et que cette peur n’était qu’illusion. Mais quelque chose en Neo_bahaprut restait sceptique, l’aura de puissance qu’il avait ressenti était gigantesque et il se savait impuissant face à ça.

-seigneur, faites que ce ne soit pas ce que je pense, je vous en supplie . Murmura le chef gnou. Je dois en référer au Brouteur (aha nouveau personnage !!).

Neo_bahaprut se retourna et fila à toute allure. Un de ses soldats lui cria :

-que fait-on de lui chef ?

Le gnou supérieur leur dit de le tuer, le plus vite possible et en ne lui laissant aucune chance de survivre. Le soldat salua le chef et retourna à la besogne avec les autres gnous, qui jouaient avec le yak qui semblait totalement amorphe.

Neo_bahaprut continuait de marcher à bonne allure dans les couloirs de la citadelle des gnous, il stressait, il ne savait pas pourquoi, mais un grand et pesant pressentiment lui titillait le bas du ventre, lui donnant presque envie de vomir, ce qu il fit d’ailleurs en passant devant les cadavres de Raoul et de Razorback qui avaient été tués par Portequoi. Après une bonne demi-heure de marche, le chef gnou arriva devant une grande porte couleur ébène. Elle était massive et aurait pu résister à la charge d’un troupeau de bison (ce qui n’était pas rien, croyez-moi). Il frappa à la porte et elle s’ouvrit, ouvrant la visibilité du gnou à une grande salle dont les tentures d’or et de diamants auraient pu rendre jaloux les plus grands seigneurs. Mais Neo_bahaprut n’y fit pas attention et se dirigea directement devant le trône étincelant qui se tenait dans le fond de la salle. Une voix l’accueillit :

- que viens-tu faire là Neo ? Tu ne me rends pas visite très souvent, aurais-tu un ennui assez important pour me déranger en pleine méditation ?

Neo remarqua qu’il tenait un magazine avec des femelles gnous rasées intégralement et se dit que le Brouteur avait un étrange humour pour dire qu’il méditait.

- nous avons capturé un yak dernièrement.
- Aaaah ! C’est bien ça, on se fait un paquet avec les tambourins !
- Oui mais ce yak nous résiste, il a tué bon nombre de nos soldats. De plus il porte un étrange gant à la main gauche … Migy qu’il l’appelle.
- Quoi ?

Neo allait prendre la parole pour envoyer chier son chef qui l’écoutait pas quand soudain un soldat rentra en rampant dans la pièce.

- c’est horrible chef, le yak … il, il est toujours vivant … il a tué presque tous mes compagnons … chef, on arrive pas à l’arrêter …
Neo resta sans voix … il regarda le Brouteur et le vit souriant :

- Je sais ce que nous allons faire, dit le Brouteur. Neo, préviens tous les soldats de la cité et ordonne leur d’attaquer.
- Mais, tous les soldats …
- Tais-toi, et fais ce que je t’ordonne ! Tu ne sais pas qui il est, mais autrefois le yak possédant Migy a bien faillit détruire la race des gnous. Il n’a pas l’air de maîtriser ses pouvoirs, le temps est donc bien choisi pour l’achever avant qu’il ne mette notre peuple en danger.
- Mais qui était ce yak ? L’autre ?
- Portequoi … Neo, autrefois moi et les 5 Brouteurs, nous avions battu ce chien de yak et avions sceller la puissance de Migy dans un coffre. Le coffre parlait et était même plutôt lourd, donc personne n’avait l’idée de l’ouvrir. De plus, seul un yak d’une puissance potentielle supérieur à nous, les 5 Brouteurs, peut l’ouvrir. Si ce que tu dis est vrai, soldat, alors l’armée gnou ne sera pas de trop pour l’empêcher de se venger.

Neo sentit une sorte de crainte le gagner, si le Brouteur disait vrai, alors ce yak allait leur botter leur petit cul de gnou.
Planqué tuait. C’était le mot, à chaque gnou qui arrivait, Migy lui donnait le pouvoir de les tuer, s’en était presque trop facile. Mais là où il tuait un gnou, deux autres reparaissaient. Planqué commençait à fatiguer, depuis peu il avait retrouvé ses esprits, récupérant des yeux non livides car il s’était aperçu qu’il se battait en étant évanoui, Migy prenait corps en lui et le protégeait pendant son inconscience! Les gnous ne résistaient pas et ça en devenait lassant, même si la fatigue commençait à se faire sentir, le jeune yak savait que son bras combattrait même pendant son sommeil. Il tapait, il tapait. Il devait en être à son 500e gnou quand tout à coup Migy échoua ce qui sortit Planqué de sa torpeur. Migy redonna un coup et échoua de nouveau. Le Brouteur se tenait devant le Bouailleu avec une épée énorme à la main.

- je constate avec satisfaction que tu ne sais pas te servir de tes pouvoirs. Tu vas donc mourir, dit le Brouteur.
- qui es-tu ? Tu as l’air fort pour résister à Migy.
- je suis un des Brouteurs, tu n’as pas besoin de connaître mon nom, tu va bientôt mourir de toute façon.

LB se mit en position de combat, son épée de 2m de long en arrière. Planqué ne bougea pas, faisant confiance à Migy. LB sourit d’un sourire sadique qui en disait long sur sa force. Puis LB disparut en un éclair, il se retrouva derrière Planqué qui, grâce à Migy, put parer le coup d’une puissance telle qu’il vola dans le mur. Planqué cracha du sang et sourit :

-enfin un adversaire à ma mesure on dirait.

La joie de combattre avait regagné le jeune yak, et se fut avec un autre visage, le même que celui du Brouteur, qu’il réapparut du tas de pierre.

- tu m’as réveillé sale gnou. Je me reposais trop sur Migy, maintenant tu vas en baver !! Je vais te faire comprendre le sens de l’expression « fort comme un yak » !

LB sourit et une fois de plus disparut en un éclair pour réapparaître devant le yak, il feinta de son corps à gauche et disparut de nouveau pour réapparaître à droite et frappa. Planqué éclata de rire tout en parant le coup de LB.

- décidément vous faites tous la même feinte, vous les gnous, à moins que ce soit l’auteur qui manque d’imagination !

LB sourit à nouveau :

- tu n’as pas encore gagné.

Il se repositionna et attaqua immédiatement, Planqué eu du mal à retenir le coup d’une extrême violence et recula, le Brouteur fit alors volte face et décocha un rapide coup qui fit une grande traînée rouge écarlate dans la tenue de Planqué. Celui-ci n’eut pas le temps de reprendre ces esprits que le gnou décocha un nouveau coup qui ripa sur Migy. Le gnou semblait vouloir en finir le plus vite possible. Planqué se releva et eut juste le temps de parer un nouveau coup, puis un autre, le yak se faisait marteler de coup en fait (rappeler vous Chun Li dans Street fighter, bah c’est pareil ! Lol). Le jeune yak ne trouvait pas d’ouverture et ne faisait que parer. Le Brouteur gérait bien son combat et ne laissait aucune liberté au yak. Mais à un moment, il fit une erreur, et Planqué en profita, il lui décocha un coup de poing plasmique qui fit sortir un râle de douleur au gnou. Planqué en profita et lui décocha un autre coup qui fit voler le gnou.
Le Brouteur continuait de sourire, il prit son épée d’une main et chuchota une phrase étrange que Planqué ne comprit pas. Une forme étrange apparut dans la main gauche du gnou.
Le yak arrêta de sourire, quelque chose se tramait et Planqué ne savait pas quoi. Soudain le gnou fonça sur Planqué qui fit un mouvement rapide d'esquive mais le gnou disparut subitement laissant un yak totalement étonné. Puis soudain la lourde épée du gnou tomba à terre mais Planqué se prit un coup ... de coton tige géant !
le jeune yak éclata de rire :

- c'est avec sa que tu comptes me battre?
- tu me parais bien sûr de toi tout à coup ...

Le gnou sourit de nouveau et fonça sur le yak, celui-ci se mit en posture de défense, cherchant la moindre occasion de contre-attaquer quand soudain le coton tige fut devant ses yeux. Il ne put l’esquiver et se prit le coup de l’arme dont le coton n'avait de coton que le nom. Le yak se releva de sa chute, crachant du sang :

- que, ... comment fais-tu ça?
- mouahahahahaha ! Ne me dis pas que tu as oublié? Et ton ancienne arme? La pince à linge .. Et bien mon arme est du même forgeron, c'est le coton tige magique !

Planqué comprit de suite, sa pince à linge était redoutable, une arme magique capable de s’agrandir et d’ouvrir n’importe quelle porte. Il aurait du mal, ces armes avaient la réputation d’être les meilleures du monde, mais il avait Migy :

- tu oublies mon arme, je vais te vaincre et après je m’occuperai de ce Neo_bahaprut !
- tu peux le tuer, il ne nous est d’aucune utilité. Il a réussi à faire perdre une bonne partie de l’armée des gnous avec ton aide, il sera sûrement rétrogradé, sa mort ne t’apportera donc rien

LB sourit d'un air diabolique et se remit en position de combat suivit par le yak. Mais cette fois ci le bouailleu n'attendit pas et fonça, il tenta un coup de front que le gnou balaya aisément. Il se retourna alors d'un coup de hanche et donna un coup de flanc avec le coton tige qui envoya Planqué valdinguer à travers la salle du trône. Le yak était sérieusement blessé par ce coup. Il saignait abondamment car la chute lui avait ouvert le flanc. Le yak devait admettre une chose, LB était vraiment très fort, il ne connaissait pas ces brouteurs, mais ce qui lui vint à l’esprit fut qu'il y en avait 5 à abattre et qu'il devrait les abattre pour remplir son objectif principal : tuer les gnous.
Le gnou s'avançait tranquillement vers Planqué, le coton tige magique à la patte. Le bouailleu crachait son sang, il se releva et LB lui assena un cou d'une puissance telle qu'il fléchit et faillit perdre connaissance. Le yak était livide et n'avait plus la force d'utiliser Migy.
Tout semblait perdu quand tout à coup la grande porte de la salle du trône de Neo_bahaprut vola en éclat.
Planqué leva la tête et put difficilement voir le visage de l'inconnu, l'intrus était un yak souriant, l’air sûr de lui. Le Brouteur cracha un juron et fonça sur le yak, il lui décocha un rapide coup de coton tige que l’inconnu para très facilement, il riposta d'un coup de sabot dans le ventre qui fit s’évanouir le brouteur. Le yak s’avança et aida Planqué à se relever.

- je .... qui es-tu? Comment as-tu fais ça? Il était si fort ... tu l'as tué d'un coup alors que moi je me suis fait battre si facilement.
- je suis Jaitch, un des 3 sabots du ciel, avec Gougoustar et Cailleba.
- pourquoi as-tu fais ça?Je ne comprends pas.
- on pense que tu pourras nous servir pour plus tard.
- pourquoi?
- chuuuut ! Faut y aller maintenant ! Il va se réveiller, et j’ai pas envie de me battre maintenant.
- mais ?
- raaaah, m'oblige pas à t’en mettre une !

Jaitch ne laissa pas plus de choix à Planqué, il le prit sur son dos comme un sac à patates et courut hors du château.
Par chance, les gnous n'avaient pas remarqué le départ et le fait que le brouteur soit KO, mais bon, en même temps Planqué en avait tué plus d'un ! Les deux yaks continuaient leur chemin, le bouailleu sur le dos du sabot du ciel et le sabot allait vite, très vite. Ils s'arrêtèrent en chemin à une auberge, le zébu farci, pour y passer la nuit.
Jaitch prit une chambre et y installa Planqué, il lui mit des bandages et un peu de sel sur les plaies (il dit que ça forge un yak ...) pour que ça cicatrise d'un coup puis il descendit.
Planqué reprenait tranquillement ses esprits, une douleur horrible se faisait ressentir sur chacune des plaies de son corps, comme si du sel avait été mis dessus. La tête lui tournait, il essaya de se redresser et mit un temps fou à se mettre debout, il enfila péniblement un short à fleurs (il ne savait pas à qui il était, mais il était là donc ), sortit de la pièce où il avait dormi et se retrouva vraisemblablement devant un escalier menant à la salle commune. Il y descendit et vit un yak dansant sur une chanson allemande habillé en vert avec d'autres personnes. La chanson parlait d'une ville appelée Moscou - étrange musique mais très entraînante - Planqué s'assit à une table et commanda un lait grenadine. Le sabot du ciel le rejoignit, en sueur :

- alors, enfin remis?
- oui ça va mieux ...
- t'as faim? Tu veux du beurre de cacahuète?

Planqué regarda avec dédain le pot qui traînait devant lui et dit non d'un signe de main.

- t'as tort ! Tu loupes quelque chose !

Les deux yaks prirent un copieux petit déjeuner. Une fois terminé, Jaitch se leva et se barra en courant vers la sortie. Le bouailleu incrédule se leva lui aussi non sans mal et suivit le yak, le tout poursuivi par le patron de l’auberge un hachoir à la main. Au bout de 5km et avec une flèche dans le cul, Planqué rattrapa le sabot du ciel qui grignotait quelques biscuits :

- pourquoi as-tu fais ça?
- bah, j'avais pas de quoi payer.
- et mes affaires ?
- bah fallais faire comme moi et les prendre pour manger.
- ...
- quoi?
- bah quand je vais dans une auberge je paye, c’est tout.
- ah ? Mais moi j'ai pas d'argent en fait. Je travaille pas donc j'ai pas de thunes !
- ..... ok, donc on va faire ça à chaque fois ?
- nan maintenant on va rester dans le coin, pour ton entraînement ! D'ailleurs plante moi cette tente en peau de gnou !
- .... ça fait partie de l’entraînement?
- euh ouais, on va dire ça. Fais ! Moi je te regarde !

Le sabot du ciel s'assit contre un arbre et s'endormit rapidement. Planqué quant à lui ne s'arrêta pas, il était encore fatigué et ne demandait que ça, lui aussi, de faire la sieste. Une fois terminé, le yak s'installa contre un arbre lui aussi et s'endormit. Planqué dormit plusieurs heures durant, mais à son réveil, il n'y avait plus de trace de Jaitch. Seul un mot était posé à coté de la tente démontée (quel fourbe !) :

"Une mission m'a été confiée en urgence, j'ai démonté ta tente parce que ça me faisait bien marrer, pour ton entraînement attends ici sans bouger à 100 mètres à la ronde en attendant le retour d’un des sabots du ciel ! Good luck ! Ps: j'ai mangé toute ta bouffe aussi x"


(partie rédigée par Jecht)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
zoamelgustar
Nain-filtré(e)


Inscrit le: 24 Jan 2005
Messages: 55

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(partie rédigée par Zoamelgustar)


Planqué donna un coup de sabot dans l'arbre à coté de lui, il maugréa et maudit ce yak quand soudain il entendit un cri de femme. Il se précipita dans la direction du cri et arriva devant une jungle très touffue. Il se dit :

- Bon tu va pas faire ta femmelette, c’est que des arbres après tout. Et une jeune et j’espère jolie demoiselle attend ton aide. Alors en avant.

Sur ce il s’engouffra dans le labyrinthe de verdure. Armé de Migy qui ne le quitte plus, il se fraya un chemin parmi les lianes et autres plantes grimpantes. Il avançait péniblement quand tout à coup le cri se fit de nouveau entendre, il redoubla alors de vigueur et accéléra dans cette direction. Au bout d’une centaine de mètres, il finit par arriver au point qu’il pensait être le lieu du crime mais il ne déboula que dans une clairière, totalement vide.

- Bon alors elle est où cette DED (Demoiselle En Détresse) ?

Notre héros avança vers le centre de la clairière, poing prêt à toute initiative. Il resta là un moment à attendre pour voir s’il n’avait pas fait d’erreur et que le cri provenait bien de cet endroit. Mais rien, un silence de mort, même pas le moindre petit oiseau qui gazouille ou le lapin qui court dans l’herbe.
2 minutes passèrent et Planqué commença à perdre son attention. C’est à ce moment là que le monstre attaqua. Il arriva dans le dos de Planqué, comme tout monstre lâche qui se respecte. Avec l’élément de surprise, il put porter la première attaque qui toucha Planqué au niveau de l’épaule droite. Planqué se retourna donc aussi vite que son état le lui permit et fit face au monstre, qu’il reconnut tout de suite.
Haut de 2 mètres 70, aussi vert que n’importe quelle plante, un nombre d’yeux supérieur à la moyenne (10 pour être précis) et le double de tentacules, et suffisamment de poison dans l’organisme pour raser un village de la taille de Reze : Un Edimolyx.
Planqué porta la main à son épaule touchée et regarda le liquide visqueux qui se trouvait sur celle-ci : une espèce de liquide marron composé du sang de notre héros et du poison secrété par l’ignoble créature. Planqué se rappela que ce monstre, non content d’empoisonner en coupant sa proie pouvait aussi cracher une vapeur tout aussi dangereuse que les tentacules. Il s’éloigna doucement de la créature en reculant, cherchant toujours la demoiselle en détresse des yeux. C’est à ce moment là que le monstre poussa son cri :

-Au secours ! hurla t-il avec une voix aiguë.

-alors c’était ça. C’était toi le cri. Tu fais ça pour attirer des aventuriers comme moi et les manger ensuite. Mais pas de chance pour toi, je ne suis pas comme ces guerriers de pacotille que tu as affronté auparavant. Tu as attiré ta toute dernière proie. Tu va mourir à l’instant. »

Sur ce il brandit le poing droit et s’aperçut de son erreur. Et oui, le poison venait de paralyser tout son membre. Impossible d’utiliser sa main droite et donc Migy.

-Bon alors là, je suis pas dans la merde en fait, je peux arriver à couper des lianes avec la main gauche, mais là, ça me semble un peu trop. Bon alors il me reste quoi comme solution ? Si je me souviens bien, le poison mortel de Edimolyx agit relativement vite, une dizaine de minutes. Et le seul antidote que je connaisse est sécrété par lui même dans une glande sous le cerveau. Si je doit faire quelque chose je dois le faire vite.

Il se jeta alors sur le coté droit, au moment où le monstre attaqua avec une feinte à gauche. Se relevant d’un bon, notre héros fonça vers la créature afin de trouver un point faible et aussi échapper aux tentacules et au souffle mortel. Il se retrouva alors à l’arrière du monstre s’accrochant à deux tentacules situées dans le dos pour les empêcher de le frapper. Mais ce que Planqué n’avait pas prévu était que ce monstre là était un vieux roublard qui avait traîné sa bosse. Il n’en était pas à son premier aventurier et ce coup là avait été testé un nombre de fois incalculable. Il avait donc développé une technique toute personnelle pour ce cas de figure. Plutôt que de cracher un jet de poison par la bouche, il le cracha par un autre orifice, situé a l’arrière, juste en bas du dos. Le problème pour notre héros fut que cette technique ne servant pas souvent, les gaz avaient eu le temps de macérer longtemps, et le poison fut encore plus violent. Planqué se retrouva donc dans le nuage nauséabond et fut pris d’une violente quinte de toux.

-Et merde. Teuh teuh. J’en ai avalé. Teuh teuh. Le poison va agir encore. Teuh teuh. Plus vite, il faut que je trouve une… teuh teuh… solution au plus...teuh teuh…vite, dit-il en reculant et en effectuant une autre roulade à gauche pour échapper à une nouvelle attaque de tentacules.

-je dois arriver à trouver une faille, atteindre le cerveau et le détruire. Et vite.

Il se jeta donc, poing gauche en avant avec une branche morte dans celui-ci en guise d’arme improvisée, sur le monstre mais fut stoppé net à mi-course par une violente quinte de toux.

-Teuh teuh teuh. Je crois que c’est la fin là. J’arrive même plus à mettre un pied devant l’autre. Saleté, dire que si j’avais pu utiliser Migy tu n’aurais pas tenu 10 secondes.

Sur ce il s’écroula à 4 pattes sur le sol essayant de retrouver un semblant de force pour un ultime assaut. La créature voyant sa proie dans un tel état se dit que c’était la fin et qu’il était temps de passer à table. Une tentacule fusa donc en direction de notre héros, mais, à mi-chemin entre son point de départ et Planqué, elle s’embrasa et tomba sur le sol en un petit tas de cendres.

-Pfff ! Vraiment, je vois pas ce qu’il te trouve, dit une voix venue de derrière le monstre.
Perdre contre une plante verte, tu me déçois. Non vraiment ce Jaitch, à quoi il pense des fois. Comment peut t-on penser que l’on peut avoir besoin d’un yak de ce niveau. Enfin bon, y’a une prophétie, alors !

Au même moment, une lueur monta du sol à l’endroit même où se tenait Planqué. Trois boules d’une lueur bleutée se mirent à tourner autour du yak tout en montant. Arrivée au niveau de la tête de notre héros, elle pénétrèrent son corps et une sorte de vapeur verte kaki s’en échappa.

-Bon voilà, je viens d’éliminer le poison de ton corps. Tu ne mourras plus comme ça. mais je crois qu’il va falloir que je me débarrasse de cette plante tout seul. EH TOI ! LE PISSENLIT ! Je suis derrière.

Planqué n’arrivait pas à comprendre ce qui venait de se passer mais il savait une chose : c’était que même si la douleur était toujours présente, il ne sentait plus le poison dans son organisme. Il vivrait, du moins pour le moment. Il puisa donc dans ses dernières réserves d’énergie afin de se lever pour voir qui était l’individu qui venait de le sauver. Ce qu’il aperçut ne le surprit que peu. Un Yak se tenait là, adossé à un arbre en train de se parler à lui même, ne prêtant même plus attention à l’Edimolyx qui s’avançait dans sa direction.

-Bon ça y est je me suis décidé. dit le yak en relevant la tête en direction du monstre. Je savais pas lequel faire. Bon Planqué regarde bien. Je crois pas que tu vas voir ça tous les jours, tu es attentif. Je suis parti.

Une aura enflammée entoura alors le yak, devenant de plus en plus grosse et de plus en plus brillante. Et au moment où les flammes de l’aura atteignirent environ 3 mètres de haut (ce qui pris environ 1,5 secondes), le yak leva les bras en direction du monstre en criant quelque chose :

-BRASIER XXXX.

5 traits de feu sortirent alors du sol, montèrent vers le ciel puis plongèrent sur l’Edimolyx, provoquant ainsi une formidable explosion et des jets de flammes qui masquèrent complètement le montre au yeux de Planqué.

Quand la fumé se fut dissipée, Planqué regarda à nouveau à l’endroit où se trouvait la créature, mais tout ce qu’il aperçut fut un gros tas de cendres et une zone sur le sol qui brillait, comme si celui-ci avait été vitrifié par la chaleur.

-Bon ça me semble pas trop mal pour un essai. Mais les flammes sont pas montées assez haut à mon goût ça fait pas assez impressionnant. Faudrait que je travaille ça. Enfin pour une première au moins ça a été efficace. Alors Planqué qu’est que tu fous encore là ? Tu viens oui ? J’ai pas toute la journée. Et pis j’ai faim aussi. T’as quelque chose à manger ? Bon le voilà encore sur les genoux. Mais qui m’a fichu un yak pareil. Bon alors !

il leva encore un bras en l’air et cria :

-SOIN.

Là ce furent 4 boules qui émergèrent du sol autour de Planqué. Cette fois-ci elles émettaient une lumière verte, mais pénétrèrent tout de même dans le corps de notre héros.

-Bon alors tu te sens mieux là ? Aller on se lève, on a encore plein de truc à faire.

Planqué mit quelques secondes avant de se rendre compte qu’il ne ressentait plus aucune douleur et que presque toutes ses forces était revenues. Il se leva donc et avança en direction de l’autre yak.

-Comment vous avez fait ça, et qui êtes-vous, et pourquoi je me sens bien maintenant, et pour…
-Holà ! Une seule question à la fois. Bon pour la première, c’était parce que j’en avait envie. Mais toi aussi tu as trouvé ça pas terrible. Oui je sais mais c’était un essai. En fait je me demandais quel sort je pouvais utiliser. Y’en a pleins qui me sont venus à l’esprit, mais justement y’en avait trop. Au départ, je voulais utiliser ULTIMA, mais je me suis dit que c’était pas approprié. Le monstre était trop faible pour un sort aussi bien. Alors après j’ai songé au DRAGON SLAYER, mais j’ai pensé au reste de la foret et je me suis dit que c’était dommage de tout transformer en cratère pour un simple Edimolyx. Le météore ça aurait été bien aussi, mais j’ai vu que tu étais trop proche du monstre. Ca aurait été con de te tuer alors que j’étais là pour te sauver. Alors je me suis dit, bon c’est une plante, donc un petit brasier ça serait pas mal. Mais ça me semblait pas assez impressionnant alors j’ai voulu améliorer le truc. Mais je crois pas avoir mis assez de force dans les X. Ca a pas changé grand chose par rapport au brasier X de base. Encore un truc à travailler quoi. Bon allez, reste pas là les bras ballants et montre moi le chemin de ton campement.

Sur ce, les deux yaks sortirent de la forêt en direction du campement de Planqué.

-Tiens ? c’est bizarre, on dort mieux dans une tente quand elle est montée non ? on t’a jamais appris à faire ça, c’est pas normal.
-Si, mais quand je me suis levé ce matin elle était comme ça. Mais j’ai l’explication. Un yak nommé Jaitch a laissé ce mot en partant.
-Tiens ! Ca m’étonne pas de sa part. toujours le mot pour rire. Par contre il va payer pour avoir pris toute ta bouffe. J’avais déjà posé une option dessus. Je meurs de faim moi.
-Vous dites que vous connaissez ce Jaitch, mais qui êtes-vous donc ?
-Bon alors d’abord tu arrêtes le Vous, c’est le genre de truc qui m’énerve. Et ensuite je pensais que tu aurais trouvé tout seul. Je suis un des 3 sabots du ciel. Mon nom est Gougoustar.
-Vou… toi aussi. Mais qu’est ce que vous me voulez tous. l’autre Jaitch a dit que vous pourriez avoir besoin de mon aide. Et tout à l’heure tu as parlé de prophétie.
-Moi j’ai dit prophétie. Mais non, tu étais trop faible, tu as mal compris. ahahahahahah ! Non je disais euh euh….y’a besoin d’un prof ici. Oui c’est bien ça que j’ai dit. Ahahahahahah. Oui tu as besoin d’être formé. D’ailleurs première chose. Pourquoi t’es-tu éloigné. Le papier te disait d’attendre dans un rayon de 100 mètres. Et là tu n’y étais pas vraiment.
-Bah oui je sais mais j’ai entendu un cri de détresse alors ni une ni deux je me suis lancé à son secours.
-Peut être mais tu as failli mourir. Et tu es tombé dans le piège comme un débutant. Tu as eu de la chance que je n’aime pas être en retard et que je n’ai pas attendu trop longtemps pour venir te chercher. Non franchement ce Jaitch, il pouvait pas attendre que j’arrive. En plus j’avais des choses à lui dire. Si un jour tu le vois dis lui qu’il faut que l’on travaille cette technique de tourner avec une jambe en l’air et tendue. Enfin bon là n’est pas la question. La première chose à faire, est de….. manger. Et c’est moi qui régale.
-Y’a une auberge pas loin. D’ailleurs il faut que j’aille y faire un tour pour récupérer mes affaires.
-Non ne me dis pas qu’il l’a encore fait. Il est parti sans payer, et sans te prévenir bien sûr. Pff. Pourquoi il fait toujours ça ?
-bah il a dit qu’il a jamais d’argent parce qu’il travaille pas.
-tu parles. Il est plein aux as. C’est vrai qu’il travaille pas. Mais vu le nombre de gnous, de zébus, de bisons et autres qu’il a détroussé, il a largement de quoi s’offrir quelques auberges. Enfin bon. A ce qu’il parait il garde cet argent pour un projet bien spécial. Mais il a jamais voulu nous en parler. Bon alors elle est où cette auberge ?

Les deux yaks se dirigèrent donc vers l’auberge du Zébus farci, et commandèrent le meilleur repas du menu. mais avant ça, Gougoustar envoya Planqué chercher toutes les affaires qu’il avait oublié la dernière fois.

-Ah ! la vache, ça fait du bien de manger un coup, ça faisait longtemps que j’avait pas fait un vrai repas.
-Maintenant que nous sommes au calme et que j’ai toutes mes affaires, tu pourrais me dire pourquoi vous, je veux dire les sabots du ciel, vous me suivez ; que me voulez vous ?
-Bon alors écoute bien. Tout d’abord tu dois savoir une chose. On est de ton coté, ça c’est sûr. En plus, il faut que tu saches que moi aussi je viens de Bouaille. Donc comment pourrais-je nuire à un de mes compatriotes.
-Ah bon ? tu viens aussi de Bouaille ?
-Oui, j’en suis parti depuis longtemps. Mais je reste fier de mes origines. Bon enfin là n’est pas la question. Si je suis là c’est pour te dire quelque chose de très important. Tu es trop faible.
-Quoi, mais pourtant je me suis fait 500 gnous à moi tout seul en même temps et je suis encore là.
-Oui et tu t’es fait rétamer par un Brouteur seul.
-Oui c’est vrai. Mais c’est parce que je comptais trop sur mon arme. Je n’étais pas bien impliqué dans le combat.
-Voilà où je voulais en venir. Tu as une très bonne arme, peut être une des plus puissante qui soit au monde. Mais le problème ne vient pas de l’arme. Il vient de toi. Tu n’as pas le niveau pour manier Migy à son maximum.
-Tu es sûr ? Pourtant j’ai passé une étape. Avant Migy ne recouvrait que ma main et maintenant elle fait tout le bras.
-Oui et elle recouvrait presque entièrement le corps de son ancien propriétaire. Non crois moi, tu n’as pas le niveau.
-Et que dois je faire alors ?
-Bah ! moi je vois 2 solutions. La première, tu te trouves une autre arme adaptée à ton niveau. Comme ça tu pourras te battre bien, en attendant de pouvoir reprendre Migy.
-Et la deuxième ?
-Tu suis un entraînement intensif en vu de maîtriser Migy le plus vite possible. Le problème de cette solution est que personne ne peut savoir combien de temps cela va te prendre. Donc moi je te conseille la première solution.
-Mais je l’aime moi Migy.
-Là n’est pas le problème. Le problème est que les Brouteurs sont au nombre de 5 et que tu t’es fait rétamer par le plus faible d’entre eux. Donc tu as un gros problème. Je ne sais pas s’ils vont se mettre à ta poursuite, mais si c’est le cas, il va falloir que tu te défendes par toi même.
-Très bien, mais où puis je trouver une arme du niveau de Migy ?
-C’est une très bonne question qui mérite d’être posé. En fait j’ai pas vraiment de réponse, puisque je me bats sans arme moi donc je m’y connaîs beaucoup moins que Jaitch ou Cailleba.
-Bah alors pourquoi c’est toi qui es venu me voir ?
-Pour 2 choses. La première je voulais voir qui tu étais et si tu es bien celui que l’on attend. La deuxième, était que si tu répondais à la première, bah je voulais voir à quoi tu ressemblais exactement. Et pis, j’en profite pour te donner des petits conseils. En tout cas, si je peux te dire un truc. Si tu veux t’entraîner, je te conseille d’aller vers le Sud Est. Saori et ses chevaliers feront un bonne exercice. Et qui plus est, tu pourras peut-être trouver une bonne arme là-bas.
-Ah oui ! tiens c’est vrai, je n’y pensais plus à elle. Bah, je crois que je vais faire ça alors.
-En plus je crois qu’il sont en train de signer un pacte avec les zébus, il faut donc que quelqu’un les arrête. Bon allez, le repas est fini. Il est temps d’aller faire un peu d’entraînement.


Sur ce, Gougoustar se leva et alla poser 3 pièces d’or sur le comptoir :

-Vous mettrez le repas d’hier sur la même note tavernier.

En sortant de l’auberge, Gougoustar dit à Planqué :

-enfin je dois quand même te remercier d’avoir été dans cette forêt ce matin. L’Edimolyx avait un bon paquet d’or, sûrement appartenant à toutes ses victimes. Vu le nombre de pièces, il y a dû en avoir un bon paquet de pauvres malheureux. Enfin bon moi ça m’arrange, dit il avec un sourire jusqu’aux oreilles.

De retour au campement de Planqué, celui-ci dit :

-Tu as parlé d’entraînement. Tu voulais dire quoi par là ?
-je veux juste savoir si tu as des aptitudes pour la magie ou alors si tu es un bourrin de base comme Jaitch.
-Magie, c’est à dire ?
-Bon alors regarde. Tu vois cette montagne la-bas ?
-Bah oui bien sûr.
-Attends !

Suite à ces mots, Gougoustar ferma les yeux, et une boule lumineuse apparut dans chacune de ses mains. Une bleue dans la main gauche et une jaune dans la main droite. Celle de la main gauche provoquait un froid mortel tandis que celle de droite semblait pouvoir réduire en cendre tout ce qu’elle touchait. Les boules commencèrent à grossir et lorsqu’elles atteignirent la taille d’un ballon de basket, Gougoustar les fusionna. Un trait d’un blanc éclatant jaillit alors de ses mains au moment même où Gougoustar cria :

-MEDOROA.

Le trait lumineux fusa en direction de la montagne. Mais au lieu d’exploser comme Planqué l’avait imaginé, celui-ci traversa la montagne, ne laissant qu’un immense trou dans celle-ci.

-Voilà ce que j’appelle par magie ! bon on va commencer plus simple avec toi.
-Tu crois réellement que je suis capable de faire la même chose ?
-Bah as-tu déjà essayé ?
-Non.
-Alors comment sais-tu que tu n’en es pas capable. Alors, un truc simple : le brasier. Tu t’imagines dégager de la chaleur par ta main et tu essayes de la concentrer en une boule. Vas-y je regarde.

Planqué se mit donc en place, ferma les yeux et se concentra très très fort. Au bout de 30 secondes, une petite flammèche de la taille d’une flamme de briquet jaillit au milieu de la main. Et Planqué s’écroula sur le dos, en sueur.

-Bon c’est un bon début, tu pourras peut-être allumer tes clopes comme ça. mais il va falloir que tu travailles ça par contre, être crevé juste avec une petite étincelle c’est pas terrible pour draguer dans la rue. C’est comme ça que ça doit devenir.

Et là une flamme de 4 mètres de haut jaillit de la main de l’autre yak.

-bon je l’avoue là, pour la drague c’est pas terrible non plus, c’est un peu beaucoup. Mais bon. Au moins tu n’es pas dénué de PM c’est un bon point.
-comment que t’arrives à faire un truc pareil en continu sans t’écrouler de fatigue ?
-bah je sais pas, l’endurance sûrement. J’ai fait ça toute ma vie faut dire. Enfin bon, je vais te laisser là à ton entraînement. De toute façon il va falloir que tu te mettes en route sans tarder maintenant. Moi j’ai d’autres trucs urgents à faire, notamment retrouver ce Jaitch. Et pis tu sais ce que tu dois faire de toute façon. Alors Atchao bon dimanche.

Et Gougoustar disparut de la vision de Planqué. Celui-ci retourna donc vers son campement, ramassa ses affaires, roula la tente en peau de gnou et se dirigea vers le sud est, à la recherche de Saori et d’une nouvelle arme.
_________________
the Puchuu N°2
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Il marcha ainsi pendant 3 jours sans rencontrer aucun problème qui mérite d’être narré. Mais au matin du 4eme jour, en émergeant de la tente, il aperçut un des chevaliers de Saori, Kenneth du signe de la loutre asthmatique.
Ce dernier se délestait de quelques poids intestinaux dans un fourré et n'avait point remarqué la présence du jeune yak.
Planqué enfila son caleçon en mithril (mithril-man, je suis le mithril-man !! .... cqp) et se faufila à travers les branchages, prêt a bondir sur le personnage afin de le faire parler. Bon il attendit que Kenneth finisse tranquillement quand même, parce que sinon c'est plutôt gore.
30 min après, il était long le bougre, Kenneth remonta son pantalon et enfila son armure, c'est à ce moment là que Planqué lui sauta dessus, armé de son bras droit. Il lui décocha un coup de plasma directement dans les jambes qui provoqua l'écroulement du chevalier. Celui ci se releva péniblement mais le bouailleux avait déjà réarmé son bras et lui décocha un coup dans le torse ce qui le renvoya par terre, complètement dans les vaps.
Le yak l'attacha à un arbre, le dessapa presque entièrement et le réveilla à coup de mandales.

- keuf keuf ... c'est à quel sujet? Dit le chevalier étonné.

Planqué lui mit une autre torgnole et lui dit :

- salut, tu sais qui je suis?
- à vrai dire ... non ... je suis censé te connaître?
- pas spécialement ...

Planqué se dit en lui même que les gnous n'avaient peut être aucun rapport avec les chevaliers alors.

- que fais tu par ici? Dit notre héros
- euh ... c'est tournez-ménage là? C'est quoi ces questions de merde?

Le bouailleux lui envoya un coup de sabot dans la tête pour lui rappeler qui était le boss ici.

- oki oki ... c'est bon ... bah je fais le tour de garde normal. Je suis le premier patrouilleur de Saori ...
- et c'est loin d ici?
- pas mal ouais ... je dirais environ 30 kiloNéric (unité de mesure internationale : le Néric, environ égale à 1m97)
- pfiuuu ça fait une trotte, et t'es toute seule?
- bah ouais, on est fort nous, les chevaliers.

Planqué ria un bon coup.

- ouais ouais j’ai vu ça .... et donc? Y en a beaucoup des patrouilleurs dans le coin?
- un tout les 300 Nérics à peu près ... et bien sûr plus tu t’approches, plus ils sont forts ...
- donc toi t'es une merde !
- .….
- mouahahahahahahaha !

Planqué shoota le chevalier et le pendit tout nu par les pied à un arbre. Kenneth gueulait, mais bon Planqué il s’en foutait pas mal. Notre héros se remit alors en marche en se disant que les chevaliers de Saori étaient vraiment pas très fort.
Après de nombreux jours de marche, il entendit un bruit bizarre. Planqué se mit aussitôt en garde, prêt à l'attaque. Il regarda par dessus un buisson, en direction du bruit. Un chevalier chassait une bichonne (la femelle du petit de la biche). Le yak se présenta face au chevalier. Celui-ci tenait encore la boite de choucroute qu'il utilisait pour chasser : l'homme. Il se ressaisit aussitôt et se mit en posture de combat.

- qui es tu? Que fais tu par ici? Dit t-il
- c'est moi qui les pose les questions mon chou.
- t'as pas peur toi ... je suis Roy Bean, de la constellation du castor hypocondriaque !
- pfuuu ... vous avez vraiment des noms à la mort moi le nœud.
- on y peut rien, Saori est une alcoolique et c'est elle qui choisis les noms de nos constellations.
- ...
- mais bon, mon nom ne m'empêcheras pas de te mettre une plumée telle que tu n'en as jamais reçu !
P : vi vi, allez, si on commençait, parce que bon c'est pas tout ça, mais j'ai un cul de déesse à botter moi !

Le chevalier se mit en position de combat, une étrange aura l'entourant ... il commença à faire d'étrange mouvement rappelant à Zouloudesbois (je t'avais dit que je redirais ce nom x ... cqp) des incantations. Le jeune yak se mit en position de défense, ne préférant pas attaquer l'assaillant.
Des objets étranges se formèrent autour de Roy Bean, on aurait dit : des boîtes de choucroute. Oui c'est ça, des boites de choucroutes. Etrange me direz vous, pourquoi pas des boites de cassoulet? Tiens d'ailleurs on va demander à Roy Bean, faut bien que Planqué serve à quelques chose.

- ... tu te bats avec des boites de choucroute?
- éhé, la classe, hein?
- euh oui si on veut ... et pourquoi des boites de choucroute?
- bah euh, j'aime bien la choucroute, alors comme j'en mange tout les jours, j'ai pleins de boites en réserve et j'arrive à déplacer et téléporter les objets, donc je trouve que ça fait une bonne arme, non?
- ... vi vi, si tu le dis ...

Roy Bean avait continué à amasser une quantité phénoménale de boites pendant que les deux personnes discutaient. voyant à quel point il devait en manger, Planqué eu une légère pensée pour les toilettes du chevalier.
Puis le chevalier passa à l'attaque, enfin disons plutôt que c'est les boites qui ont commencé. Un flot de boites partit en direction du bouailleux qui les évita difficilement.

- hey ! Tu n'es pas mauvais du tout ! Normalement les gars se font avoir dès le début! Dit le chevalier

Roy en lança de nouvelles et Planqué dut ruser encore plus mais il ne pouvait attaquer. Il était conscient qu'il se rapprochait de plus en plus d'un obstacle qui l'acculerait. Et là, en l'occurrence, c'était une vieille 4L délabrée que quelqu'un aurait essayé de repeindre en blanc.
Planqué regarda en arrière pour jauger la distance qui le séparait du tas de ferrailles derrières lui, le chevalier du castor en profita pour lui lancer une boite directement dans le ventre que le bouailleux ne put éviter. Il posa un genou à terre et se pris une pluie de choucroute dans la tête. La stratégie du chevalier était simple : un nuage tournait autour de l'adversaire et dès que celui ci relâchait son attention, une boite fonçait vers un point vital. L'ennemie se la prenait cash et ainsi perdait sa défense face au nuage. Un plan plutôt bien élaboré. Le yak se remit sur pied et recommença à esquiver les boites. Il était mal en point. La situation était difficile et Planqué se dit que ce chevalier était bien plus fort que le précédent. Il avait l'air de maîtriser son art, bien que fortement ridicule.

- rascal ! jura le yak.

Le chevalier sourit et lui envoya plusieurs boites. Le yak eu une idée, avec l'aide de Migy, il pourrait sûrement éclater les boites ! Le yak s'exécuta et éclata les boites qui arrivait directement sur lui. Malheureusement l'attaque avec Migy le laissa à découvert et il se pris une nouvelle fois un bon gros lot de boites sur la gueule !
Planqué commençait à en avoir bien marre là. L'attaque de Roy Bean était vraiment tranchante et presque parfaite, elle devait avoir une faille quelque part ... c'est sur ... mais qu'elle pouvait être cette faille? Puis planqué eu une idée, il ferma les yeux.

- éhé, tu abandonnes donc ! Tiens prends ça !

Le chevalier lui lança une trentaine de boite mais le yak les évita tout en avançant. Le chevalier de Saori n'en revenait pas : les yeux fermé il pouvait éviter ses boites? Non ! Impossible, ça devait être un coup de chance ! Pas d'autres explications (note de l'auteur : un coup de chance avec 30 boites, c'est gros non? P’tain ils sont cons ces chevaliers x ). Roy Bean en renvoya tout une flopée et Planqué les évita une nouvelle fois et avança derechef.

- que que ... comment fais tu ça?
- je me sert de ce que vous appelez le 6e sens !
- ????
- bah oui ! Les chevaliers de Saori utilisent ça !
- euh ouais mais moi je suis nouveau en fait. Je maîtrise pas bien la chose, enfin voilà quoi.
- p’tain, je trime avec un sous-fifre de chez sous-fifre !
- ouais bah c'est bon ! Tu fais comment alors?

En fait, Planqué utilisait bel et bien le 6e sens des chevaliers, en fermant les yeux et se privant ainsi d'un de ses sens il arrivait à en améliorer un autre, ici le toucher. Et ainsi il ressentait les mouvement de l'air ce qu'il lui permettait d'esquiver aisément tout en avança vers son adversaire.
Planqué sourit et passa à l'attaque, les yeux toujours fermés. Le castor lui lança d'autre boites mais le yak les évita et lui porta un coup de plasma directement dans les cotes. Le chevalier cracha une volée de sang. Puis Planqué enchaîna les coups, il lui mis un high kick, double kick, side kick, fly kick ... bref, il lui tatane sa mère grave !
Le chevalier était mourrant, non habitué à recevoir des roustes, il n'avait que peu de résistance physique, si bien que les boites de conserves étaient maintenant tombées un peu partout. Le yak s'apprêtait à lui porter le coup fatal lorsque celui-ci se releva dans un état presque cadavérique (genre les mort vivants de Braindead ! ). Il fredonnait une espèce de prière à Saori.
Le voilà donc le secret des chevaliers de Saori !! Saori était donc une nécromancienne !!!!!!! (berk). Notre jeune héros était donc maintenant aux prises avec un mort-vivant qui manipule des boites de choucroute. Celui-ci se remit d'ailleurs en transe, une nouvelle aura entoura le chevalier mais celle-ci était plus ... comment dire ... euh ... bizarre? Vi c'est le mot ! En fait, pour tout vous dire, elle était d'un rose fuchsia très seyant.

- je rêve ou il est couleur tapette là?

Une voix étrange sortit du fin fond du chevalier (pourquoi là faire sortir de sa bouche, hein? C'est d'un banal), cette voix, planqué la reconnu tout de suite, c'était celle de Saori. Le jeune yak n'avait que trop entendu sa voix lors de son combat contre Porc-téus.

[flash back ON]

Porc-téus : ah ah aha ! Je vais t'avoir vil gredin !
Planqué : que nenni vil rascal !

Planqué s'approcha de l'horrible gnou et lui donna un coup de sa pince à linge. Porc-téus s'en offusqua et dit :

- vous faites le beau, mais voyons de quoi vous êtes capable !
- morbleu ! Stoppez donc ces galigeades et passez à l'action !

S'en suivis un combat terrible où le bien était férocement opposé au mal, où il ne faisait pas bon être un yak ou un gnou mais plutôt une loutre de la Mozambie du nord-ouest. Ce combat laissa notre ami bouailleux en un bien piètre état et au moment où la mort titillait les esgourdes du fier guerrier, une voix, haut combien étrange, résonna. Cette voix, c'était celle de la princesse Saori.

- salut ! C'est moi la princesse Saori!
- quelle est donc cette étrange mélopée qui résonne dans ma tête? Me serais-je aventurée dans les méandre de la folie? (waouh ! Que du vocabulaire compliqué que je comprends pas !)
- non jeune chevalier, je suis ta déesse, et je t'ordonne de lever ton gros cul !
- .... quelle rustre ! il ne vous sied de me parler sur ce ton ! De plus, je vous prierai de ne point me confondre avec un de vos jeunes freluquets !
- bah t'as qu'à crever ! Salut !

Et la voix quitta la tête de notre héros laissant en lui le goût étrange et amère de la vengeance.
- tu t'es moqué de moi, gueuse, mais je me vengerai !

[flash-back OFF]

- Saori .... où es tu infamie sur pattes?
- trop loin pour toi le yak, tu ne m'atteindras jamais !
- parles pour toi ... bon qu'est ce que tu lui as fait au pauvre bougre là?
- mais rien du tout ! Il est animé d'une superbe force qu'est son amour envers sa déesse !
- .... arrêtes de fumer ! L'auteur a dit, quelques lignes plus haut, que t'était nécromancienne.
- arf, quel en**** !!! je vais lui faire la peau !
- mouais, bah faudrait déjà que tu me fasses la mienne ! Je vais te dévisser la tête et déféquer dans ton cou !
- arf ... tant de vulgarité ne conviennent pas à une personne de mon rang !
- mouais ... pourquoi il est rosâtre ton gars là?
- éhé, c'est une nouvelle technique de nécromancie ... je vais justement la tester contre toi, il parait que tu es fort, on va en profiter ! Mouahahahahahahaha !! allez bon fight !

La voix de la princesse disparut dans les abîmes très profonds de la gorge du mort vivant.

- quel langage pour une princesse, bon, c'est pas tout çà, mais je doit la poutrer moi ! Commençons par l'undead.

Planqué s'approcha de l'ex-chevalier qui n'avait plus de chevalier que l'armure, le corps se décomposait à une vitesse faramineuse (pas très au point sa technique à l'autre pétasse). Il lui décocha un coup de plasma dans le torse et le chevalier tomba à terre. Planqué lui tourna le dos et commença reprendre son chemin quand soudain une voix monta du cadavre de Roy Bean :

- tu ne m'auras pas aussi facilement – graou ... nous les chevaliers sommes invincible – graou.
- que? Quoi? ... mais tu ne meurs donc pas.
- c'est le principe d'un mort-vivant – graou.
- mouais, pas con, mais ça n'empêche pas que je vais t'avoir !
- impossible – graou !

Planqué sourit et attaqua le mort-vivant d'un rapide coup de poing, celui ci ne broncha pas d'un poil et répondit directement avec un coup de tête. Planqué recula un peu mais chargea de nouveau l'undead. Le combat était assez violent, les coups pleuvaient et aucun des deux protagonistes ne semblaient vouloir broncher, en même temps, y'en avait un des deux qui était mort, ce qui je trouve l'aide pas mal … mais bon, je dis je dis rien moa ! Donc oui, revenons en à nos moutons, Planqué tapait plus car il était beaucoup plus rapide, mais à son grand étonnement, il n'arrivais pas à prendre le dessus, pire, il perdait du terrain au fil des minutes.
Planqué avait déjà combattu des mort-vivants, mais à force de taper, dessus, ils finissaient toujours par se détériorer, genre une jambe en moins, un bras qui vole, ou autre. Mais là le mort-vivant ne semblait pas subir de dommage particulier et planqué, lui, il fatiguait plutôt pas mal. Faut dire qu'il fait que se battre ! Les auteurs trouvent rien de mieux à lui faire faire .. lui pourtant il demande pas grand chose, des vacances de temps en temps, des pauses syndicales, les 39h (on est pas encore aux 35h) et un abonnement à playyack ... mais bon, vous connaissez les boss, tous des salauds !!!
Hum hum, bref, on en était où? Hum ... ah vi ! Donc voilà, Planqué, bah il luttes pour le latter le morbac ! Il tape, il tape, mais que dalle, le Roy Bean bah il veut pas le lâcher !
Ça en deviendrait même presque dangereux car le chevalier pris une fâcheuse tendance, celle de vouloir mordre le yack.

- tsssss, non seulement elle est chiante la Saori, mais en plus elle leur donne pas à manger à ses chevaliers.

Planqué commençait à en avoir marre. Se battre contre quelqu'un qui ne ressent rien, c'est frustrant, surtout quand celui-ci ne veut pas mourir, il concentra sa force et envoya toute sa puissance dans le corps de Roy. Celui-ci éclata en deux morceaux.
Planqué en profita pour s'asseoir. Il était vraiment presque à bout de force, ce combat lui coûtait beaucoup en énergie. Saori est peut-être conne, mais elle a inventé une bien terrible technique de nécromancie.
le jeune yak profitait des instants de repos qui lui était offert. Il se délassait tendrement avec une Margarita, mais ce qu'il ignorait, c'était que le corps de Roy Bean était en train de se recomposer. Il se glissa délicatement derrière Zouloudesbois (waouh encore une fois!!) et donna un très méchant coup de coude dans la tête du bouayeux, ce qui fit s'envoler la Margarita.

- graouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !!!!
- arf, comment ça? Je ne t'ai pas tué ??
- tu ne peux pas me tuer – graou ! Je suis invincible – graou !!
- Fichtre ! C'est délicat cette histoire ! Et toujours pas de sabot du ciel pour me sauver, on dirait que je vais devoir me demerder tout seul cette fois.
- graou !!!

le chevalier se lança sur le yack qui dut éviter un rapide coup de mâchoire. le mort-vivant était plus déterminé que jamais et plus vif surtout. Planqué continuait à le marteler de coups mais ça ne changeait rien à la situation. Son cas devenait désespéré. Quand soudain !! il eut une idée !
Waouh ! Planqué venait de réfléchir pour une fois, chose ardue, surtout quand c'est Jecht qui écrit l'histoire. le bouailleux commença à tourner autour de Roy, lui faisant parcourir un certains chemin. Enfin, il arriva à l'endroit désiré. Planqué envoya un énorme coup de plasma dans le plexus du mort vivant. Roy Bean vola et Planqué couru vers son sac de voyage. Il prit un shaker (c'est dans celui là qu'il s'est fait sa Margarita) et couru vers le mort-vivant qui se recomposait une nouvelle fois.

- n'as tu donc pas compris – graou?
- au nom de dieu, je vais te botter le cul !!
- graou?

Planqué se concentra longuement, la paume de la main ouverte. Une légère lueur sortis de sa paume pour ensuite former une petite flammèche. l'effort était vraiment considérable pour le yak, mais il réussit et sourit au mort-vivant

- bye bye !
- graou?
Le yak ouvrit le shaker et l'envoya sur le mort-vivant, le liquide sucré et alcoolisé aspergea l'ennemie, ce à quoi Planqué s’attendait. Il envoya sa flammèche dessus et le corps de Roy s'embrasa d'un seul coup.

- tu ne résistera pas à ça !
- graouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu !!!!!! (il fond Smile )
- éhé

Zouloudesbois se retourna et dit un magistral : « I never had an easier victory » devant la carcasse maintenant juteuse de Roy Bean, ex-chevalier de Saori.

Cette victoire sur le mort-vivant fit prendre conscience à notre héros que la magie pourrait lui être utile lors des combats. Pourquoi ne pas la combiner à Migy? Oui c'était une idée forte intéressante. Il reprit son chemin vers la forteresse de Saori. La route était encore longue, 30 kiloNéric ce n'est pas rien, mais surtout il devait se reposer et trouver un nouveau shaker aussi. Sinon plus moyen de se faire une Margarita tranquille.
Il voyagea ainsi plusieurs jours, pansant ses blessures afin d'être au top de sa forme, le combat contre Saori, à même son terrain de bataille, risquerait d'être vraiment tortueux.


(partie rédigée par Jecht)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
zoamelgustar
Nain-filtré(e)


Inscrit le: 24 Jan 2005
Messages: 55

MessagePosté le: Ven Jan 28, 2005 7:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

(partie rédigée par zoamelgustar)


Et c'est après 6 jours de marches, trois gnous et une partie de FCR (cqp) qu'il arriva devant les portes du domaines de Saori. La poignée était là devant lui. Il l'empoigna et poussa la porte. Et là, un spectacle étrange s'offrit à lui : il vit une jeune fille assise dans un transat, sur une plage en bord de mer (enfin normal pour une plage me direz vous), une bouteille verte à la main d’une contenance d’environ ¼ de litre et faisant face à une boîte hurlant des trucs bizarres, genre : tout à fait Thierry, et machin passe à truc qui tire et marque…. BBBBBBBBBUUUUUUUUUTTTTT.

-Bonjour gente demoiselle.
-bonjour à vous aussi.
-si je puis me le permettre, j’aurai une petite série de question à vous poser.
-mais faites donc mon ami
-tout d’abord, quel est donc cet étrange breuvage que vous dégustez si goulûment ?

La jeune fille leva la bouteille à ses yeux et dit :

-ah ! ça ! on appelle ça de la Crau. C’est fichtrement bon. Vous en voulez ? je dois avoir une quinzaine de packs à coté. C’est ma réserve de la semaine mais je peux faire un effort.
-euh ! peut-être plus tard, merci. Sinon deuxième question. On est où là ? je vient d’ouvrir la porte d’un bâtiment, au dimension certes respectable, et voilà que je me retrouve au bord de la mer. Faudrait qu’on m’explique là.
-bah ! quel est le problème ? c’est une plage privé ici. C’est normal que je fasse en sorte que n’importe qui ne puisse pas venir. Sinon ça serait la folie ici en été. Mais à la base tout ceci n’est qu’une illusion créée par moi. J’adore le bord de mer.
-ah bon d’accord. Et sinon dernière question : qui êtes vous ?
-la princesse Saori. Qui voulez vous que je sois ?
-quoi ? mais attendez ! vous vous dites princesse avec votre allure : ces cheveux rouges pas coiffés, ce maillot bleu tout taché et cette main dans le short.
-c’est pour se mettre dans l’ambiance cet accoutrement, c’est tout à fait normal.
-ah !
-et vous vous attendiez à quoi ?
-à rien. Enfin si. A quelque chose d’un peu plus princier, plus classe quoi.
-j’étais dans ce style là avant. Mais ça fait 10 ans que je ne vis qu’avec des brutes masculine alors je pense que j’ai pris certaines de leurs habitudes.
-enfin bon je suis pas venu pour discuter mode vestimentaire féminine. J’ai une revanche à prendre contre toi. Et finalement te voir comme ça me facilite les choses. Je pense pas avoir de remords après.

Planqué s’avança donc vers sa futur victime :

-par contre je pensais vraiment pas que ça serait plus long et plus difficile de te trouver. Je suis presque déçu de….

Planqué fit précipitamment un pas en arrière au moment même où trois silhouettes, venues de nul part, se placèrent devant Saori.

-comment oses tu t’approcher de notre Saori.
-tu vas payer cet affront de ta vie.
-nous, la garde très rapprochée de la princesse Saori allons te régler ton compte.

Planqué observa attentivement les trois nouveaux venus. Un seul mot aurait suffit à les décrire : musclé, très musclé. Trois armoires à glace se tenaient maintenant entre le yak et la princesse.
La voix de cette dernière se fit alors entendre :

-mon cher Planqué. Laisse moi te présenter mes gardes du corps les plus fidèles. Sylvester du gorille anabolisé, Arnold du rhinocéros amphétaminisé et pour finir…. Krank de l’écureuil squikitisé.
-squikitisé ? ça veut dire quoi ?
-pas la moindre idée. Comme il est le plus fort de mes guerriers je lui ai laisser choisir son nom alors… mais je suis pas sûre que lui même en connaisse la signification.
-en tout cas je dois admettre que leur nom sont un poil moins ridicule que ceux que j’ai déjà rencontré.
-oui c’est vrai. Mais en fait c’est fait exprès. Seul les chevaliers forts ont droit à des noms qui en jette. C’est pour instaurer une sorte de hiérarchie.

Planqué s’adressa alors aux trois brutes :

-bon alors, comment qu’on fait les gars ? je vous prends un par un ou tous ensemble ?
-euh …. Répondirent non trois lumières.
-non Planqué, Ajouta la princesse. Tu l’as dit toi même. C’est trop rapide. Ça ne serait pas drôle si ça se finissait aussi vite. Je veux te voit voir souffrir avant de mourir. Tu paiera pour ce que tu as fait à mes deux chevaliers. Kenneth de la loutre asthmatique est au lit avec 41 de fièvre. Tout ça parce que tu l’as laissé dehors tout nu, alors évidemment il a choppé la crève.
Quant à Roy Bean, sa perte ne me chagrine en rien, mais l’incendie que tu as déclenché pour le tuer s’est propagé et a ravagé mes champs d’orges. Je ne peux même plus produire ma binouze moi même maintenant. Je vais être obliger de l’acheter et ça va me coûter plus cher.
Enfin, je me rembourserais en vendant ta peau aux gnous. Je pense qu’ils m’en donneront un bon prix.
-alors comme ça tu fais vraiment alliance avec les gnous ?
-eh oui. Je leur donne un coup de main sur différentes affaires et eux ils me donnent un coup de main aussi.
-ah tu a besoin d’un coup de main pour quoi ?
-on effectue des recherches sur les chevaliers du futur. L’or et l’argent me semble dépasser et trop banal. J’essaye de faire des chevaliers platines, d’uranium et de plomb.
-de plomb ?
-oui. Ces chevaliers de plomb auront des armures très très lourdes. Avec elles impossible de flotter. Ils pourront donc aller me chercher des trésors au fond de la mer.
-ah oui c’est pas bête. En tout cas je ne peux pas te laisser continuer. Si tu veux former une armée de chevaliers de nouvelle génération afin de contrôler le monde, je n’ai d’autre choix que de mettre fin a tes agissements tout de suite. En garde…
-mais oui, mais oui…

Et à ce moment là, la princesse tira un levier. Planqué se retourna, cherchant la herse.

-mais tu cherche quoi là ? dit la princesse.
-eh bien la herse derrière laquelle se cache le super lapin.
-mais quel lapin ?
-celui qui va sortir de la herse que tu as fait lever avec ce levier. Tu ne m’auras pas, les gnous m’ont déjà fait ce coup.
-en fait je suis pas une grande fan des herses. Chez nous les leviers servent plutôt à ouvrir les trappes sous les pieds des gens. Un peu comme celle qui est juste sous toi.
-AAAAAAAAHHHHHHHH dit notre héros, se déplaçant soudain à la verticale. TTUU MMEE LLEE PPPAAAIIIRRRAAAAAAAAAAA…….

Après une chute d’environ 10 mètres, notre yak atterri sur un toboggan à 60° de pente et descendant dans les entrailles de la terre. Après une descente de 10 minutes, il aperçut la fin du toboggan. Malheureusement, la princesse Saori n’a pas beaucoup joué dans les parcs étant enfant et elle à oublier qu’il fallait mettre quelque chose au bout du toboggan, un bac à sable par exemple. Si bien est que notre héros fit un magnifique saut en longueur de 34 mètres 57, explosant par là tous les records olympiques.
Mais dans un élan de générosité, Saori avait tout de même prévue une arrivé à ce piège. Pas un mur en brique, évidemment puisque cela aurait mit fin à notre histoire, mais un petit bassin, de 3 mètres sur 4, d’une profondeur de 3,5 mètres, dans lequel notre héros fit un plat monstrueux, vidant de moitié l’eau du bassin.

Planqué mit quelque seconde à se remettre du choc contre l’eau et finit par sortir du bassin. Il s’ébroua un bon coup afin de chasser un maximum d’eau de ses longs poils.

-bon sang, j’ai le poil tout mouillé. Ça va mettre des heures à sécher dans ces grottes humides et sans lumière.

Sur ce, commençant à s’habituer à l’obscurité, il se mit à examiner la grotte où il se trouvait. Celle ci ne comprenait à priori qu’une seule issue, à part bien sûr, pars le toboggan , mais son arrivée est à 6 mètres au dessus du sol et Planqué se voyait pas tout monter. Il se dirigea donc en direction de la sortie, tout en se disant que ça serait quand même l’endroit idéal pour tendre un piège, cette sortie unique.

-ah ah ! je te tiens sale yak. Prépare toi à mourir !

A ces mots une vingtaine de torches accrochées aux murs s’enflammèrent, éclairant la pièce d’une lueur glauque. Un homme se tenait au centre, les bras croisés sur un torse musclé, la tête haute, le regard vif, les cheveux longs noués en catogan.

-qui est tu ? demanda Planqué.
-je suis ton adversaire : Brogogneu du gastéropode névropathe.
-sympa le nom ! t’es où dans la hiérarchie ?
-quelle hiérarchie ?
-bah ! celle faite par Saori avec les noms qu’elle vous donne.
-y’a une hiérarchie des noms, j’en savais rien.

Notre héros se dit alors que s’il ne savait rien sur la hiérarchie, ce chevalier ne devait pas avoir un niveau énorme.

-bon alors tant que je t’ai sous la main, on est où là ? demanda le yak.
-sous terre, t’avais pas remarqué, je te croyais plus malin quand même je suis déçu.
-mais je vois bien qu’on est sous terre, c’est le où sous terre qui m’intéresse.
-ah ! alors on est au début du piège de Saori.
-un piège ? et il consiste en quoi.
-c’est en fait un réseau de tunnel que la princesse a découvert sous son domaine et qu’elle a aménagé pour accueillir les indésirables. La sortie est tout au bout, mais avant tu doit passer par treize cavernes, toutes gardées par un chevalier. Moi je suis le premier.
-pourquoi treize cavernes ?
-la princesse s’est dit que c’est un nombre qui portera malheur aux intrus.
-mais pourquoi ça ne lui porterai pas malheur à elle ?
-je ne sais pas. Ca fait 6 ans que ces cavernes existes et jamais personne n’en est sorti vivant.
-vous êtes si redoutable que ça vous les chevaliers ?
-bien entendu, et plus tu avances, plus les chevaliers sont forts.
-donc toi tu est plus faible de tous. D’accord c’est parti ! commençons la série XIII par le premier volume, dit le yak se ruant sur son adversaire, poing droit en avant comme à son habitude.
Il décocha un coup de Migy qui fit fuser un énorme jet de plasma en direction du chevalier. Planqué voyait déjà le combat terminé, mais juste au moment où le plasma allait atteindre le chevalier, celui-ci sorti son épée et fendit en deux la boule de plasma, dont deux partie allèrent s’écraser contre le mur derrière le chevalier.
Mais durant cette attaque, ce qui surpris le plus notre héros ne fut pas le fait que l’adversaire ai esquivé l’attaque, cela était déjà arrivé auparavant. Ni le fait qu’il ai coupé la boule de plasma sans la faire explosé. Non ce qui surpris Planqué fut la traînée de feu laissée par le passage de l’épée.
En regardant plus attentivement, planqué s’aperçut que l’épée était maintenant semblable à n’importe quelle épée.

-comment tu a fait ca ? demanda le yak.
-fait quoi ?
-eh bien coupé ma boule de plasma en deux !
-avec un coup de mon épée. Bien placé.
-mais en théorie au moment du choc tout aurait du explosé ?
-oui mais j’ai une épée spéciale qui permet d’éviter ce genre de désagrément.
-la traînée de feu que j’ai aperçut n’était donc pas une hallucination.
-t’aimerais bien le savoir hein ?

Sur ces mots, ce fut le chevalier qui se rua sur son adversaire, épée en avant naturellement (tiens ça rime x). le chevalier frappait de taille et d’estoc, sans une précision redoutable, si bien est que notre héros avait très peu de mal à esquiver les assauts. Mais pourtant il se rendait compte que quelque chose n’allait pas. Ses mouvements devenaient de plus en plus lent, comme si son corps était ralentit par quelque chose. Il découvrit ce quelque chose au moment où le chevalier tenta de décapiter notre héros et que la lame passa devant les yeux du yak. La lame était d’une lueur bleuté, et émettait un froid mordant qui commençait à paralyser les muscles de notre héros.
Planqué fit donc un saut en arrière afin de se tenir loin de la lame et de reprendre le contrôle de son corps.
Le chevalier se tenait toujours devant lui, mais la lame de l’épée était redevenue un bête bout de métal.

-elle m’a l’air bien ton épée !
-oui ça va je ne m’en plein pas. je la tiens de mon père qui la tenait lui même de son père. C’est un trésor de la famille en somme.
-et ça marche comment ?
-elle contrôle les éléments, je pense à l’un d’eux et elle acquière ses pouvoirs.
-et tu as le droit a quels éléments naturels ?
-je ne sais pas vraiment. Pour le moment je sais que je peut utiliser le feu, la glace, l’eau, la terre et les ténèbres.
-quoi même pas la foudre ? c’est nulle cette épée.
-à dire vrai je n’ai jamais songé à utiliser la foudre, mais ça peut être une idée.

La lame se mis alors a émettre une lueur violette, et quelques secondes plus tard, elle fut entourée de long éclairs violets.

-ah tiens, ça marche. Dit le chevalier. Bon ça m’a l’air sympa, voyons voir si c’est efficace.

Et là Planqué se dit que des fois il vaut mieux fermé sa gueule, mais que cette épée avait l’air vachement bien quand même.
Le chevalier porta un coup en diagonal face au yak situé 3 mètre devant. Planqué ne bougea pas, le coup n’étant pas porté au corps à corps. Mais lorsqu’il vit le trait de foudre lui arrivé dessus, il n’eut que le temps de lever Migy afin de se protéger. Le choc fut si violent que les deux combattants furent projeter en arrière, oui même le chevalier qui n’était pourtant pas juste à coté.
Planqué jura entre ses dents pour avoir offert une telle opportunité à son adversaire, qui lui souriait comme un niais, tout content de son nouveau jouet.

-il va falloir que je ruse pour l’avoir. Il m’a pas l’air très intelligents, je pense donc pouvoir le berner et le conduire à sa perte. Dit notre yak à lui même tout en esquivant les traits de foudre lancés par le chevalier.

Pendant 2 minutes, notre héros se mit à réfléchir à toute vitesse, imaginant un stratagème pour venir à bout de son adversaire, tout en continuant bien sur de danser entre les éclairs mortels.

-ça y est j’ai une idée, je sais comment je vais faire. Eh ! Toi la lopette en boîte de conserve. Je vais te montrer comment chez moi on survit au orage.

Et au moment où la foudre arriva sur notre héros, celui ci frappa le sol avec Migy, ce qui fit décoller un gros morceau de roche qui arrêta net l’éclair.

-chez moi on appelle ça la terre. Je connais rien de mieux pour contrer la haute tension. Tes éclairs ne peuvent plus rien pour moi. Maintenant je peux te jeter des jets de plasma, toi tu ne peux pas te protéger de la même manière avec ton épée. Nanère.
-on va bien voir ça.

Et la le yak jeta un gros jet de plasma, un grand sourire au visage. Comme il s’y attendait, lorsque le jet allait atteindre le chevalier, celui ci donna un coup d’épée dans le sol, et une mur de roche se dressa devant lui, stoppant net le coup de Planqué.

-ah ah ! qu’est ce que tu dit de ça ? comme ca je ne peux pas faire pareil ? laisse moi rire. Dit le chevalier.
-très bien ! il est tombé dans le piège, murmura Planqué.

Ce dernier sorti alors de la caverne, pour retourner dans la précédente, là ou se trouvait le bassin d’eau. Il remplit une de ses fioles du liquide et s’en retourna vers le chevalier.
-qu’a tu dans la main, cria l’homme en armure ?
-rien que de l’eau.
-pourquoi faire ?
-on ne sait jamais si j’ai soif après le combat.
-tu ne pourras pas avoir soif, les morts ne boivent pas.
-ça c’est faux, je connais un mort de tes compagnons qui a abusé de la margarita.
-hein ?
-enfin c’est pas tout ça, revenons à notre combat. Je suis de toute façon sur de le gagner, tu possède une épée magique, mais je suis beaucoup plus agile que toi. Je me balade sur ces rochers comme sur de la moquette. S’il avait mis un carrelage ou un sol glissant je ne dis pas. mais là je suis sûr de gagner.

Le chevalier sembla perdu dans ses pensés, et au bout de 3 minutes releva la tête, tout fier de lui. Il effectua un mouvement circulaire de son épée et le sol autour de Planqué se mis à se couvrir de glace. Notre héros sauta sur l’occasion, ouvrit sa fiole et aspergea le chevalier du liquide.

-tiens sale chevalier. Je t’ai envoyé de l’eau tu vas rouiller et tu sera à ma merci. Et n’essaye pas de te sécher avec des petites flammes, je te relancerai de l’eau jusqu'à ce que tu ne puisses plus bouger. C’est bien fait pour toi.
-tu me crois assez bête pour te laisser faire. C’est facile de te priver d’eau avec cette épée qui est mienne.

Un gros jet de flamme se dirigea alors en direction de notre héros qui esquiva le tir, mais celui-ci continua en direction de l’entrée de la caverne où se trouvait le bassin d’eau. Un énorme explosion retentie alors, suivit d’un souffle brûlant, et l’entrée de la caverne s’écroula, en interdisant définitivement l’accès.

-c’est bien, je ne peux plus aller dans la caverne, dit notre héros. Mais j’ai encore une fiole sur moi. Tu n’a pas fait évaporer cette eau là.
-ça ne va pas tarder.

Le chevalier se mit alors à bombarder Planqué de boule de feu. Notre héros esquiva facilement les boules et finit par se cacher derrière le mur de roche que le chevalier avait dresser quelques temps plus tôt. Au moment où le jet de flamme heurta la roche, Planqué sortie de sa cachette et jeta la fiole d’eau au loin. Le chevalier se précipita pour la récupérer et dit :

-voilà, tu es inoffensif maintenant. Tu es à ma merci sale yak.
-très bien j’ai perdu. J’avoue ma défaite. Accorde moi juste une dernière faveur ? peux tu me tuer avec ton coup le plus puissant, histoire que je meurs immédiatement, sans souffrir.
-je ne te croyais pas aussi lâche et faible. Mais c’est d’accord. Je vais te tuer avec la nouvelle technique que tu m’a fait découvrir : l’épée de foudre.
-merci, j’attend la sentence.

Une aura électrique se mit à entourer l’épée. Celle-ci devenait de plus en plus grosse, au fur et à mesure que le chevalier concentrait son énergie dedans. Apres quelque instant, le chevalier poussa un énorme cri et envoya un trait de foudre d’une puissance sans pareil. Il voulait qu’il ne reste rien du yak, même pas une seule cendre et avait donc concentré la totalité de son énergie dans ce coup.
Mais, au moment de l’impact, Planqué se plaça juste derrière la paroi de roche. Et la foudre frappa dessus. Et là, le piège se mit en place. La paroi de roche avait été frappée par le feu et sa surface était maintenant vitrifiée, si bien que la foudre retomba dessus. Elle se dirigea alors vers le sol. Mais Planqué avait aussi prévu cela. La couche de glace avait fondue lorsque le chevalier avait envoyé la boule de feu dans l’autre caverne. Si bien que le sol était couvert d’une fine pellicule d’eau. Et naturellement la fiole que Planqué avait lancé se trouvait en plein centre. Le chevalier n’avait pas bougé après avoir ramasser la fiole et se trouvait donc lui aussi les pieds dans l’eau.
Notre héros durant son enfance avait apprit une chose, l’eau conduit l’électricité, et la foudre est composé d’électricité. Donc l’eau conduit la foudre. Ceci fut brillamment démontré lorsque le trait de foudre toucha le sol couvert d’eau et se mit a recouvrir toute la surface du liquide. Atteignant le chevalier aux jambes, la foudre conduite par l’eau fut alors prise en charge par un matériaux bien plus conducteur : le métal. Le chevalier vit son armure se couvrir d’éclairs et s’écroula.
Planqué attendit que la zone sinistré se fut éliminé, et quand le sol fut bien sec, il se dirigea vers le corps du chevalier. Une atroce odeur de brûlé s’élevait des reste carbonisés de l’armure, mais aucune trace du corps du chevalier.

-bon sang, il avait vraiment l’intention de ne rien laisser de mon corps. Heureusement que j’avais prévu le coup.

Notre héros se pencha alors sur le cadavre, le retourna et examina l’arme.

-cool ! elle a rien. J’ai trouvé une nouvelle arme. Et pas de la camelote en plus. Ne t’en fait pas chevalier, je vais prendre soin de ton arme. Et je te jure de découvrir et d’exploiter son énorme potentiel.

Il fixa l’arme sur son sac à dos, et vérifia s’il pouvait la sortir rapidement. Ceci fait, il jeta un rapide coup d’œil à la salle et se dirigea vers la sortie.

-et si je combinais la force de cette épée et celle de Migy……
_________________
the Puchuu N°2
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Mar Mai 03, 2005 10:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

... se dit notre héros tout en traversant la porte de la piece qui c'etait ouverte à la mort du chevalier ...
- sa pourrait vraiment être intéressant, je me rappel vaguement que mon grand-pêre yacki m'en avait parlé une fois ....

************************************* FLASH-BACK *******************************************************
Planqué : papy yacki, papy yacki !!

le jeune planqué était un jeune et courageux yack de 36cm, ce qui n'etait pas tres grand pour ces 8 ans, mais cela ne l'empechait pas de gambader gaiement et de tenter de soulever ces premières épées a deux mains ! Mais treves de bavardages, revenons en à nos pitit yack ...

Planqué arriva essouflé devant son grand pere, yacki (ça tout le monde l'a deviné, mais bon c'est pas grave) ...
Yacki : qu'as tu fait encore mon petit ?
P : ba avec un amis on a voulu latter une troupe de gnou ...
Y : une troupe de gnou??
P : ba oui, les yack sont les plus forts, donc a voulu latter des gnous, normal quoi !
Y : mais zetes pas fou !! zetes bien de trop jeune !!!!
P : ba tu dérailles l'ancêtre (l'oreille de yacki fait tilt), ptetes que toi t'as du mal pasque t'es trop vieux, mais un jeune yack, rien ne peut l'arreter !!

le vieux yack degaina une longue canne a deux mains (comme une épée à deux mains, mais là version canne) et décocha un rapide coup circulaire qui atteigna directement la tête de Planqué qui vola à travers le village tel un göeland après une jetée de poissons (je suis poête ce soir Razz )

Y : alors qui c'est l'ancêtre là? bon revenons en à nos yakos. les gnous sont peut-être lache, bêtes et putrides à regarder (ça se dit, si si) mais il n'en reste pas moins qu'ils attaquent en groupe ...
P : les rascaux (pluriel de rascal) ...
Y : je ne te le fait pas dire ! il faut donc attendre d'être un adulte fort comme ton grand père pour espérer les avoir en meute !
P : .... diantre, c'est fort désobligeant !
Y : il y'aurais bien une autre solution ...
P : vas y parle l'ancêtre !!!!!!!!

aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ..... POF !!! (bruit d'un planqué qui traverse un village en volant ...)

P : s'il to plait papy, aurait tu l'amabilité de me donner ton indication.
Y : je préfère ça ! bon, comme je te disais, il existe des méthodes surpuissantes qui peuvent terrasser des gnous en grande quantité et ce malgré l'âge de la personne ...
P : waouh !
Y : comme tu le dis !

sur ce le vieux yack s'endormi ... à la grande stupeur de Planqué qui en resta bouche bée ... jusqu'au moment où il récupéra ces esprits et se mit à secouer le vieillard

P : raaaaaaaaaaaaaaah !! reveilles toi vieux machin !!! tu me fais le coup à chaque fois !!!
Y : encore un peu maman s'il te plait, j'veux pas aller à l'ecole ... hum?? ah tiens c'est toi planqué, comment ça va ?

Planqué décocha un coup de poing gigantissime dans la tête de yacki ...
P : t'etait en train de dormir !!!
Y : mais non mais non ...
P : bon, accouches papy .
Y : on parlais de quoi?
P : ... on parlais de technique surpuissantes pour terrasser une foule de gnous !
Y : ah oui !!! c'est vrai !!tu sais mon petit, dans les temps anciens, les yack savait lier leur magie a différents objets et ainsi combiner deux objets entre eux par exemple ...
P : mais je sais pas utiliser la magie ...
Y : ça s'apprends mon jeune !
P : bon soit ... peut être qu'un jour, par le plus grand des miracles pasque la magie c'est pour les planqués (mdr),je l'apprendrais,mais moi je veux être un warrior !!!
Y : ... tu comprendras un jour que la magie est parfois utile ... tiens prends donc ce sceptre
P : mais lol ... il est rose !! c'est un truc de gayzor !!

le vieux yack colla sa canne droit dans la gueule de planqués qui perdi a l'occasions 2 dents ...

P : bwarf
Y : non mais !! respecte cet objets sacré !!
P : okif ...
Y : bon ... lorsque tu auras compris l'importance de la magie, tu n'auras qu'a éxécuter cette chorégraphie en chantant la chanson sacré et tu aura une puissance telle que les gnous ne pourront te resister !
P : waaaaaaaaaaaaaaah !!!
********************************************** fin du flash back *******************************************

je dois absolument le tenter face à mon prochain adversaire ... ma magie combiné au scetre pourrait lier mon épée à migy ... oui ... je ne peux que vaincre maintenant !

Le jeune yack continua sa progression dans le piège de saori, la peur le tenait au ventre, le dernier combatant était certes très bête, mais ce ne serais surement pas le cas pour tous ...
son errance dura encore une bonne heure puis il arriva devant une grande porte faites d'un metal vert et qui suintait ... cette porte avait la particularité de posseder une tête ... et cette tête buvait de la bière et mangeait une pizza ...

planqué resta bouche bée deux seconde et finalement la porte le vit ... et il cracha sa biere par le nez tout en rangeant en hate ces affaires ...

la porte (portator) : hum ... disons que tu n'as rien vu, ok?
Planqué : pas de honte à boire de la biere ...
portator : pour portator, si ....
planqué : soit ... --'
portator : bon ... je suppose que tu es là pour me passer?
Planqué : en quelques sorte oui !
Portator : tu devras subir le quizz de la mort alors !
Planqué : le quizz de la mort?
Portator : oui le quizz de la mort ...
planqué : bigre
portator : comme tu dis !
Planqué : et sa consiste en quoi?
Portator : ba des questions ...
planqué : original !
Portator : n'est ce pas !
Planqué : bon tu la poses ta question ??
portator : d'accord, d'accord

la porte fixa planqué quelques minutes tout en gloussant ... et le jeune yack ne comprenait rien ...

Pl : tu fais quoi la porte?
Po : je glousse ...
Pl : ça j'avais vu mais pourquoi tu te fous de moi?
Po : pasque t'as pas l'air specialement intelligent ...
Pl : mais le prends pas mal non plus, mais tu m'inspires la même chose ...
Po : bon, on passe à la question ...

la porte commença alors une espèce de danse avec juste sa tête et ces mains puis stoppa net dans une position de présentateur télé en designant planqué du doigts ...

Po : first quouestione !!!!!
Pl : ...
Po : attention jeune imprudent, en cas d'echec, tu ne pourras passer et brutor, le célèbre yeti asiatique, viendras couper tes testicules pour les donner à manger à des chevres ! Mais de toutes façons tu n'as plus le choix, ma danse connues dans le monde entier invoque Brutor ...

Une créature grande et poilue apparu ... elle faisait facile 2 Neric (vatche !!!) et portait une massue digne d'avoir été la jambe d'un mamouth ...
tout ça n'inspirait pas des masses la confiance à Planqué qui se concentra pour mieux répondre à la question.

Pl: pose ta question ...
Po: éhé, brutor fais son petit effet à ce que je vois
Pl: ... pose ta question ou je t'enfonce les restes de ta pizza par le nez !
Po : voui voui, sa vient, quelle impatience ! Bon alors, la question est très simple ... combien faut-il de yack pour faire un tambourin magique, +15 hollyvenger contre les dieu?
Pl: en***** !!! je vais te faire la peau !!!!

planqué degaina son épée et decrivit un geste ample pour tuer la porte d'un seul coup mais celle ci para avec une canette de kro ...

Po: éhé, ma question ne te plait pas peut-être? Sache que tout ceci est une mascarade ... car je ne suis pas une vraie porte ... et brutor n'est point ma créature ... regarde le un peu mieux ...

Planqué se retourna et observa le yeti ... il ne comprenait pas où la porte voulait en venir quand il remarqua quelques chose de bizarre ... le yeti n'en était pas un !!! Il comprit immédiatement ...

B : on dirais que tu as compris ... portator n'est qu'une invocation de mon pouvoir ...
P : qui es tu ...
B : je suis Brutor, chevalier du yéti phallocrate !!!
P : tain, elle s'est fait plaisir avec ton nom saori ...
B : il est très bien ce titre !!
P : question de gouts ...
B : tsss, rigole jeune imprudent, mais je suis le gardien de la 2e épreuve et mon pouvoir est très puissant ...
P : c'est quoi?

Le yeti souris et entra en transe, ces mains prirent une lueur lila et une boulle d'energie couleur lila vint frapper une canette de kro qui trainait dans le coin .... et ce fut tout. Planqué, sceptique, hesitait entre rire ou tout simplment éclater le chevalier quand soudain la canette bougea et une tête apparu sur un côté ... deux bras pousserent aussi et la canette devint verte et suintait maintenant ... c'etait le meme artifice qu'il avais utiliser pour la porte qui elle avait disparu ....

B : alors, tu ne peux que contaster, maintenant, que mon pouvoir est immensement puissant !!! je peux insuffler l'esprit d'un vieux démon dans n'importe quel objets !!!

planqué n'en revenait pas ... mais ce qui finit de le convaincre du fait qu'il n'etait pas en train de dormir et de faire un mauvais cauchemard était que la canette lui faisait de gros fuck avec ses petits bras ...

B : je vois que tu es impressioné, c'est normal ! Mais tu sais, mon pouvoir ne se limite pas à ça ... je peux aussi l'invoquer en toi !!!

Planqué fit un pas en arrière, apeuré par le fait de pouvoir être vert et tout suintant ....
P : jamais !!!
B : il ne faut jamais dire jamais ...

le chevalier souriait, sur de lui, et fonça directement sur le jeune yack qui para un coup de masse avec migy...
il recula d'un pas et decocha un rapide coup de poings droit plasmique dans le ventre du chevalier qui ne broncha pas ...

B : ta magie ne me fais rien, minable, tu es perdu!

Brutor se lança de nouveau sur zoulousdesbois decrivant une courbe large avec sa masse tout en riant d'une façon tonitruante. Planqué esquiva facilement le coup en passant sous la masse pour riposter en portant un coup vertical de son épée ... l'épée allait toucher le chevalier quand elle fut devié par la cannette enchantée, planqué perdit l'équilibre, ne s'étant pas attendu à cette attaque et ne put esquiver le coup porté par la canette ... ce n'etait pas un mais deux adversaires qu'avait planqué, et les deux ne se débrouillait pas trop mal ...

le yack ne perdit pas courage pour autant, il envoya une decharge de plasma pour tenir la canette à l'écart et en profita pour attaquer le chevalier d'une pique à la tête qu'il esquiva facilement, la canette revins à la charge et donna une ruée de coups au yack qui ne pouvait que parer tout en regardant brutor qui se mettait en transe .... planqué savait que ce coup ci, c'etait pour lui et il dut faire un effort considérable, concédant un coup à la canette, pour eviter le jet d'énergie ...
la canette redevint alors normal et c'est un rouleau PQ qui s'anima ce coup ci ... planqué en profita pour faire le bilan sur son état physique. Il n'etait toujours pas remis de son combat contre le premier chevalier du piège et la canette lui avait porté un vilain coup aux côtes ... ça n'allait pas fort... surtout que l'autre rapartait déjà en transe tout en souriant.

B : tu as éviter mon dernier coup, mais ne rêve pas, je finirais par t'avoir et tu deviendras ma chose !!!!
P : jamais !!!! plutot être un zébu !!!

le visage du yack s'illumina alors ! Mais oui !! pourquoi n'y avait il pas pensé plutot? Il était temps (et logique vu que tout le monde attends ça Wink ) d'essayer le tour de passe-passe du vieux !
Planqué arracha le sceptre de son collier et l'attacha à l'épée ... il l'a pris alors dans sa main ganté par migy et commença une danse étrange ... une musique monta du sceptre (quelque chose comme : pampululu, pouvoir magique, pampululu, c'est fantastique, papa maman tonton charly ...) et planqué dansa de plus belle, il joignit ses mains pres de son buste et tourna sur lui même dans un eclair bleueté, un flash aveuglant éclaira la piece et planqué réapparu devant un chevalier qui ne pouvait croire ce qu'il était en train de voir ... planqué se tenait la, respirant la puissance ... et portant une jupette rose, un unis bleu ciel et des chaussons rose à froufrou ...

planqué ne compris pas tout de suite pourquoi le chevalier était explosé de rire, ce n'est qu'après avoir vu son haut, puis son bas qu'il tilta et hesita à se suicider ...
P : papy, je vais te tuer quand je te reverais ...
B : bon la gonzesse, t'es prêtes?
P : ...

brutor se lança à la rencontre du yack et decocha un coup d'une puissance extreme ... mais planqué l'esquiva et lorsqu'il degaina son épée, celle ci était entouré d'une aura verte (que de mélange de couleur) et migy avait fusionné sur le fourreau et non plus sur le bras du yack ... il n'eut pas le temps de s'étonner plus longtemps de la nouvelle épée magique qu'il avait entre les mains que brutor avait déjà decocher un nouveau coup qui atteignit planqué au niveau de la hanche ... le yack vola à travers la pièce mais le chevalier était déjà à nouveau au dessus de lui et lui planta un coup de masse des chaumières ce qui le rabatti directement à terre ...

B : je m'amuse avec toi ! Je te donnerais pas tout de suite à saori, je vais te faire souffrir jusqu'à ce que tu te transforme toi même en tambourin !
P : ne cris pas victoire trop vite ... je suis peu être fluo en ce moment, mais je t'aurais !!!
Planqué était maintenant animé d'une rage énorme, d'autant plus qu'il était vraiment ridicule avec sa jupette ... il avais presque confiance en son grand père et son épée respirais vraiment la puissance ... le chevalier souris une nouvelle fois et decocha un coup de masse que planqué parra, le choc fut tel que les deux personnes reculèrent d'un pas mais recommencèrent sauf que cette fois, planqué decocha un coup d'estoque qui s'enfonça dans l'épaule du chevalier ...

B : tu m'as eu, mais je tient ton épée maintenant, enfoncée dans mon épaule, elle ne sert plus à rien

brutor riait quand soudain l'épée s'illumina et envoya un jet de plasma dans la plaie ...
Planqué vit l'avenir d'un jour meilleur ...
P : papy ... tu es un génie !!!

il sortit l'épée de la plaie et le yeti cracha un jet de sang.
Le yack se mit en position de combat, tout comme le chevalier ... les deux s'obervèrent longuement, Brutor avait peur, sa se lisait sur son visage ... sa plaie n'était vraiment pas belle a voir, le plasma avait cautérisé directement la plaie du guerrier ce qui faisait qu'elle ne saignait plus mais avait cicatrisé telle quelle, laissant une plaie béante et sèche la où se situait l'épaule ...
planqué souria, il decrivit une large courbe avec l'épée et la rabaissa immdiatement, un eclair vert en jaillit en direction du chevalier qui l'esquiva difficilement tant la vitesse du coup était impressionante, il chercha le yack du regard, mais il avais disparu et il fut trop tard quand il le remarqua sous lui, portant une botte directement dans l'estomac ... le plasma parti et le jour se revela de travers le ventre du chevalier qui cracha un jet de sang puis s'ecroula ... mort ...

le yack ne réalisa pas tout de suite ce qu'il venait de se passer, il etait là regardant le cadavre du yeti gisant face à lui, puis regardant son tutu ... il ne comprenait pas trop ce qu'il venait se passer .. tout semblait confus, il possedait une grande force, c'est tout ce dont il retenait ... puis il se rappela soudain à lui, il était dans le piege de saori et il devait avancer !

Notre yack, après avoir pansé ces blessures, reprit son chemin, il traversait encore et toujours des couloirs sombres, cela faisait bien 6 jours qu'il marchait (très long le piege tout de même, saori se fout pas de nous Very Happy ) et notre héros commençais a se dire qu'il ne verrais surment plus jamais la lumière du jour ... quand il arriva dans une étrange caverne ...

elle etait faiblement eclairé, et un lac se trouvait au milieu ... notre héros qui avais souaf et ne mangeait plus que des morceau yéti légèrement faisandé (si si, sa faisande vite un yéti Razz ), il se mit donc en quete d'un grand morceau de bois, d'une ficelle et d'un morceau de fer ... mais il ne trouva qu'un boite de thon, un cure-dent et un cd de lorie ....

P : c'est moyen pour la canne a peche ça ...

il bu tout de même, sa a souvent soif un yack, et se désesperas sur son sort .... quans oudain !!!! un bruit strident vrilla la caverne ... on aurait di tun dauphin !!! mais oui !! c'etait bel et bien un dauphin !!!!
planqué se mit tout de suite en garde ... un dauphin dans une caverne, c'ets super louche !! notre héros balladait son regard de gauche a droite mais ne voyait rien ... quand soudain .......
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Mer Juin 01, 2005 9:41 am    Sujet du message: Répondre en citant

Il but tout de même, ça a souvent soif un yack, et se désespéras sur son sort .... quand soudain !!!! Un bruit strident vrilla la caverne ... on aurait dit un dauphin !!! Mais oui !! C’était bel et bien un dauphin !!!!

Planqué se mit tout de suite en garde ... un dauphin dans une caverne, c'est super louche !! notre héros baladait son regard de gauche a droite mais ne voyait rien ... quand soudain .......

Un bruit se fit entendre au plafond. Planqué reçut quelques gravats sur le crane. Faisant un saut sur le coté, il n’esquiva que de peu la stalactite qui se s’enfonça profondément dans le sol. D’une largeur de 70 cm, d’une hauteur de 1,83 m. et vu la densité de la pierre, un poids de 2 tonnes et 481 kg. Forcement, ca fait un gros trou en tombant.
Planqué se releva et s’appuyant sur le rocher se dit que un machin comme ça doit faire pas mal de dégât sur une tête de yack. Mais surtout, pourquoi était-t-il tombé. Elle devait être pendue au plafond depuis des siècles, voir des millénaires, pourquoi tomber au moment même où il entrait dans la caverne. Il y avait là quelque chose de louche.

Essayant de trouver le pourquoi de la chute du bloc de pierre, il jeta un coup d’œil a la caverne. Complètement sombre, planqué ne voyait pas à 3 mètres devant lui. Mais un clapotis lui appris une chose, il y avait une espèce de mare dans cette caverne, et quelque chose bougeait dedans.
Notre héros commença à faire prudemment quelques pas en avant, mais au bout du 14eme, son sabot entra en contact avec un fluide. Il y avait quelque chose de mouillé devant lui, et de très mouillé même.

Il se pencha pour toucher avec la main, mais à peine arrivé à mi-parcours, qu’un : iiiihhhiiiikiiik retenti.

-ARRETE, hurla une voix dans le noir. Ne touche pas cette eau si pure avec tes sales pattes.
-iiihiikiiiikiiip
-qui es-tu ? Demanda Planqué. Encore un chevalier ? Mais je me repose quand moi ?
-tu demande du repos ? Mais je vais te l’offrir moi. Tout ce que tu mérite est un repos éternel.
-iiiipiiihii
-oui merci ! Je suis assez fier de cette réplique, elle vaudrait au moins un 16 à un examen de répliques de méchants.
-iiihiiihiii
-Non mais c’est pas fini ces conversations privées là. Dit notre Planqué. Si tu es vraiment un chevalier, amène toi, je te renvoie dans les jupes de ta mère et après je pourrai faire une sieste.
-impossible, répliqua l’autre. Et même si ca se produisait, je pourrai alors m’entraîner pour mon examen de « je reviendrai ».
-oui oui, mais en attendant moi j’ai un test de poutrage de Saori sur les bras, alors si on pouvait faire fissa. Et pourquoi que je tombe que sur des adversaires avec un QI équivalent à leur pointure…
-très bien allons-y alors.

Et là, se fut l’illumination. Au sens propre du terme bien sûr. Celle de la caverne pour ceux qui suivent pas. Des centaines de torches situées le long des murs s’embrassèrent en même temps, diffusant une lumière blafarde partout.
L’obscurité s’étant un peu dissipée, Planqué pu examiner plus attentivement l’endroit où il se trouvait. Sans doute la plus grande caverne qu’il avait jamais vu. Au moins 200 Nérics de diamètre. Et au centre de celle ci se trouvait un lac. Celui-ci couvrait pratiquement toute la surface de la caverne. Il devait y avoir, au maximum, une berge de 15 Nérics entre le mur et le lac.
De l’autre coté de la caverne, Planqué aperçut un petit cabanon de bois, mais sinon rien. Pas le moindre petit chevalier.

-Où es-tu sale chevalier ? Ce n’est pas le tout d’avoir mit la lumière, tu pourrais te montrer aussi. Et je dois te dire que cet éclairage n’est pas terrible, je vois rien du centre de la caverne.
-attend ce sont des torches A l’eau gène. Il le faut un peu de temps.

Maintenant qu’il le disait, Planqué se rendit compte qu’il y avait plus de lumière qu’au début. Encore un peu et la totalité de la caverne sera éclairé.
C’est alors qu’il l’aperçut. Debout au centre du lac.

-allons donc, nous avons à faire à un nouveau prophète. Tu multiplierais pas non plus les pains, non ? Parce que j’ai une petite faim, là. Dit notre héros.
-je ne suis pas un prophète. Je suis, je suis : …… Hym des Eaux, chevalier du squale hydrocéphale. Et je ne marche pas sur l’eau. Je suis simplement juché sur mon plus fidèle compagnon.

A ces mots, le chevalier se souleva, et Planqué pu apercevoir ce qui se tenait sous ses pieds. Un genre de gros poisson. Mais l’espèce était difficilement identifiable, à cause de l’armure qu’il portait.

-Et voici mon fidèle compagnon : Phlip’hy le dauphin aquariophile.
-Saori file même des noms aux montures maintenant ? En tout cas je suis vert, avec l’armure et tout, je suis sûr que c’est une monture de niveau 2 à 1000po.
-de quoi tu parle ?
-non rien, je divague. Bon en tout cas, on va régler ca vite fait, vos noms sont toujours à chier alors ça va le faire. Bon alors, tu t’amène au faut que je vienne te chercher ?
-En avant Phlip’hy, montrons lui ce que notre duo est capable de faire.
-iiiikkkiiiii

Zouloudesbois

VS

Hym des Eaux & Phlip’hy


LET’S FIGHT

Le dauphin se mis alors à battre de la nageoire et avança à une vitesse folle en direction de notre héros. Hym des Eaux juché sur son dos, les armes à la main.

Planqué se mit lui aussi en position pour contrer l’attaque du chevalier, quand un doute l’assailli. Devait-il se transformer. Lors du combat précédent, il avait bénéficié d’une puissance prodigieuse, mais avait aussi subit la honte de sa vie. A la fin du combat contre le yeti, l’effet du sort s’était dissipé et il avait retrouvé son apparence normale. L’épée s’était détachée de Migy, il avait perdu toute sa force, mais au moins s’était-il vu débarrassé de ce tutu. Seulement, aurait-il pu le battre sans se transformer. Ce Hym des Eaux doit être encore plus fort. La transformation va sans doute être nécessaire. Mais imaginons qu’il m’échappe, et qu’il raconte tout à Saori. Ma réputation est foutue. Je n’aurai plus qu’à me faire Hermite. Ma vie sociale sera foutue. Enfin comme ça j’irai plus rapidement dans les Haches-Tripes et Maraudon. Bon toujours est-il que là le chevalier il avance vers moi et qu’il va falloir le recevoir. Je ne me transformerai que si cela s’avère indispensable et si je suis sûr qu’il ne puisse pas m’échapper.

Mais pendant que Planqué parlait à lui-même, le chevalier continuait d’avancer. Arrivé à 10 Nérics de la berge, il attaqua. Le dauphin vira de bord et se mit à longer la berge pendant que le chevalier bombardait Planqué.
Le yak se mit en posture défensive, évitant la plupart des projectiles, parant le reste. Le chevalier continuait à s’éloigner, et les projectiles devenaient de moins en moins dangereux pour notre héros et planqué cru qu’il aurai un moment de repos pour penser à la contre attaque, mais dans un mouvement de queue, le dauphin fit un demi tour sur place et se remit à fondre son le yak.
Toujours en posture défensive, Planqué para les assauts d’Hym des Eaux. Mais tout à coup, une douleur figurante traversa sa jambe. Planqué baissa rapidement les yeux et vit ce qu’il l’avait touché. Un brin de muguet était planté au milieu de la cuisse.

- Une Fleur ? s’étonna planqué en arrachant le végétal.
- Et oui, dit le chevalier. J’ai la main verte n’est ce pas ?
- Oui si on veut… mais tu fait ça comment ?
- bah je vais pas tout te dire non plus, je suis pas con, je suis quand même le troisième gardien.
- ils disent tous ça.

Et Planqué envoya un gros jet de plasma en direction du chevalier. Mais le soucis du jet de plasma, comme on l’a déjà vu plusieurs fois, c’est que c’est une arme puissante, mais lente. Le chevalier eu juste à se baisser, et la boule d’énergie lui passa juste au dessus.

-c’est tout ce que tu est capable de faire ? s’esclaffa Hym des Eaux. Tiens regarde, c’est comme ça qu’il faut porter une attaque.

Le Chevalier fit alors un geste de la main et les fleurs fusèrent. Encore plus rapidement que les premières. Planqué eu tout juste de le temps de faire une roulade sur le coté pour esquiver la première vague. Il se releva le plus rapidement possible, mais déjà de nouvelles fleurs arrivaient. Mais Planqué est un Yak combattant, dans son sang coule des siècles d’instinct guerrier. L’idée de la défense ultime germa dans son cerveau plus vite que ne les faisaient les plantes du chevalier. Il dégaina l’épée et créa un mur de flamme devant lui.
Mais les fleurs traversèrent, c’était en effet des supers fleurs…. Mais non c une blague, je rigole, c que le troisième chevalier, les supers fleurs ça sera pour plus tard. Là Planqué il a eu une bonne idée pour une fois et miracle ça a marché, toutes les fleurs se sont carbonisées dessus.

-espèce de tricheur, tu as pas le droit de te servir des armes de tes adversaires. Cette épée appartenait au premier chevalier.
-et alors, je l’ai vaincu. Il est mort, cette épée ne lui servira à rien. Alors que moi, tu vois, j’en fait un très bon usage.
-j’avoue que tu m’as surpris sur ce coup, mais si tu crois que tu va pouvoir me vaincre en ne créant qu’un petit mur de feu, tu vas être déçu.
-attend, tout sous entend par là que je ne sais que me défendre ? alors que dit tu de cela ?

D’un mouvement semi-circulaire, Planqué balança un gros jet de flamme en direction d’Hym des Eaux.

-moi aussi je sais créer des murs. C’est pas avec cette attaque à 2 balles que tu va me faire bobo.

Et bien avant que la boule de feu n’atteigne le chevalier, un mur d’œillet se forma, se pris la boule de feu, se carbonisa entièrement et laissant le chevalier complètement intact.

-le feu ne marche peu être pas bien, mais cette épée propose plein d’autres éléments. Dit le yak.
-alors testons les !

sur ces mots, le chevalier attaqua à nouveau. Planqué créa alors un cône de givre, congelant les fleurs en une grosse boule qui vint s’écraser à 1 demi Néric des pieds de notre Héros.

-qui a commandé une 5 boules chlorophylle ? railla notre Héros, tout en passant à l’attaque.

Un gigantesque trait de foudre quitta l’épée et se précipita vers le dauphin. En visant la monture, planqué était sur de toucher en même temps le chevalier. Mais ce qu’il n’avait pas pris en compte fut le pommier qui apparu de nul part entre les deux combattants. Le pommier fut promptement désintégré, mais l’attaque de Planqué n’alla pas plus loin.

-bon on va en finir, dit le chevalier. Parce que là, tu m’attaque, je pare, je t’attaque, tu pare, ça va finir par lasser le lecteur et on va avoir des problèmes avec les fans. Je vais te montrer pourquoi moi et Phlip’hy nous faisons une équipe invincible.
-IIIIIHHHHHIIIIIKKKKKIIII
-oui, tu as raison, à l’attaque.

Planqué vit alors le dauphin fermer les yeux. Le Yak se mit en posture défensive, se préparant au pire, mais rien ne se produisit. Du moins pendant 5 secondes. Ensuite, un bruit monstrueux se fit entendre au plafond. Planqué n’eu que le temps de courir que déjà des pans entier de plafond s’écroulait là où il se trouvait quelque seconde plus tôt.

-ce putain de dauphin utilise des ultra-sons pour faire s’écrouler les murs, c’est illégal ça. Et vachement dangereux, imagine, qu’il fasse s’écrouler toute la caverne.
-eh bien dans ce cas, nous mourrions tous et j’aurai quand même accomplit ma mission. Mais c’est inutile d’en arrivé jusque là, puisque de toute façon je vais te tuer. Je vais maintenant utiliser une des mes fleurs les plus puissante pour mettre fin à ton existence. ROSE ATTAQUE.

Et une seule et unique fleur vola en direction de Planqué. Mais ni la boule de feu, ni le cône de glace ne parvinrent a la stopper. Et la une question existentielle se posa. Est-ce l’ampoule signifiant que Planqué eu une idée qui lui donné l’idée, ou alors est-ce un pur hasard que ce soit toujours une ampoule qui s’allume, et pas, je sais pas moi, un pot à cornichon qui s’ouvre. Enfin dans tous les cas, Planqué balança ce qui lui semblai être l’élément de la dernière chance : j’ai nommé, la lumière.
Mais il ne se produisit pas ce que Planqué avait prévu, ou alors c’était la plus mauvais idée dans l’histoire des mauvaises idées. Car le rayon de lumière frappa bien la fleur, mais celle-ci eu pour simple réaction de grandir. Mais alors grandir beaucoup, arrivé à 1 Néric du yak, la tige atteignait environ le demi Néric de diamètre. La fleur (si on peut encore appeler ca une fleur) percuta alors le yak qui n’eu que le temps de lever Migy, pour éviter un coup mortel. Mais la violence du choc le plaqua contre le mur de la caverne et lui coupa le souffle.

-mais tu as voulu mettre fin à tes jours plus vite ? s’étonna le chevalier. Si tu m’enlève le plaisir de faire mon boulot ca va pas aller. Je dois te tuer de mes propres main, pas de laisser te suicider.
-teuf teuf, toussa le yak essayer de reprendre haleine. C’est pas ce qui était prévu à la base. Sous le trop plein de lumière la fleur aurai du flétrir. Mais j’ai du faire une erreur de calcul quelque par. Mais ca n’arrivera plus.
-en tout cas, ca m’a donné une idée. Regarde juste ce qu’il y a autour de toi.

Planqué jeta rapidement un coup d’œil autour de lui et la première chose qui le frappa fut des fleurs. Disons, toutes les fleurs que le chevalier avait balancer auparavant. La seconde chose qui surpris Planqué fut ce qui arrivait à ces fleurs. Supposons que vous ayez un appareil photo. Vous le placer devant une petite fleur. Et vous le faire prendre une photo à intervalle régulier. Genre une photo par heure. Ensuite, vous développez les pellicules, vous numérisez les photos (toutes ces étapes là ne comptent pas si vous êtes quelqu’un de moderne et que vous avez un APN ) et vous en faite un film. Ce que vous allez obtenir sera un film montrant la fleur croître très vite. Bah c’est un peu se qui se passe là avec les fleurs autour de Planqué. A par que personne n’a d’appareil photo mais bon. Et pis surtout ça a pas l’air de vouloir s’arrêter. C’est quasiment une foret qui entoure maintenant notre héros. Et cette foret commence même à l’attaque. Des lianes s’enroule autour de ses membres et de son torse, essayant de le paralyser (et lorsqu’il y repense, des années après, il est persuadé qu’une des liane a essayé de la violer).

-alors, que dis tu de ma nouvelle technique, sympa non ? ironisa le chevalier
-ça va, mais elle a un gros défaut.
-et lequel ?
-elle m’a laisser une main de libre. BRASIER

une boule de feu jailli de la main libre du yak, et ce dernier utilisa le feu pour détruire les lianes qui lui emprisonnaient les pieds et l’autre main. Une fois libre, Planqué se mit à courir afin de mettre le plus de distance entre les fleurs et lui.
Sa folle course le conduisit auprès du cabanon qu’il avait aperçut de l’autre coté du lac. Il y rentra afin d’être à l’abri pour réfléchir à une stratégie.

-la charogne, dit le chevalier. Il s’est planqué dans ma maison. Je vais devoir l’en faire sortir en douceur si je veux encore avoir un toit cette nuit. Phlip’hy, pose moi à terre, je vais continuer à pied.
-iiipiiiikiiii.
-et en attendant prépare ton attaque spéciale.
-iiihiii iiikiii iiihiii.

Hym des Eaux mit donc pied à terre et se dirigea vers le cabanon. Mais pendant ce temps, une chose très curieuse se produisait dans le lac. Un entendit un gigantesque cri venant du dauphin, et quelques secondes plus tard les eaux se mirent à bouillonner. Ce phénomène dura une vingtaine de seconde en s’intensifiant de plus en plus. Pour finir, une forme dantesque émergea de la surface de l’eau. Au milieu du lac se tenait un Phlip’hy géant, un quinzaine de Nérics de haut au moins. La surface un peu mouvante de la nouvelle créature peut vous intriguer. Mais en fait elle s’explique très bien. Elle est simplement due au fait que ce dauphin géant est juste un amalgame de poisson, collé en forme de dauphin, ridicule et impossible me direz-vous, sans doute mais moi plus c’est ridicule plus ca me plait, et pis on a dut voir pire dans les chapitres précédents .

Mais aussitôt sorti de l’eau, la créature fi quelque chose d’inattendu : elle passa à l’attaque et se mit à bombarder la maison à grand coup de truites et autres goujons.

-non mais ca va pas Phlip’hy, hurla le chevalier. Je t’ai dis de te préparer, pas d’attaquer. Regarde moi ça, tu viens de détruire un pot de géranium. Elles venaient tout juste de fleurir.
-iiiiiiihiiihiihiiiiihiiiiiiiiiii
-pas d’excuse, dès que tu es sous cette forme tu fait toujours que des conneries.
-iiihiiikiii
-que dalle. Alors maintenant tu t’éloigne, et tu ne bouge plus tant que je ne t’ai pas dis de passer à l’attaque. Si je vois le moindre petit mouvement de nageoires je te vend à Saupiquet.
-iiikiiihiii iiikiiii
-si si je te jure que je le ferai. Et il seront ravis je pense d’avoir du dauphin pour dîner.

Et sur ces mots, Hym des Eaux entra dans le cabanon. Pour en ressortir aussitôt.

-tu as vu personne sortir ?
-iiihii iiii
-il doit être caché quelque par, il a du ressortir du cabanon par un angle mort. Il peut être partout dans la caverne. Il va nous falloir du renfort pour le retrouver. Vite Phlip’hy, va chercher le Shérif.
-iiii, cria le dauphin en virant les poissons, et en commençant à partir.

Le chevalier commença à rentrer dans le cabanon, mais au moment ou il ouvrit la porte, une forme fluo traversa la fenêtre et se mit a courir après le dauphin.

-GLACIER

la température dans la caverne chuta alors brutalement. Et un iceberg se forma alors autour du dauphin, l’emprisonnant ainsi dans une profonde couche de glace.

-et un parfait dauphin, un ; dit le yak. Je me demande si à la fraiseraie il feront ce parfum un jour.
-…
-et alors, tu dit rien, je viens de congeler ta poiscaille et c’est tout l’effet que ca te fait ?
-…
-ouh ouh, monsieur le chevalier ? tu es réveillé ?
-mais mais mais…
-non c mi mi mi le début de la chanson.
-mais c’est quoi cette tenue ?
-bah c’est ma nouvelle transformation. C’est un peu kitch, je te l’accorde, mais ca marche. Par contre ça a été le bordel de se transformer dans ton placard. Y’avait pas beaucoup de place. Je pense qu’il serait bien d’investir dans une cabine téléphonique, ca serai plus simple.
-un peu kitch ? avec le tutu et tout ? c’est même au delà de ca je crois. Kitch c’est pas assez. Et tu arrive à vivre avec le fait que des gens te voient dans cette tenue ?
-disons que seulement deux personnes m’ont vu dans cette tenue. Toi et le chevalier précédant. Lui, je suis sûr qu’il ira rien raconter à personne, et je vais m’arranger pour que ce soit la même chose pour toi.
-et supposons que je survive et que je raconte ca partout.
-aucun chance. Mais il est vrai que le risque existe. Avec toi non, mais comme vous êtes de plus en plus fort à mesure que j’avance, ça arrivera peut être. Je cherche donc toujours une solution à ces couleurs. C’est juste que j’ai pas encore trouvé. Enfin en attendant je vais éliminer un témoin dérangeant. Même si lui j’ai des doute que quelqu’un comprenne ce qu’il dit.
Aussitôt sa phrase finie, Planqué fit demi tour et fonça en direction de l’iceberg. L’épée, fixée sur Migy, brandit bien haut, un halo de flamme commença à se former autour de la lame. Le yak fit alors un bon majestueux et d’un coup violent, abatis l’épée enflammée sur le bloc de glace. Un énorme nuage de vapeur s’éleva alors partout dans la caverne, masquant tout le spectacle au chevalier. La vapeur mit 2 minutes à se dissiper, mais quand ce fut fait, Hym des Eaux aperçu le yak. Planqué marchait tranquillement dans sa direction, mâchouillant un steak de dauphin cuit à point planté sur son épée.

-un régal ce poisson, tu en veux un bout ?
-comment as tu osé faire ça à Phlip’hy. C’était mon meilleur ami. Et toi tu le déguste comme du vulgaire cabillaud.
-ah non. C’est bien meilleur que du cabillaud. Il devrait être fier du goût de sa viande.
-tu vas le payer. Je vais te faire souffrir mille morts pour ce que tu viens de faire. Je vais utiliser ma fleur la plus puissante contre toi : la pâquerette.

Et alors une grand pâquerette sorti de la main du chevalier. La tige avait une longueur d’environ deux Nérics, bien droite, et de par et d’autre se trouvait une dizaine de pâquerettes.

-ah ah. Moi aussi j’ai une arme de corps à corps. Mais bien mieux que la tienne. Car chaque petite pâquerette est en réalité une scie circulaire. Les pétales tournent sur eux même et sont aussi coupant que des rasoirs. Mais tu le découvrira bien quand je t’aurais déchiqueter l’abdomen.

Planqué se mit alors en position défensive, près à encaisser le premier assaut du chevalier, qui ne tarda d’ailleurs pas. Hym des eaux porta un grand coup circulaire par la gauche, que Planqué para aisément. Le yak fit ensuite un saut périlleux arrière afin de mettre un peu de distance avec son adversaire.

-tu sais, dit le yak. Vu comme ca, ton attaque à l’air bien et tout. Mais je crois que tu a oublié un élément.
-lequel ?
-ma transformation. Mes pouvoirs n’ont plus rien à voir avec ceux de tout à l’heure.
-arrête tes bobards, tu es juste dans une tenue ridicule qui à seulement pour but de me faire perdre mes moyens en me faisant éclater de rire. Mais ca ne marche pas avec moi. A cause de la dureté de l’entraînement pour devenir chevalier j’ai oublier ce que c’était de rire. Cette tenue n’a aucun effet sur moi.
-viens donc l’essayer si tu doute.

Et le chevalier se rua à nouveau sur le yak. Et Planqué l’imita. Les deux adversaires se ruèrent l’un sur l’autre et les armes s’entrechoquèrent. Enfin c’est ce qui aurait du se passer. Ce qui se passa réellement fut simplement que l’épée enflammée de Planqué traversa la pâquerette comme du beurre, ainsi que l’armure et le bras du chevalier du chevalier.

-Mes flammes sont beaucoup plus puissante maintenant, ce n’est pas avec une simple fleur que tu aurais pu m’arrêter. Dit Planqué en foudroyant son adversaire pour l’achever. Et pis comme ça je suis sur que tu ne racontera rien sur ma transformation.

Après avoir essuyé le sans sur la cape du chevalier, Planqué reprit son allure normale et se mit à la recherche du chevalier suivant.

-en tout cas, ça m’a donné faim ce combat. Et pis ce dauphin était délicieux. Avec un arrière goût de lapin. Je m’en taperai bien une autre tranche…
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Sam Oct 15, 2005 9:44 am    Sujet du message: Répondre en citant

vous l'avez attendu longtemps ... mais le voici !!!

... ce qu'il fit d'ailleurs ...
notre magnifique héros (si si il est magnifique, non mais !) se mit à la recherche d'autres dauphins (dans notre histoires, ils pullulent, c'ets pas une espèce en voie de disparition Wink ), le combat contre le chevalier et sa monture avait puisé énormement d'énergie dans les reserves du yack et il lui fallait un bon repas pour le requinquer ! Il se mit à barboter tranquillement, profitant de cette nage pour faire son premier bain de l'année (on est en décembre là) tout en mettant régulièrement la tête sous l'eau pour repérer un banc de poisson qui permettrait de combler le gouffre présent dans son estomac ...
après quelques brasses, il tomba enfin sur une pôvre famille de dauphin qu'il s'empressa de tuer violemment puis les ramenas sur la berge ... il fouilla un peu la maison du chevalier et trouva une grille de barbecue et un discman (si si, ça existe à cette epoque) avec comme unique CD, un exemplaire d'un live des village people ... “c'est mieux que rien” se dit notre héros. Il se mit donc le casque sur la tête, enclencha la musique, se trémoussa gayment et se dirigea dans un coin de la caverne, pres du tas de dauphin qui allait être mangé avec une voracité digne d'un yack dans ces plus grand banquets. Il lança brasier sur un tas de bois, plus exactement des poutres de la maison du chevalier, et plaça la grille du barbec dessus ainsi que les dauphin ... en attendant la cuisson, planqué se fit plaisir et executa quelques pas de danse avec de subtils déhanchement, il se laissais porter par la musique, faisant des sauts de carpe, se frottant à des barres verticales ... enfin bref ... il se laisse porter Wink ...
tout ces pas de danse lui empêcherent de deceller la présence de quelqu'un qui l'observais depuis déjà quelques 10aines de minutes (et qui se foutait un peu de lui au passage Smile ), ce n'est que lorsque le CD se termina qu'il le remarqua aussitot et se mit en position de garde ...
l'inconnu paraissait innofensif et ne semblait vouloir se battre ... planqué toujours en position s'approcha de lui et le menaça de son épée ...

P : qui es tu?
Inconnu : quelqu'un qui ne te veux pas de mal ...

la personne n'était pas tres grande, en fait de personne ... on devrait même plutot (le chien de mickey) dire chose ... en effet, l'inconnu ressemblait à une grosse boule de chewing gum rose ...

P : que fais tu par ici?
I : je suis tombé dans le piège de Saori tout comme toi ... malheureusement je ne suis pas très doué pour le combat, j'ai donc avancé à travers les pièces de ce pièges furtivement pour en sortir sans me faire remarquer ... mais ce chevalier que tu as si facilement terrassé se doutait de ma présence, il était bien moins bête que les deux autres ....
P : c'est sur ... quel est ton nom?
I : Mag'Uss ... je suis un être de la race des CoeurBi ...
P : mais mon grand père m'a toujours dit que les CoeurBi étaient de fier combattant et surtout ... que la race avait disparu il y a de ça des années ....
M : vi ... c'est juste, mais j'en suis le dernier descendant ... et j'intéresse les chasseurs de prime qui veulent ma peau pour en faire des strings à bourgeoises ...
P : je comprends le problème ... ma peau intéresse aussi les zébu et les gnous pour faire des tambourins .... mais dis moi ... comment ce fait il que tu ne saches pas te battre?
M : je ne sais pas ... je n'ai jamais su ...
P : hum ... soit ...

le CoeurBi sembla tout à coup mal à l'aise ... on sentait sur son visage rose qu'il désirait poser une question ... après quelques instants d'attentes, il se lança ...

M : pourrais je t'accompagner? Je sens que tu peux réussir à vaincre saori et ces chevaliers ... sauve moa !!!
P : arf ... je n'aime pas trop être accompagné ....
Mag'Uss lui fit un regard digne de simba et de nalla dans le roi lion dans le passage où ils veulent rentrer dans le cimetière des éléphants ... planqué ne put résister ...

P : bon c'ets d'accord ... c'ets bien pasqu'on a les mêmes problèmes ...

la boule rose éxécuta une danse bizarre pour exprimer sa joie ... il sautillait d'une jambe à l'autre en chantant : "y'a tas! Y'as tas!" ... planqué ne comprenait décidemment pas les langues étrangères ...

les deux nouveaux compagnons rejoignèrent le campement et festoyèrent gaiement de succulentes brochettes de dauphin toute la nuit ! Mag'Uss avait quelques bouteilles de saké dans son sac et ils se rincèrent de nombreuses fois le gosier tout en chantant des chansons paillarde ... jusqu'a ce que planqué s'écroule comme une fiotte, ivre mort ...
le CoeurBi se mit à ranger les restes du repas tout en chantonnant une chanson tout aussi bizarre que celles d'avant (un truc du style : chala head chalaaaaaaaaaa ) quand soudain une violente migraine s'installa dans son pitit crane de boule de chewing gum ... il s'ecroula à genou et se mit à chuchotter ...

M : nan .... pas maintenant ... laisse moi !!!!
M (mais avec une autre voix, on va l'appeler M2, à ne pas confondre avec Mach 2, ce qui vous le comprendrez n'a absolument aucun rapport !! non mais, c'est débile ce qu'on écris, certes, mais on reste crédible sur certaines chose boudiou ! ) : éhé ... tu ne peux me resister ... tue cet étrangers !
M : non !! il va nous sortir de là !
M2 : il te tueras si tu ne le fais pas ! Il est comme les autres ! Il voudra faire un string avec ton cul !
M : mais non ... pas planqué, c'est un être bon ... je le sens ! Fiche moi la paix mon double !!!
M2 : non non non ... je fais sa pour ton bien tu sais ! Je te protège ! Tu ne sais pas te battre ... moi si, sans moi tu n'es rien !
M : je .. je .. je peux vivre sans me battre !!!
M2 : mouahahahahhahahaha !!! et tu vas faire comment quand les gens te trouveront? Tu apppeleras planqué? Mais il ne te permettra pas toujours de le suivre ! Le monde est pourris ... personne ne mérite ta confiance !
M : si !!! dégage de ma vie !!!! part !! laisse moi !!!
M2 : soit ... je part ... mais sache que je reveindrais ... et quand je reviendrais ... se seras définitif ... allez ... salut ... mouahahahahhahahaha !

Mag'Uss vomit par terre et s'ecroula de fatigue (en esquivant le vomit, quelle classe !) ...

le lendemain fut tres dur pour notre héros ... reveillé par un CoeurBi joyeux et frivol (si si ça se dit !), il avais une sensation bizarre ... vous savez, la sensation d'avoir en permanence une troupe de 200 danseurs de claquettes dans la tête repetant pour le tournoi mondial de claquettes ... l'oeil vitreux et injecté de sang, la bouche pateuse à souhait, le pas vif et vigoureux semblable a un orang-outan auquel il ne resterais plus qu'une jambe ... en bref, il etait frais comme un gardon mort 3 semaines avant ...
mais Mag'Uss lui allais particulièrement bien, il semblait joyeux comme tout, occupé à ranger convenablement l'endroit dans lequel ils avaient festoyé ... planqué s'etonna d'ailleurs que la boule n'ait pas le moindre signe visible de la soirée de la veille, mais cette pensée dans son esprit fut tres breve car interrompu par la 8e chanson de la compagnie de claquetes citée plus tot ...

le yack mit quelques heures avant de s'en remettre ... vomissant apres chaques aliments ou liquides ingurgités ... mais après une bonne sieste réparatrice, le yack fut de nouveau sur pied, près a reprendre son périple dans la caverne de saori !

Ainsi les 2 compagnons se mirent en route ... le yack avança d'un pas enjoué dans la caverne, sa forme revenue il etait près à soulever des montagne, pres a courir un marathon de 800km !! cependant Mag'Uss émit une remarque tout ce qu'il y a de plus interessant ...

M : ou qu'elle est la sortie?

Le yack s'arreta d'un coup ... il etait vrai qu'il n'avait pas reflechis a la façon de sortir de la caverne et surtout ... il n'en avais pas vu, de sortie ... notre heros et la boule de shwinggum chercherent donc une sortie a la caverne qui se faisais de plus en plus pesante a mesure que le temps sans trouver de sortie passait ... ce n'etait pourtant pas faute de chercher, ils regardaient derriere les talus, derriere les rochers ... mais rien, pas de sortie a cette caverne !
Les deux compagnons ne savaient plus quoi faire quand le CoeurBi eut une idée qui aurait pu paraitre géniale si elle n'avait pas été trouvé par un etre rose qui a l'air singulièrement ridicule ...
la caverne étant composé de 80% d'eau (ué c'ets une tres grosse caverne Smile ) ... la sortie avait donc de tres grande chance de se trouver sous l'eau !!!
restait donc a trouver un moyen d'explorer les bas fond maritimes ... idées qui germa quasi immediatemment dans la tête de notre planqué nationnale. Sans dire un mot il s'approcha de Mag'Uss qui ne se doutait de rien, le chopa par la tête et le balança de toutes ses forces dans la flotte.

M : aaaaaaaaaaaah !!!!! mais pourquoi t'as fait ça?
Le pauvre se noyait apparement
P : ba fallit bien quelque chose pour verifier si y'a rien en dessous de l'eau Smile
M : mais je sais pas nager blouuuuuuuuuub!!!
P : hum .... tu bouges pas je reviens !!!
M : mais bloub comment veux blobul tu que je blouges !!!!! je sais bloub pas nager blubobl !!!!

le yack s'eloigna du rivage et se dirigea d'un pas pressé (normal il veut quand même pas que Mag'Uss y reste, sinon va falloir qu'il aille se mouiller tout seul et ptete pour rien en plus !) vers ce qui reste de la cabane du chevalier ... il fouilla pendant quelques instants puis ayant trouvé l'objet desiré retourné d'un pas gambadant digne de laura ingalls.
Une fois arrivé aupres de la rive, il lança l'objet en question sur le CoeurBi qui l'attrapa sans comprendre ...

M : mais blubaboul pourquoi bloubloubloubbbb une corde (il se noie de plus en plus la)...
P : accroche la toi autour de la taille !

La boule rose se senti rassuré ... " snouf, je suis ému ... c'est donc ça qu'on appelle un ami ! Il me lance cette corde pour me sauver la vie ! Snouf snouf ". il s'attacha la corde autour de la taille et cria a son amis ...

M : merci mon ami !! tu peux me tirer de la, je suis solidement attaché !
P : mais lol ! Qui t'as parlé de te detacher?
M : O_O
P : nan la corde c'ets juste pour pouvoir te remonter de temps en temps a la surface histoire que tu clams pas avant de trouver la sortie !

Il gratifia la petite boule d'un sourire yackesque (entre le sourire colgate et un sourire sadique plein de dents pointues) et tira vers l'arriere éxécutant un lancer digne d'un pecheur habitué des parties de peches depuis son plus jeune age.

P : quand t'as pu d'air, tire un bon coup sur la corde, je te remontrais à la surface pour que tu puisse survivre !
M :T_T

le jeune CoeurBi se résigna donc à sa nouvelle tâche se disant que le monde est injuste, pourquoi lui, allo maman bobo et tout le tralala ... il jeta donc un regard furtif sous l'eau et s'aperçus qu'il ne voyais absolument rien du tout ... ce qui était tout de même assez facheux étant donné que planqué ne serais surement pas content de son travail et vu que le yack avait l'air de pouvoir être d'une sadicité exemplaire, il tentat tout de même de tatonner à droite à gauche, on sais jamais !
Pendant ce temps la, le yack sirotait une marguaritta en lisant le dernier tome de fruit basket (qui a dit que c'est ce que je lis en ce moment >_<) tranquillement allongé sur le rivage ... car il faut dire que le yack a toujours aimé se prelasser! Mais si ! Rappelez vous dans les années 30, la mode de la plage n'est pas venu de la haute bourgeoisie comme nous le dictent les idées reçues inculqué par une education nationnale française qui a souvent interprété les choses à son avantage denigrant une fois de plus cette race superieure qu'est la race des yack ! Mais ne nous égarons pas et recadrons tout de suite le sujet ! La mode de la plage pendant les années 30 etait donc lancé par des yacks ! Mais si ! Comme tout le monde le sais, ils sont arrivés apporter le bonheur en france vers 1925 et c'est donc tout logiquement, apres des années d'acharnement a reconstruire une france affaiblit par la premiere guerre mondiale, qu'ils chercherent a se prelasser comme tout bons yacks qui se respectent ! Ne connaissant que la montagne, ils furent franchement deçu du peu de choix et de classe de nos montagne ... ils eurent donc l'ingénieuse idée de prendre des serviettes et de foncer tout droit vers nos côtes, bien plus attractives à leur opinion ... et c'est devant cette étendue d'eau magnifique qu'ils inventerent le beach volley, la natation, la marguaritta, la pina colada, les raquettes de plages (faites avec des femur de zébu à l'epoque, tain qu'est ce que vous en apprenez en nous lisant ! ), les serviettes de bain, les jumelles (pour matter les yackettes) et tout un lot d'accessoires indispensable a tout vacanciers ou même personnes en w-e desirant se relaxer sur ces belles étendues sableuses que personne n'avais remarqué avant l'arrivée de ces sauveurs interplanétaires !
... je crois cependant qu'il est temps de mettre fin a cette parenthese éducative ...

Revenons en donc a Mag'Uss qui est toujours en train de tatonner dans l'eau tres sombre et plutot opaque vu qu'il voit autant que dans le posterieur d'un bison constipé ... la boule de chewing gum était plutot apeuré, il faut dire qu'il sentait toute sortes de choses bizarres sous l'eau, mais tout a coup elle vue une sorte de lumiere ... une lumiere bleutée genre luciole mais version bleu et sous l'eau ! Mag'Uss se sentit irrémédiablement attiré par cette somptueuse lueur, il nagea vers elle, oubliant qu'il devait tirer de temps en temps sur la pour pouvoir respirer ... en s'approchant de la lumière, celle ci se deplaça rapidement comme si elle tentait de s'echapper. Le CoeurBi joua ainsi quelques minutes avec la lumiere, fasciné par cette lumiere qui provoquait en lui des sensations d'immense satisfaction et d'indescriptible bonheur ... La lumiere gambadait toujours dans l'eau sombre quand tout à coup elle eclaira une forme bizarre sous l'eau. "Surement un rocher" se dit notre amis tandis qu'il tentait une fois de plus d'attraper la lueur bleutée et qui à sa grande surprise réussit après un lot d'essai tous infructueux. Le CoeurBi effectua une danse du bonheur (sa donne a peu pres ceci : \o\ /o/ /o/ \o\ \o\ -o- /o\ /o\ \o\ /o/ \o\ /o/ -o- /o\ ) et pu enfin se poser tranquillement ... la premiere chose qu'il constata fut qu'il avais besoin de respirer! Il allais donc tirer fortement sur la corde quand la lueur dans sa main retint son attention, elle etait visqueuse et surtout, une sorte de corde sortait du haut de ce qu'on aurais pu appeler une tête ... Mag'Uss tira sur la corde d'un air suspicieux et se rapprocha de ce qu'il avait pris pour un rocher tout à l'heure ...

Les CoeurBi ne sont pas connus pour leur intelligence ni pour leurs annalyses de situations (beaucoup plus connus pour leurs blague à deux balles, genre : que fait on avec des testicules de dauphin? Des boules de flipper !!! pitoyable, non? Very Happy ) ... il faut avouer que leur QI ne depasse rarement les 38 et que quelqu'un qui a plus de 45 se voit bruler sur le bucher de la place municipale tel une sorcière.
Cependant, Mag'Uss n'eut absolument aucuns mal a remarquer qu'un rocher avec des dents grandes comme des épées à deux mains, des yeux injecté de sang voulant vehiculer le message "A TAAAAAAAAAAAAAAAAAAABLE" et la presence d'un couteau et d'une fourchette dans ces pitites mains (mais si ça a des mains un poisson ! Rooooh, vous sortez d'ou? ) ne devait pas particulièrement lui vouloir des années de bonheur, une gentille femme, des pitits enfants, une maison avec des barrieres blanches (celui qui me trouve la reference, je lui paye un coup Smile ) ...

s'ensuivit alors une course poursuite digne de star wars quand ils sont sur les scooters volant (désolé pour les puristes, mais je me rappel plus du nom ! De toutes star wars smoins bien que grease >_< ) ... les CoeurBi ne sont pas censés savoir nager super vite, mais bon, quand une montagne de muscles version poisson vous poursuit avec la claire intention de se remplir avec votre precieux pitit corps, sa vous fais ressortir des capacités physique tout ce qu'il y a de plus insoupsconnées !!
De l'autre coté de la corde, Planqué avais presque finis son tome de fruit basket. Il ne s'etait meme pas etonné que Mag'Uss n'eut toujours pas tiré sur la corde depuis un temps particulièrement long, il aspirait juste a lire trankilou pour le moment, rien de plus ! Ce qui l'etonnate plus, c'est qu'il fut litterallement envoyé dans la flotte d'un coup ... Planqué ne comprenais pas du tout ce qui lui arrivais, il etait tiré par la corde, bon d'accord il avais demandé au CoeurBi de tirer bien fort pour lui faire comprendre qu'il voulait respirer, mais la quand meme O_O ! le yack tira sur la corde et remonta vers son compagnon ... il compris alors en chemin, vous vous doutez bien qu'au moment ou il a vu la bestiole sa l'a un peu aiguillé, que la boule était en danger !
Planqué pris donc son courage a deux mains, enfin surtout avec la main droite, et enclencha les hostilités avec le poisson qui ferais meme peur a willy tellement il etait imposant !
En fait ...il s'averas que la bestiole comptait beaucoup sur son physique pour impressionner son adversaire, planqué etant courageux comme un yack (ou tout simplement inconscient) il n'eut peur de faire front à la bestiole qui ne sut que faire ... le premier coup atteignit une des mains du poisson ( Very Happy ) et lui cassa un ongle ! Le poisson fut horrifié de cette perte inestimable car c'etait une poissone et comme tout le monde le sais, une dame qui se casse un ongle est au bord de la crise cardiaque ... la bestiole sombra donc dans une lethargie et planqué vaincu sans meme s en rendre compte et fut meme déçu que le combat durate si peu de temps !

Une fois l'emotion (mouarf) retombée, planqué rejoignit Mag'Uss qui etait inconscient (il a toujours pas respiré depuis tout à l'heure!), le choppa par le pied et commença a nager ... malheureusement il etait dans la meme impasse que son compagnon un peu plus tot, on y voyait vraiment que dalle dans cette grosse mare !!
Le désespoir envahissait notre héros quand soudain il remarqua une autre lueur un peu plus loin ... cela pouvait etre une sortie comme cela pouvait etre une autre de ces bestiole qui avait leurré Mag'Uss. Vu comment qu'il avais eclaté la bestiole, il se dit qu'il n'avait rien a perdre, apres tout il n'avais plus beaucoup d'air, le CoeurBi était en train de mourir et il y'avais cette lumiere ... au moins il pourrait se payer une bonne baston avant de mourir si jamais c'etait un ennemi ! Il nagea donc de toutes ces forces vers l'origine de cette lueur et plus le yack s'en rapprochait, plus elle grandissant pour ainsi former une espece de disque ... il hésita 30sec puis fonça dedans ... et atteri dans une sorte de piece ... où il y avait de l'air

Planqué ne vi rien pendant quelques instants. Aveuglé par la subite lumiere, il ne voyait plus rien ... mais il entendait! Il y avait quelque chose dans cette piece ... en tout cas deja il n'allais pas se plaindre, il y avais de l'air, ce qui est plutot pratique quand on veut respirer ... peu à peu il put a nouveau revoir des formes, sa vision s'eclaircit et il distingua la piece qu'il entrepit de visiter du regard, la ftaigue recente ne lui permettant pas pour le moment de marcher.

Cette piece n'etait pas tres grande comparé a la précédente, mais elle restait d'une taille assez importante, elle etait tres vivament eclairé par une multitude de spots et autres lampes fantaisies sur les murs et des machines étaients diposé a travers la pièces ... on aurait dit une salle d'arcade ... mais c'etait impossible, comment une salle d'arcade pouvait exister dans une caverne O_O
planqué put enfin se lever, il allais explorer plus attentivement la piece quand il prit cosncience que maintenant il avait un compagnon ... et qui etait en train de clamser en plus ce compagnon !
Zoulousdesbois n'a jamais été tres doué en premier secours, il laissait toujours le plaisir de sauver des vies aux autres yack de son village ... ainsi la seule "technique" qu'il connaissait pour reveiller quelqu'un ... c'est de le choper et de le balancer tres fort contre mur Smile
radicale chez les yacks a ce qu'il parait ! Mag'Uss bougea un peu les sourcils, planqué pris ça pour un bon signe et lui colla quelques tartes histoire de definitivement le reveiller, ce que fit la boule rose. Elle faisais peine à voir en train de vomir des littres et des littres d'eau noireatre.

Mais le yack ne s'en souciait meme pas, tout ces bruits pesant qui provenaient des machines bizarres dotées d'écrans l'intrigai, il en scruta quelques unes, tripota d'autres, faillit mourir d'une crise cardiaque quand une fit le bruit d'un T-Rex en rut ... il continua son tour jusqu'a ce qu'il trouve quelqu'un en train de jouer sur une des bornes ... il tapota comme un malade sur des touches tout en tripotant un joystick et beuglait : "je vais te poutrer ken !!! je vais te poutrer !!!!" ...
planqué l'observa un petit moment ne comprenant pas ce que le jeune homme était en train de faire ...

* gros bruit immonde de crane qui explose et dont le contenu gicle partout *
JH : erf ... NAOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!!!! ptain j'suis trop deg !!! il m'a encore eu >_< fougnafié !!!!

le jeune homme mit un coup de latte a la borne et se mit a pleurer criant que la vie est trop injuste, que le dieu des jeux videos etait dur avec lui etc etc etc, braif, il pigne copmme une jeune yackette !
Il continua quelques instants avant de remarquer que quelqu'un etait en train de pouffer de rire devant le spectacle ...
Il se redressa, defroissa ces habits et toisa du regard notre amis ...

JH : qui es tu pour oser te moquer de moi?
P : je suis Planqué, prisonnier de votre saleté de caverne à la noix et contraint a botter le derriere de toutes les personnes qui osent se dire chevalier ... et toua? Jeune homme tout de rose vetu ... (sur ce point notre ami planqué cessa de sourire, connaissant trop nettement la souffrance que le jeune avais du enduré lorsque que d'autre personnes le voyait en rose)
B : je suis BhatZmiarou, serviteur de Saori, Chevalier du Pingouin émasculé !
P : oho ! Laisse moi deviner, Saori avait bu de la vodka, tu l'as un peu cherché et hop, elle t'as pondu ça?

Planqué ne put s'empecher d'éclater de rire

B : hey !!! d'où que tu te moques de moi comme ça? Tout le monde me l'envie ce nom la !!!
P : erf ... on ets vraiment pas du meme monde tout les deux ...
B : ba ué, regarde comment que j'ai la classe dans mon cycliste rose bonbon et mon debardeur fuschia !
P : :'(

le yack secha une des larmes qui coula le long de sa joue et pria le ciel pour ne pas en venir a apprecier sa tenue de combat spéciale ...

P : bon et je suppose que tu ne vas pas me laisser passer tranquillement ... tu sais, ça me fatique un peu tout ce charibari juste pasque je veux dessouder votre reine ... nan mais ouai quoi, faut pas croire que j'ai que sa à faire dans la vie ! J'suis pas né pour vous botter le cul chacun votre tour ! Alors laisse moi passer et je te ferais rien.
B : Ba honnetement, ça me derangerait pas mais je suis sur que la princesse, et pas notre reine, abrutis, me couperait automatiquement l'électricté pour ma salle ... et sans mes jeux videos, je suis tout perdu T_T
P : erf ... bon ba on va devoir se battre alors Sad ... moi qui revait de tranquilité ...
B : ué ba c'est pas pour maintenant !

Planqué tira son épée des élements mais n'utilisa pas son sceptre ... Il n'y avais peut être pas besoin de se ridiculiser devant quelqu'un de deja tres ridicule ... autant garder l'avantage sur ce point là (on se rassure comme on peut, lol).
BhatZmiarou se mit en garde et tete baissée, fonça vers notre yack nationnal qui n'eut aucuns mal à esquiver puis riposter d'un coup d'épée de foudre qui ne fit absolument aucuns effet au chevalier et rebondis meme dans un bruit ressemblant a ce que ferait un morceau de plastique dur ...
Planqué se remit en garde et observa le chevalier. Il portait maintenant deux manettes de consoles une petite et mauve pour l'attaque et une grande noire et verte pour la defense) qu'il tenait par le cordon, se servant d'elles comme de fléaux ... sa defense avait l'air impénétrable au corps à corps, l'épée ne lui servait donc pas à grand chose et pouvait meme le gener plutot (nan je vous rassures, je la ferais pas a chaque fois Smile ) qu'autres choses !
Il banda son bras et envoyé un grand direct du droit qui envoya le jet de plasma habituel ... ainsi planqué pensait le surprendre et le laisser lacher une faille dans sa defense. Le plan eu l'air de marcher, il evita difficilement le coup et laissa une ouverture digne de l'arc de triomphe dans lequel le yack sauta tel homer simpson sur un donut. Le coup était simple mais efficace, un coup circulaire à deux mains chargé de feu.
Mais au moment ou l'épée allait toucher le chevalier à la hanche, garantissant un steack de pingouin pour le diner, Planqué vu un grand eclair mauve puis l'obscurité totale et enfin des etoiles, des milliers d'étoiles et il s'écroula à terre ...
Le coup n'avais pas été violent du tout, il se remit donc vite fait sur ses pitites patte de yack mais ne compris toujours pas ce qu'il s'etait passé ...

P : que m'as tu fait chevalier .. j'etait pourtant persuadé de t'avoir ruser ...
B : bof ... vous tentez toujours ce coup la, alors a force on s'habitue Smile
P : ...
B : par contre je suis surpris, tu t'es relevé, c'ets bien la premiere fois que je vois sa ! Tu n'es ptete pas un adversaire minable en fait ... par contre tes coups le sont, eux ... de minable Smile
P : ne te moque pas de moi lopette, tu risquerais de le regretter amerement une fois mon épée plantée dans ton bide !
B : j'attends de voir sa mon chou. Je peux t'appeler mon chou?
P : ..... GRAOU !!!!! tu l'auras voulu !!!!

zoulousdesbois mis la main dans sa poche et sortie le sceptre
P : désolé maman, ton fils va etre de nouveau ridicule Sad

il éxecuta la danse rituelle et se transforma, tutu rose et tout le tintsouin.
A cette vue le chevalier resta bouche bée pendant au moins 45 secondes ... comme ça ... sans bouger ... vous pourriez vous dire, et je vous comprends totalement, "mais pourquoi est ce que planqué n'en profite pas pour lui faire une injection par voie anale de plasma tout frais? Et bien tout simplement pasque le yack est rouge de honte et qu'il ose meme pas faire un pas ... et oui, il ne peut toujours pas s'y faire !
Au bout des 45 secondes, notre ennemi le pingouin fini quand meme par se ressaisir ... enfin pas tout à fait. Il se mit à faire de petit saut sur place en craitn des "kyaaaaaaah !!!, kyaaaaaaaaaah !!!!"

B : t'es trop kawaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii (mignon en japonnais) !!!
P : ....
B : dis dis dis dis dis dis .... je peux te serrer dans mes bras et te faire des calinou???
P : ESSAYE DE FAIRE SA ET JE TE RENDS IMPUISSANT !!!! (la ça y est, il vient de perdre sa timidité et en plus il ets franchement vénère Smile )
B : oho ... c'est qu'elle s'enerverait la guimauve ....

Un sourire carnacier apparu sur le visage du chevalier.

B : si tu perds choupinet, je te ferais pleins de papouilles avant de t'achever. Mouahahahahaha
P : tsssss. Le dernier qui me la sorti n'as plus jamais papouillé, dommage pour toi.
B : approche belle brune
P : je ne vous ferais pas attendre plus longtemps !

Planqué envoya une gerbe de plasma dans la direction du chevalier tout en s'elançant vers lui, l'épée prete à entailler la chair du pingouin.

B : tu me refais le meme coups a moi? Chevalier de Saori ... tu es inconscient et pour te le rpouver je ne prendrais meme pas la peine de l'esquiver, je vaisle parer et t'attaquer directement !!!

La grosse manette decrivit une trajectoire circulaire dans les air et percuta le jet de plasma d'un coups.

B : cette manette, du nom de IkksBosque, est faites de l'alliage le plus resistant de cette planete, ton jet de plasma ne peut l'entamer !!! mais treve de bavardage, je t'avais parlé d'une riposte? La voici !!! Ghost Joy Attack !!!! (ptain bogoss, il a le droit a des attaques en anglais lui !!! )

Planqué n'avais pas remarqué la disparition de la petite manette violette, trop occupé qu'il etait a fixer le chevalier ... Il scruta les environs mais ne vis que la manettes noir, lente et assez proche de lui ... et tout a coup il compris tout ! Mais c'etait trop tard, la manette violette surgit de derriere la grosse et noire et fonça droit sur notre yack, le percutant directement à l'estomac ...
Il vomit ...

P : pourriture ...
B : que pense tu de GaïmeQuioube, ma manette violette? N'est elle pas si delicate, si raffinée? Si meurtriere?

Les deux manettes tournoyaient autour du chevalier. Planqué avait pris ce combat trop a la legere, meme dans sa tenue secrete il devrais lutter de toutes ces forces contre le chevalier pour le vaincre ...
Mais notre héros ne baisse jamais les bras, il pris son courage a deux mains (plus petit qu'un courage a une main) et se releva, pret (enfin presque) à affronter BhatZmiarou. Il lui fallait reflechir a une tactique pour vaincre le félon ... mais oui!! c'était si simple, pourquoi n'y avais t il pas pensé plus tot?
Le sourire au coin de la levre, enfin du museau, il se mit en position de combat et concentra son energie dans son bras. Puis il lacha tout vers son ennemi qui evita difficilement vu la taille de la boule de plasma, bien entendu, profitant du moment de distraction du chevalier, planqué sauta dans l'angle mort et tenta un coup d'estoque sur le flanc du pingouin qui para facilement grace a IkksBosque. Aussitot BhatZmiarou se remit sur pied et lança une nouvelle fois son Ghost Joy Attack (tain elle pete quand meme comme nom d'attaque !) sur planqué qui le pris de plein fouet ...

B : tu vois sale yack, tu ne peux me battre ! Jamais !! je suis invincible !! GaïmeQuioube aura raison de toua !!!
P : pfuuuu
Planqué cracha une gerbe de sang et continua de sourire

P : ne sois pas si sur de toi ...

et la le chevalier compris la raison du sourire de planqué ... au moment de l'impact de la manette sur le crane de planqué, celui ci avait eu le temps de bloquer le projectile et donc l'empecha de revenir vers son maitre ...

P : tu es fait pingouin !!
B : tu ne m'as pas battu ! Et de toutes façons, tu ne pourras jamais me toucher grace mon protecteur !

Le yack resseras son etrainte sur GaïmeQuioube et charga l'épée en plasma mais il ne lança point l'attaque distance, il se rapprocha à toutes allures de son ennemi et tenta une vrille vers le coeur du chevalier qui evita une mort certaine grace a sa manette protectrice, il se crut tiré d'affaire, comme d'habitude, mais planqué ne cessa de sourire un instant ... d'un air sadique il decharga le plasma qui fut conduit par les fils jusqu'a BhatZmiarou qui se pris le choc d'un coup ...
Les yeux vide, il tomba à terre ...

Planqué ne put empecher de laisser sortir sa joie. Il dansa allegrement autour du cadavre du chevalier. Cette fois ci il avais eu peur, peur comme jamais, surement moins que contre Le Brouteur, mais il avais bien cru ne jamais pouvoir vaincre ...
Une fois remis de ces emotions, il se dirigea vers Mag'Huss qui était caché derriere une borne. Le pauvre était apeuré à l'idée de devoir affronter lui aussi un etre aussi fort et mechant que BhatZmiarou. Au moment ou il approcha de la boule, il entendit un bruit étrange ... comme un ricanement ...

P : non ... ce n'est pas possible ...
B : et si le yack ... ne crois pas qu'on puisse se debarrasser d'un chevalier de saori aussi facilement!
P : pourtant ceux que j'ai deja latté m'ont pas posé tant que sa de probleme !
B : TU MENS !!!! TU MENS DANS LE NOIR !!!!!!
P : .... c'ets debile ton truc !
B : ferme la chien ...
P : je suis un yack ...
B mais lol !!! ta gueule !!!!
P : ok ok ...
B : bon ... c'ets bon je peux parler la?
P : ouai ouai vas y ... --'
B merci! Bon, ou en etais je ... hum ah oui ! Je ne suis pas aussi faible que tu peux le penser et ne crie pas ta victoire trop vite, tu risquerais d'etre deçu !
P : que veux tu faire maintenant? J'ai percé à jour le secret de ta meilleure arme !
B qui t'as dit que c'etait ma meilleure arme ...

le chevalier souria et commença a incanter quelque chose par des signes de la main...

B : je me bat avec mes manettes car cela m'amuse ... mais sache qu'a la base je suis un eleve de la prestigieuse école de DayDayHaire !!!
P : j'connais pas ...
B : t'inquiète pas ... tu vas bientot connaitre

Il souriait de plus belle et planqué comprenait encore moins ce qu'il se passais quand soudain une aura enveloppa les pieds du chevalier et un objet de forme carrée apparu lentement sous ces pieds ...
L'objet était en fait une sorte de damier comportant des touches, 9 pour etre exact, dont certaines portait des inscriptions tel "show your moves" et indiquait une direction (on pouvait denombrer 4 touches ayant une direction : gauche, droite, haut et bas) ...
Notre héros le yack ne comprennait pas tres bien ce qu'il devait justement comprendre en voyant cet objet ...

B : intrigué? C'est normal Smile
P : mouai ... finissons en tu veux? Comme je te l'ai deja dit, je suis pressé.
B : c'est comme tu veux ! Mais tu permets? Pour une fois j'attaquerais en premier !

Il parti d'un rire gluttural et commença a bouger rapidemment des pieds, enchainant les touches directionnelles dans un rythme particulier qui semblait dependre d'une musique en arriere plan .. arrivé a la fin de l'enchainement, il sauta sur deux touches en meme temps comme pour valider ce qu'il venait de faire et un eclair rose sortit de la machine attaquant planqué de plein fouet ...
Le yack mis son épée en travers du chemin, invoqua l'antisort et attendit l'eclair qui ... passa au travers de l'épée comme si de rien n'etait et toucha de plein fouet un planqué completement surpris!

B : alors le yack, tu comptes faire comment pour me battre?

Il riait à gorge déployé maintenant, totalement sur de lui.

P : mais ... mais ... comment fais tu? Ce n'est pas possible, l'antisort ... il aurait du fonctionner ....
B : oui, il aurait du .... MOUAHAHAHAHAHAHA

BhatZmiarou avais recommencé un enchainement plus rapide cette fois, et de la sueur commençait a perler sur son front et sous ses aisselles où l'ont pouvait commencer à distinguer de belles aureoles d'otak ... il sauta une nouvelle fois pour valider son enchainement et un nouvel eclair bien plus rose se dirigea vers notre héros qui l'esquiva de justesse d'une roullade sur le coté. Il profita de cette esquive pour foncer vers le pingouin et l'attaquer de front, sans sa manette de jeu, il ne pouvait se defendre comme avant et serais donc bien plus facile à abattre !
Le yack attaqua donc mais le chevalier sauta sur place ... l'eclair qui sorti du tapis de danse (planqué avait eu l'idée de l'appeller comme ça pendant le combat) l'envoya valser au loin ... mais bizarrement sans douleur ... juste celle de la chute ...

B : ma defense est parfaite ... j'ai juste a sauter pour t'attaquer d'un coup tres faible mais qui repousse tres facilement ... ainsi tu ne peux m'approcher ... yé souis diaboulique !!! mouahahahahaha
P : ... si je ne peux t'approcher, alors la distance t'auras !

Planqué concentra l'énergie dans son bras droit, esquiva un des eclairs (il faut savoir que le chevalier enchaine les combo pour harceler le yack d'éclairs) et envoya de plein pot une boule de plasma à l'aide de son épée ...
Une nouvelle fois, bhatZmiarou sauta sur place et le plasma s'ecrasa contre l'éclair ...

B : tu n'as toujours pas compris? C'est vain ... quand j'utilise KaubalteFlouxe, mon fidele tapis, je suis invincible !

La suite du combat démontrais clairement que le chevalier dominait le yack de toute sa puissance mais aussi de son endurance ... BhatZmiarou avait beau ne pas avoir arreter de danser depuis des heures, hormis une severe suée il ne montrais aucuns signe de fatigue !
Dans un elan de désespoirs, planqué envoya une nuée de boule de plasma que le chevalier arreta toute et riposta immediatement avec un combo tout fait pour ce type de riposte ... le yack se le prit comme d'habitude et s'ecroula. Fatigué et extenué, zoulousdesbois ressentais trop les combat des jours précédents, mais une pensée bizarre lui titilla le bulbe gauche ... cette derniere attaque n'avait elle point été moins puissante que les autres? Il était maintenant familier de la douleur infligée et celle ci semblait clairement moins forte ... se pouvait il que le chevalier commençais à fatiguer? Non ... il lançais des éclairs avec toujours autant d'aisance et d'acharnement ... mais oui !!! c'etait surement à cause de la nuée de boules ! Planqué avait cru remarquer que BhatZmiarou avait legerement paniqué et acceleré certains des pas sur le tapis ... cela aurait il altéré le combo? Le rythme était il si important ... il fallait tester !

Le yack se remit sur ses pattes et commença à concentrer son énergie, evitant toujours les éclairs dont la force ne residait pas dans la puissance mais dans la quantité. Une fois la puissance voulu accumulée, il envoya une serie de jabbs tres rapide et une nouvelle fois, la nuée de plasma pris la direction du pingouin. Celui ci recommença sa serie de saut sur place pour tous les parer mais il ne remarqua pas que planqué avait suivi le nuage, épée à la main, pour prendre de revers le chevalier qui devras faire un saut dans une autre direction pour contrer son attaque.
Arrivé a quelques metres de son objectifs, planqué surpris totalement BhatZmiarou qui ne savais plus ou donner de la tete ... il s'emmela les pinceaux, fit plein de saut de coté et repoussa le yack tres difficilement tout en repoussant les boules de plasma ... il commença sa riposte mais se trompa de rythme et .... rien ne sorti ...

P : ahaha !!! la voila la faille !!! tu perds tes moyens des que tu perds le rythme !
B ... bien joué ... peu de gens ont deja reussi à survivre a ce stade ... mais ne crie pas victoire trop vite !
P : arretes ! Tu es fait tel le fromage dans la gueule de wallace (j'ai vu le film hier Razz) !
B : pfuuuu ... encaissez un coup et voyez comme la tête enfle ...

BhatZmiarou fit une manipulation sur le tapis, il enchaina tres rapidement des pas sur les fleches haut et bas et ce a plusieurs reprises ...

B : HIDDEN MODE !!! (puyu puyu ! Encore un nom en anglais !)
Il souria au yack et commença un combo dont lui seul à le secret. Voice ce chevalier tout de rose vetu, dandinant des fesses pour avoir un mouvement fluide et sensouelle donnait une drole d'impression sachant que cette danse avait pour but de tuer ... et non de ravir les sens!

B : tu reussissais a eviter mes coups, voyons comment tu te debrouilles maintenant !

Il sauta les deux pieds en meme temps, validant ainsi sa manipulation et l'eclair parti. Planqué le connaissait cet eclair, lent et facile a eviter, il pouvait néanmoins changer de direction quelques fois, mais sa lenteur n'en faisais pas un danger. Le yack était pres à l'esquiver quand soudain il disparut d'un coup ... c'etait donc sa le hidden mode ! Le chevalier ne manquait pas de surprendre et il etait clairement un rang au dessus de ces autres camarades ... etait ce donc pour sa qu'il avais un nom plus evolué?
Naturellement le yack le reçu en pleine face ... et ce sans qu'il ne puisse rien y faire ... les eclairs étant tout bonnement invisible aussi bien au niveau des yeux qu'au niveau du 4324544e sens des yack, sensé voir tout (spour sa que les yacks sont des pervers) ...
La suite du combat vi l'avantage etre totalement du coté des mechants, planqué prenait cher, tres cher ... il etait deja en train de rediger son testament (oui oui, il ecrit pendant qu'il se prends des eclairs) quand une parole lui revint à l'esprit ... "hakuna matata" .... erf, nan sa doit pas être sa ... *l'auteur ouvre son livre : "les citations qui font classes dans un combat bidon" et fouille un peu*
yeah !! trouvé ! ... hum, reprenons ... quand une parole lui revint à l'esprit .... "rappel toua fils, la puissance des yacks est en tua ... ne ternis pas leur mémoire!" ...
a ces mots, planqué se releva, BhatZmiarou envoya une rafale d'éclair et notre heros en envoya une valdingué dans le décors ... un coup d'épée plasmique ferait l'affaire pour les deviers ... restait a voir comment percer sa defense et lui faire avaler ses fringues roses et hideuses (a rappeler que lui meme porte des fringues rose pastel) ...
Il allait attaquer quand un grand boum eclata ... les deux ennemis se regarderent abasourdis par le bruit et l'etonnement ... ils regarderent tout deux vers la direction du bruit et ils virent Mag'Huss ... le regard mauvais et les yeux rouge injectés de sang ...

P : Mag'Huss? Que t'arrive t il?
B : euh ... tu le connais? Nan pasque la il vient de me detruire une edition de 1939 de pacman ... spa que j'aime ce jeu mais quand meme koua ... dedicacé par robert hue (robert hue etait champion du monde de pacman en 1939) en plus ...
M : merci a tous ! Je suis enfin libre !
P et B : ....
M : oh !je me suis pas presenté peut etre? Je suis Ssuh'Gam, double malefique de mon metier Smile
P : ... double maléfique O_O
B : Ssuh'Gam O_O
M : toi la tarlouze en rose, on a un compte a regler ! Bien que ton eclair miteux que l'autre touffe de poil à devié m'ai permit de sortir de mon etat léthargique, il n'empeche qu'il ai abimé mon petit corps gracieux ... pour ça tu va payer !
B : je t'attends le gnome !
M : lol ... bouge pas j'arrive !

La boule rose disparut d'un coup et réapparu directement derriere le chevalier ...

B : pas de chances, je t'avais anticipé!!
Il sautilla sur place et il tenta ainsi de repousser l'attaque du double ...

M : Technique CoeurBi cachée : Furtivité !!!! mouarf, derriere toi le chevalier !
BhatZmiarou se retourna d'un coup, mais c'etait trop tard ...
M : Technique CoeurBi cachée : Bubble Hammer !!!

Un marteau d'une taille de 2 Néric sortie directement du bras du petit bonhomme ... Il l'empoigna à deux mains et l'abatis d'une facilité deconcertante sur le pingouin qui ainsi ne se releveras plus jamais ...
Planqué ne pouvait en revenir de l'action auquel il venait d'assister ... etait ce ça la puissance légendaire des coeurBi? Lui qui luttait contre BhatZmiarou ... Ssuh'Gam venait de le battre d'un coup !
Le yack arreta toutes reflexion personnelle quand la boule de chewing gum se retourna vers lui, le sourire carnassier fleurrissant tranquillement sur le visage de ce qui fut un allier il y a si peu de temps ...

P : mais ... nous sommes compagnons !
M : que faire d'un poids comme toi ... hum ... je sais !

Et le double s'approcha de planqué, souriant toujours ... il s'arreta et cria ...

M : Technique CoeurBi cachée ....................
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
jecht
gardien des vauriens


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 2496
Localisation: a la droite de gouniaf, mais pas sur le pressoir a nain :P
kinderland.gif

MessagePosté le: Mer Jan 04, 2006 8:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

- technique secrète Coeurbi : eating

Ssu Gam ouvrit alors grand la bouche (mais alors très grand, environ 1,5 m de diamètre la bouche ; très fort pour une bestiole de 1,2 m de haut).

Et le vent se leva. Mais pas un vent ordinaire comme celui qui vient de Sibérie et qui permet d’avoir de la neige au nord de la Chine dés début novembre, ni un vent chaud comme celui qui souffle sur le Sahara montant à des températures de 40°C (quoi y a même pas de moins devant le 40°C, c’est que des tarlouzes dans le Sahara, c’est pas des warriors). Non, là, le vent est plutôt du genre ouragan force 5. Planqué fut incapable de définir l’origine, par contre il n’eut aucun mal à définir la destination : une zone située au centre d’un grand disque noir d’environ 1 mètre 50 de diamètre.
Déjà éreinté par les combats précédents, le yack fut incapable de résister. Il planta violemment son épée dans le sol, s’accrocha à la garde de toutes ses forces mais les séries d’éclairs de Bhatzmiarou avaient fait leur effet et le Coeurbi finit par aspirer notre héros.
Ssu Gam mastiqua le mastiqua pendant trente secondes environ avant de recracher une étoile. De cette dernière sortit un yack en tutu rose et uni turquoise qui s’écroula comme une merde flashy sur le sol.
Planqué mis quelques secondes à reprendre ses esprits et à se relever.

- Ha ha. Je possède tes pouvoirs maintenant, cria Ssu Gam. Mouarf, mouarf, mouarf. Je possède moi aussi le pouvoir de Migy. Déjà que tu avais aucune chance face à moi, mais là c’est fini.
- Mais de quoi tu parles, tu portes juste un tu…

Et une boule de plasma jaillit de la main droite de … Ssu Gam (bah oui, il fallait bien qu’il teste le truc). Le yack n’eut que le temps de lever les bras pour se protéger que la boule de plasma le percuta et l’envoya percuter le mur 15 m plus loin.

- Pas mal du tout ce petit gant. Je regrette seulement de ne pas avoir aussi pu copier l’épée, mais je n’arrive pas encore à faire les accessoires.
- Teuf teuf, répondit Planqué, émergeant de sous un tas de débris. Mais comment peux-tu faire ça ?
- Bah j’ai simplement utilisé une des techniques les plus simples du peuple Coeurbi : nous apprenons tous cette technique à l’âge de 4 ans. Comme ça si nous tombons sur un adversaire plus fort que nous, nous pouvons au moins copier sa technique et la réutiliser contre lui. Ça a sauvé la vie à des milliers de Coeurbi dans le temps.
- Mais moi il m’a fallu du temps pour perfectionner cette technique et envoyer du plasma de cette puissance.
- Je t’ai dit que cette technique était souvent utilisée contre un adversaire plus fort. Comme on imite la technique ainsi que sa puissance, on peut ainsi égaler le niveau de l’ennemi et avoir une chance de gagner. Sauf que comme je suis bien plus fort que toi la technique copiée l’est aussi, normal non ?
- Mouais, mais je suis pas d’accord. C’est du plagiat ça. Déjà que dans ce bouquin y a des références de partout à cause du manque d’imagination des auteurs alors si en plus ils se mettent à faire des copies de trucs copiés, on va jamais s’en sortir…
- Tu marques un point là… Mais en fait j’en ai fichtrement rien à foutre. Je vais te mettre minable avec ta propre technique comme ça t’auras plus qu’à rentrer voir ta mère et chialer dans ses jupes. Sauf que sans jambes ni bras, tu auras peut être du mal à rentrer. Mais comme on dit, un yack c’est super fort non ? Tu trouveras bien un moyen.
Un sourire sadique apparut sur le visage de Ssu Gam. Un sourire tel un David, machette en main, face à un mouton.

Et Planqué commença à reculer.
Et Ssu Gam continuait d’avancer.

Mais arrivé à une dizaine de mètres de Planqué, il s’arrêta et se mit à crier tout seul.

- Non mais c’est pas bientôt fini, tu vas arrêter de me supplier ? mais non c’est pas ton ami. Et pis en plus regarde comme il est faible, comment veux-tu qu’il te soit d’une quelconque utilité. Mais ça sert à rien du tout ça. Et pis d’abord je m’en fiche de ce que tu penses en fait. Comme tu l’as dit, c’est moi qui ait le contrôle maintenant alors je fais ce que je veux.

(pour ceux qui n’auraient pas tout suivi, ni deviné, le Ssu Gam est en pleine discussion intérieure avec le Mag Uss qui a enfin trouvé le courage de lui répondre. Donc pour faciliter la compréhension, les auteurs vous proposent une vision de l’action en deux plans : un montrant la réalité et l’autre la conversation intérieure. De plus, pour les parents -et je sais qu’ils sont (peu ?) nombreux- qui lisent cette histoire à leur enfant avant de dormir, n’hésitez pas à faire les deux voix bien distinctes, car ce sera plus facile pour vos gamins quand même. Et sinon, cette vision sur deux plans se finira bientôt, mais ça je pense que vous le verrez par vous mêmes).

Résumé du paragraphe précédent en vision deux (bon vous êtes pas obligé de le lire si vous avez déjà tout compris, mais comme c’est un bouquin tout public c’est mieux si tout le monde comprend l’histoire).

- Arrête s’il te plaît, dit Mag Uss. Il n’a rien fait, pourquoi le tuer, ça t’apporterait quoi ? Tu as déjà le contrôle de mon corps, cela ne te suffit pas ? Laisse lui la vie je t’en prie.
- Non mais c’est pas bientôt fini, dit Ssu Gam.
- S’te plaît, s’te plaît, s’te plaît, s’te plaît…
- Tu vas arrêter de me supplier ?
- Mais c’est mon ami.
- Mais non c’est pas ton ami.
- Mais si.
- Et pis en plus regarde comme il est faible, comment veux-tu qu’il te soit d’une quelconque utilité.
- Mais on s’en fiche qu’un ami nous soit utile. Le but d’un ami c’est d’être avec nous dans les moments difficiles, de partager nos peines, nos souffrances, nos moments de joie, tout quoi.
- Mais ça sert à rien du tout ça. Et pis d’abord je m’en fiche de ce que tu penses en fait. Comme tu l’as dit, c’est moi qui ait le contrôle maintenant alors je fais ce que je veux.
- Je ne te laisserai pas faire.
- Ah oui, et comment tu compte m’en empêcher ?

Petite pause en vision un pour montrer Planqué, la bouche grande ouverte qui se demande ce qui se passe (bah oui Planqué est pas un VIP comme vous, il a pas la vision deux). En fait il est pas trop vexé parce que ça lui donne un peu de temps pour se reposer et en même temps il se dit que ça serait le bon moment pour exploser sa gueule à l’autre Ssu Gam, mais il a des remords à démolir le corps de Mag Uss. C’est ce qu’on arrive à s’y attacher à ces machins ronds.

Mais revenons en vision deux.

- Eh bien je continuerai de parler et à t’énerver pendant tout le reste de ta vie si tu lui fait le moindre mal.
- Tu n’oserais pas. Tu sais très bien que je me débrouillerai pour te rendre la souffrance au centuple. J’égorgerai des agneaux à la petite cuillère même si c’était nécessaire.
- Je m’en fiche. Et d’abord tu n’es qu’un méchant.
- Mais tu vas la fermer.
- Un vilain.
- Mais boucle là un peu.

Ssu Gam commençait à perdre patience et à crier de plus en plus fort.

- Pas beau, continuait Mag Uss
- Rah, ta gueule !
- Mécréant
- Stfu
- Rascal, charogne
- Mais ferme là
- Jamais. Spèce de lavette.
- trop c’est trop, j’en ai marre. Tu me les brises, je craque, l’un de nous deux est de trop. GNAFROOOOONNN…

Et une intense lumière blanche submergea la caverne (déjà pas mal illuminée par toutes les bornes), aveuglant tout ceux qui se trouvaient dedans soit 37 259 individus (dont 37 250 lombrics, une taupe, quatre cafards et deux crabes).
Lorsque Planqué eut enfin récupéré ses yeux, il pu observer le centre de l’explosion où un curieux spectacle s’offrit à lui.

Deux Coeurbis se tenaient face à face, à 5 m l’un de l’autre ; mais un détail clochait quand même.

- Et voilà, tout est réglé, maintenant je vais pouvoir te foutre sur la gueule autant que je le veux Mag Uss, se réjouit Ssu Gam.
- …, ne répondit pas le gentil coeurbi pacifique.
- Mais il s’est passé quoi, demande Planqué.
- Toi le yack on t’a pas parlé, reste en dehors de tout ça, répondit sèchement Ssu Gam.
- Je ne sais pas Planqué. Nous avions une discussion calme, mais tout à coup l’autre s’est énervé, y a eu un flash lumineux, j’ai senti que j’étais projeté en arrière et quand j’ai pu ouvrir les yeux et voir à nouveau il était là face à moi, répondit Mag Uss.
- Et comme je te l’ai dit le yack, tout cela ne te concerne pas. Laisse nous régler les dizaines d’années de tension dans un bain de sang. Allez, en garde Mag Uss.
- Mais ce n’est pas loyal. Tu as gardé le pouvoir de Migy et moi je n’ai rien.
- Et oui mon pauvre, la vie est injuste, mais ça tu le savais déjà non ?

Et il bondit sur Mag Uss, la main droite bien en avant.
Mais au moment où il allait atteindre le Coeurbi en plein….(attendez, c’est un boule le Coeurbi, comment vous voulez viser un organe précis sur un truc comme ça…)…. corps tout rond et tout rose (ah bah voilà, c’est plus simple), il fut stoppé net.

En effet, Planqué, dans un dernier sursaut d’énergie s’était jeté devant Mag Uss afin de lui offrir un bouclier.

-mais pourquoi tu as fait ça ? demanda Ssu Gam.
-je sais pas, mon corps a réagit tout seul et pis là, Mag Uss est presque un ami. C’est normal de faire ça je pense pour un ami.
-Ouinnnnn, j’ai un ami ! et il me protège en plus. Il est en train de donné sa vie pour moi. Je suis si ému, dit un Mag Uss complètement en larme.
-mais sinon, s’interrogea Ssu Gam. Tu aurais pas un peu grandit toi, la vache ?
-je dirai plutôt que c’est vous qui avez rétrécis.

Ssu Gam fit quelques pas en arrière et analysa la situation. Le yack paraissait en effet beaucoup plus grand. Mais à bien y réfléchir, pas seulement le yack, mais toute la caverne aussi.

-mais il s’est passé quoi là ? cria Ssu Gam.
-c’est très simple, répondit Mag Uss. En nous divisant nous avons tout divisé par deux. Nos pouvoir et même notre volume.
-peuh. De tout manière, ça ne change rien. Je vais quand même vous foutre une volée à la vache et après je le torturerai devant toi, juste pour te voir souffrir, impuissant. Super technique Coeurbi : Coeurbi Slash.

Ssu Gam effectua un quintuple saut périlleux avant et tout en tournant, concentra son énergie en une lame qu’il fit frapper violemment le sol. La violence du coup projeta une puissante onde de choc qui fonça vers Planqué à une vitesse supersonique.
Voyant que Mag Uss resterait cloué au sol, notre Héros fit front. Il déploya toute son énergie pour se protéger. Mais affaiblit par le premier coup de Ssu Gam, il ne put résister au choc et se fit expulser quelques 20 Nérics plus loin après une série de loopings et de tonneaux à même le sol.
Mag Uss, interpellé par la traîné de sang présente sur le sol, courut au secours de son « presque » nouvel ami. Réunissant toutes ses forces, il réussit à mettre Planqué sur le dos, faisant apparaître une profonde entaille sur tout le torse.

-Et merde. j’espère que je ne l’ai pas tuer. Comment je fait pour le torturer sinon ? ironisa Ssu
Gam.
-Tu es un monstre. Et je t’empêcherai de le toucher à nouveau.
-Bon, tu me saoule là. Ça fait combien de fois que tu me dit que m’empêchera de faire ci ou m’interdit de faire ça. Regarde dans quel état est ton copain. Et, là, tu pense que tu peux encore faire quelque chose ?
-Oui, car j’ai trouver la solution. Je ne peux, peut être, pas te détruire, mais je peux au moins te faire fuir.
-Et comment tu compte accomplir ce miracle ? Copperfield.
-Et bien, tu sais que des millions de lecteurs nous observent.
-Bah oui. Normal. C’est Planqué’s tales. D’ailleurs à ce rythme là, ça va devenir Ssu Gam’s tale. Ça serait plus juste.
-Je ne pense pas. Parce que vu comment tu es vêtu.
-KYAAAAA, cria le méchant dans un cri d’effroi et fuyant très loin. Je reviendrai.

Soulagé de la disparition de son autre moi maléfique, le Coeurbi se pencha (enfin a-t-on réellement besoin de se pencher quand on fait 60 cm de haut.
-Mon pauvre ami. Je suis désolé , mais je suis nul en premier soin. Je ne peux rien faire pour toi. Je suis trop inutile. Avoua Mag Uss en pleur.
-Laisse moi m’occuper e lui, dit une voix au plafond.

Mag Uss leva les yeux en direction de la voix et distingua une imposante silhouette dans le noir des hauteurs de la caverne. L’individu se jeta alors dans le vide, tête la première. Mais arrivé à 2 Nérics du sol, il se retourna, dégaina ses armes et ouvrit le feu. A une cadence de 3 coups par seconde et vu le recul des flingues, l’inconnu réussit à ralentir sa chute et à atterrir en douceur sur le sol (à ne pas essayer chez soi. Ce genre de truc, même si ça impressionne les filles, ça demande des années d’entraînement.)

-Alors, c’est ça l’élu, dit l’étranger. Lamentable. Mais à quoi ils pensent les deux autres. Nan mais enfin. Se retrouver dans cet état après avoir affronté un Coeurbi. Lamentable. Bon, on lui donnera comme excuse qu’il enchaîne les fights depuis un moment. Mais bon, je me souviens du temps où on les avait torché en douze heures ces cavernes. Bon, on était trois aussi.
-Vite monsieur, je vous en pris, sauver mon ami.
-Mais oui, mais oui, on a tout le temps. J’ai un truc plus important à faire d’abord.
-Si si. Mais avant je veux connaître la réponse à la question que tout le monde se pose. L’énigme universelle.
-Vous voulez parler de la question sur l’univers, l’existence, la vie, tout ça quoi ?
-Mais non, on s’en fout de ça, et pis tout le monde sais que la réponse c’est 42. non ce que je veux savoir c’est comment tu as fait fuir ton double.
-Bah, je le connais depuis longtemps maintenant et il est plutôt du genre métal, hardcore, gothique. Et quand il a vu qu’en copiant la technique de Migy de Planqué il avait aussi piqué son costume en tutu rose, il n’a pas supporter le fait que des gens le voient de cette tenue.
-O_o. et c'est tout ?
-Euh, oui.
-Pas de combat mental que tu aurais gagné ? Pas de chantage ? Rien ?
-Non pourquoi.
-Rien, avoua l’inconnu visiblement très déçu. Bon bah sur cette déception, occupons nous du mourrant.

Sur ce, il se pencha sur le corps inanimé de notre héros et examina la blessure.

-Bon, ben c'est pas joli joli tout ça. Il va lui falloir un moment pour se réveiller. Bon, c'est pas plus mal, comme ça je n’ai pas besoin d’avoir recours à l’anesthésie.

Il sortie alors le complet de la parfaite petite infirmière et en tira la plus grosse aiguille et commença la couture.

-Bon, ça, c'est fait. Plus qu’un bon cicatrisant et il n’y paraîtra plus.

Il sortit alors une petite poudre blanche d’un sac et la répandit sur la blessure recousue.

-OUAILLLLLLLE, hurla Planqué en se redressant d’un bon juste avant de retombé dans les pommes à nouveau.
-Euh, c'est normal ça ? demanda Mag Uss inquiet.
-Oui oui. C'est bon. C'est le genre de réaction typique à l’application de gros sel.
-Mais il va s’en sortir là ?
-Bien sûr. Sauf qu’il va pas se réveiller avant une demi douzaine d’heure au moins. Bon je doit filer. J’ai des trucs à faire. Je te laisse ces bandages. Change les lui dans douze et vingt-quatre heure. Et quand il se réveillera donne lui cette lettre.

Sur ce, il s’éloigna, s’arrêta face à un mur creusa une porte à coup de flingue, donna un coup de pied pour faire s’écrouler le mur et sortit de la caverne dans un nuage de poussière, le bras levé en signe de salut.

Une demi douzaine d’heure plus tard, Planqué émergea comme prévu.
-Beuh…..aïe. j’ai mal partout. C'est horrible.
-Doucement, l’autre yack à dit que tu devait te reposer au moins vingt-quatre heures, sinon tu risquerai d’y passer.
-Un autre yack ? Quel autre yack ?
-Celui qui est venu y’a six heures à peu près. Il a soigné tes blessures.
-je ne me rappelle de rien. Je me souviens d’avoir essayé de bloquer l’attaque de Ssu Gam et d’une douleur terrible. Mais après plus rien.
-A un moment, quand il a versé le gros sel sur ta blessure et que tu t’es mis à hurler, j’ai pensé que tu allais te réveiller, mais non en fait. Tu t’es évanouis aussitôt.
-Du gros sel ? Je connaît une personne qui cicatrise au gros sel. Il ne portait pas une chemise à fleurs ou un short hawaïen par hasard ?
-Euh, non. Il était plutôt habillé en jean et cuir.
-Bon. Ça n’était pas Jaitch alors.
-Il m’a dit aussi de te donner cette lettre.

« mon cher Planqué


Tu ne me connais pas mais pourtant tu as déjà entendu parler de moi (enfin je l’espère sinon y’a des coups de pieds aux culs qui vont fuser). Je suis Caillebas, l’un des trois sabots du ciel. Tu vas te demander pourquoi je me présente si tard et surtout pourquoi je n’ai pas attendu ton réveil. En fait, j’ai un léger problème avec une tribu d’araignées et ça me demande un peu de temps. Mais bon tout ça ne te concerne pas (en tout cas pas si j’arrive à les empêcher de conquérir le monde). Si je suis venu te voir c'est pour plusieurs chose. Tout d’abord j’ai reçu il y peu la visite de mes deux collègues et au vues de leur discours, j’ai tenu à me faire ma propre opinion sur celui qu’on appelle l’élu (bon comme tu étais dans le coma quand je suis arrivé, ma première impression n’est pas terrible). Et ensuite Gougoustar m’a raconté pourquoi il t’avait envoyé ici. Et d’après ce que j’ai vu tu as su tirer certaines leçons de ses parole en cherchant de nouvelles manière de te battre (sauf qu’il va falloir me trouver une alternative à ce costume, parce que franchement, le tutu rose, ça fait pas très héroïque. A moins que tu ne veuille que tes ennemis meurent de rire en te voyant). Mais comme j’ai pu m’en rendre compte, ça n’a pas l’air d’être encore tout à fait ça. Je vas donc te donner un coup de pouce. Je suis le plus instruit et le plus cultivé de la bande et ce que je vais te dire est une info que les deux autres ne connaissent pas (de toute façon Jaitch ne pense qu’a faire la fête et Gougoustar, même s’il se donne un air mystique, genre je suis un putain de mago de la mort qui tue, en fait ne connaît rien. d’autre que la magie. Et comme c'est deux grosses feignasse, y’a peu de chance de les voir plonger la tête dans un bouquin). Enfin bon, revenons à ce qui nous intéresse : un moyen de te rendre plus fort. La régions ou tu trouve est très réputé pour ses légendes et mythes sur d’anciens guerriers. Mais pour que ces hommes et femmes deviennent des héros, il a bien fallut les former. J’ai appris un jour en feuilletant un vieux bouquin appeler « Lathassa » qu’une grotte secrete était enfouie non loin du lieu où tu te trouve. Je pensait cette grotte perdue et oublié à jamais, mais surtout, je pense que peu de gens connaissent la vérité sur ce qu’elle contient. Cette grotte est en effet un ancien sanctuaire dédié au créateur de Migy. Je sais que Gougoustar t’a dit qu’il valait mieux te débrouiller autrement, mais s’il avait connu cette grotte, il t’aurait dit de t’y rendre ( ou alors ça aurait été un abruti, ce qui ne me surprendrai que guère vu qu’on parle pas de magie là). Bon, en tous cas, tu doit te rendre dans cette grotte. Je t’ai ouvert et fléché le chemin. Par contre je te demande d’attendre vingt-quatre heures avant de te mettre en route, histoire que tu soit bien reposé pour affronter l’épreuve du sanctuaire. Je t’ai laisser quelque jambons-beurre, de la bière et des bandages.

A bientôt
Caillebas »


(ne vous demander pas quand est ce qu’il a le temps d’écrire tout ça. C'est un des trois sabot du ciel, c'est le minimum syndical là.)

-Et tu pense quoi de tout ça toi Mag Uss ?
-Bah autant faire ce qu’il nous a dit non ?
-Tu obéis aveuglement à un étranger toi ? on est même pas sûr qu’il s’agisse du vrai Caillebas.
-Oui mais c'était bien un yack, ça compte quand même ça non ?
-Mouais, pas faux. Et pis qui ne tente rien n’a rien. Ça me changera de ces chevaliers en plus.

Et ainsi fut décidé, Planqué et Mag Uss se mirent à attendre. Vingt-quatre heures plus tard, après avoir rangé leur packtage, les deux compagnons se dirigèrent vers la sortie aménagé par Caillebas. Arrivé devant la porte, Planqué s’interrogea sur le technique de sculpture du sabot du ciel. D’après le dires de Mag Uss, il avait taille cette porte en trentes seconde à peine et Planqué n’imaginait pas qu’on puisse faire une découpe aussi précise et régulière en aussi peu de temps. On pouvait même apercevoir les nervure sur les cornes de yack et les boucles au oreilles.

-Il utilisait des pistolets tu dis ? C’est marrant, je ne vois pas de trace de balle, juste de la pierre fondue.
-Si je te jure. En tout cas c’est une très belle porte en tête de yack.
-De yackette plutôt. On distingue un nœud sur la tête.
-Ah oui. Un vrai artiste ce Caillebas alors.
-Mouais, si on veux. Bon aller en avant.

Et il marchèrent longtemps, très longtemps (mais pas très très longtemps non plus, car Planqué marche vite. Il est pressé de savoir où ça va le mener. Sauf que Mag Uss, lui, arrive pas à suivre. Déjà qu’il avait pas de grande jambe, mais comme il a encore rétréci.) quand tout à coup Planqué s’arrêta net.

-Eh, mais au fait ! j’y pense. Comment ça se fait que ton double maléfique ne nous ait pas achevé ? C’est Caillebas qui l’a tué ?
-Non non. Il s’est juste enfuit.
-Hein ? mais pourquoi il aurait fait ça ? il avait largement le dessus.
-Je lui ai fait remarquer sa tenue. Tu sais, la même que toi quand tu utilise ton sceptre. Et il n’a pas pu supporter qu’on le voit en tutu rose. Alors il est parti se changer.
-Quoi ? C’est tout ?
-Bah oui ! mais tu sais, quand on est un méchant, on se doit de préserver son image de méchant sinon ça fait pas crédible. Et y’a rien de pire que le tutu rose pour que tous les agents du monde entier vous blackilistent immédiatement.
-Ça se tient. Donc j’imagine qu’il risque de revenir et que cette fois ça sera pour de bon. Nous devons être prêt pour la prochaine rencontre. J’espère que cette grotte contient vraiment un moyen de me rendre plus fort.
-Tu ne le saura qu’une fois rendu là bas.
-Tu as raison, et le plus tôt sera le mieux.

Sur ce, il empoigna le Coeurbi par les jambes et se mit à courir, traînant la boule derrière lui.

-Mais, aïe, euh, pourqu-aïe-oi tu me, aïe, tire, ouille ?
-Parce que tu marche pas assez vite et que j’en ai marre d’attendre.

Et deux heures plus tard, Planqué déboula dans un cul de sac. Un très grand sac certes, mais un cul de sac quand même. La caverne où il venait de débarquer était d’une taille conséquente, environ cinquante Nérics de diamètre. Mais ce qui fit le plus plaisir à notre héros fut la lumière du jour. On pouvait en effet apercevoir le ciel à travers une ouverture dans le plafond à environ deux cent Nérics de haut.

-On doit être dans un ancien volcan je pense, conclu Planqué.
-Peut être, mais même si on vois le jour, il fait pas super lumineux dans cette caverne.

Et une voix profonde et masculine monta du fond de la caverne.

-Bienvenue Planqué je t’attendais.

A ces mots, un grondement se fit entendre de tous les murs et les deux compagnons observèrent un nombre impressionnant de cristaux qui commencèrent à réfléchir la lumière du soleil dans toute la caverne, la baignant d’une lumière bleuté. Notre héros se mit alors à observer avec plus d’attention les alentours ainsi que son interlocuteur.
La caverne en elle même n’avait rien d’exceptionnel, si ce n’est l’abondance de … rien. Elle contenait simplement un autel au centre. La voix provenait d’un yack situé juste derrière cet autel. Planqué aperçu aussi un peu plus loin une majestueuse statue de quinze Nérics de haut qu’il fini par identifié comme était un gant de toilette géant.
L’interlocuteur quand à lui était un yack tout ce qu’il y a de plus normal, avec tous les accessoires, cornes anneau, poils etc. Sa tenue sortait un peu de l’ordinaire, on a en effet pas tous les jour l’occasion de voir quelqu’un porter un tablier, à carreau style Vichy, par dessus une robe de bure. Mais après le tutu rose, Planqué n’estima pas pouvoir faire de remarque à ce niveau.

-Qui es tu ? Comment tu me connais et surtout comment pouvais tu savoir que j’allai venir ? Ah oui et aussi, on est où ici ?
-Du calme. Tout d’abord, sache que mon nom n’a pas d’importance. Tu as juste besoin de savoir que je suis l’actuel grand gourou du culte de Migy. Comment je te connais ? Très simple, un autre yack est passé hier et il m’a dit que l’élu passerait par ici et que son nom serait Planqué. Et ensuite, je ne savais pas si tu viendrais réellement. J’ai juste dis que je t’attendais. Mais je suis heureux de ne pas avoir attendu trop longtemps. Alors élu. Pourquoi es tu ici ?
-Caillebas m’a dit de venir ici, mais en y réfléchissant bien, il ne m’a pas vraiment dit pourquoi. Mais je suppose que tout ça doit avoir un rapport avec Migy ?
-Je suppose puisque c’est le temple qui lui est dédié.
-Il y a donc un culte avec des gens qui vénèrent ce gant de toilette ?
-Pas vraiment un culte. En fait, je suis le seul ici et mon but est plus un rôle de gardien. Je suis ici pour empêcher que des intrus ne pénètre ce sanctuaire et aussi pour guider l’élu quand il se présentera. Je fait même un peu de ménage quand j’ai du temps libre. Ce poste de gourou se transmet de génération en génération depuis des millénaires. Je ne pensait pas être celui qui aurait le privilège de voir l’élu. Mais en fait. Qui me prouve que tu es bien l’élu ?

Planqué leva sa main droite.

-J’imagine que c’est une preuve suffisante non ?
-Pas tellement. Tu es l’actuel porteur de Migy et cela fait de toi le meilleur candidat au poste d’élu. Mais en es tu digne. Peux tu maîtriser les pouvoirs de Migy. Dans tous les cas, je me doit de te remercier et te congratuler. Migy avait été égaré voilà des siècles. Mes prédécesseurs n’ont jamais pu remettre la main dessus. Nous désespérions de jamais remettre la main dessus. Comment est t’elle entrée en ta possession ?
-Un gnou la tenait enfermé dans un coffret. Le jour où je l’ai affronter je suis tombé dessus par hasard. Je l’ai alors ouvert. J’ai trouver Migy dedans. Je l’ai enfermé et depuis je n’ai jamais pu la retirer.
-Rah, ces gnous. Maudits soit-ils. On devrait tous les exterminer.
-Mais je m’y emploi. Les gnous sont une étape avant que je ne m’attaque au zébus. Enfin la je fait un détour par le sanctuaire de Saori. Le seul problème est que je ne me rappelle plus exactement pourquoi. Je sais juste que je doit lui foutre une rouste.
-Soit. En tout cas, puisque tu es en possession de Migy, nous allons pouvoir passer au test immédiatement.
-Quel test ?
-Un test pour savoir si tu es digne de Migy et du présent que je doit faire à l’élu.
-C’est quoi ce présent ?
-Je t’en dirai plus si tu passe l’épreuve. Tout ce que tu doit savoir pour le moment, c’est que su sera certainement ravi de le posséder et que ta force en sera décuplée. Mais il faut d’abord que tu le mérite. En garde élu.

Le gardien sauta et se mit debout sur l’autel, les jambes légèrement fléchies, le buste un peu courbé en avant et les mains cachés dans la poche de son tablier.

-Eloigne toi, chuchota Planqué à Mag Uss. Ça risque de chauffé je pense.
-D’accord, mais soit prudent, dit le Coeurbi trop ravi d’obéir.

Planqué dégaina son épée (aller on va lui donner un nom : Elements. C’est un nom classe et en plus ça sera plus simple que de marquer à chaque fois l’épée des éléments). Donc Planqué dégaina Elements ainsi que le sceptre et entama la chorégraphie. Une fois la transformation effectué, il se mit en garde, prêt à recevoir l’assaut du gardien. Mais celui-ci se redressa alors et dit d’une voix pleine de reproches.

-Retire moi ça immédiatement.
-Mais de quoi vous parlez ?
-De cet immonde tutu rose.
-Mais ce costume est ma forme maximale de combat.
-Peut être, mais moi je ne veux savoir si tu mérite le pouvoir de Migy. Je ne veux donc que tu n’utilise que cette arme. Et en plus tu as vu comment tu est ridicule ? Non mais tu crois que je vais laisser l’élu des yacks se balader en tutu rose ?
-Mais je suis beaucoup moins fort sans ça.
-Ça c’est toi qui le pense. La puissance dégagé par Migy dépend essentiellement de la force mental de son porteur. Alors évidement si tu ne crois pas en elle, elle ne va pas t’offrir un pouvoir illimité. Si tu arrive à me vaincre, tu n’aura plus besoin de cette transformation, je te le promet. Mais reprenons. Je veux que tu me jette cette épée et ce sceptre. Par contre sois prévenu. Même si tu gagne tu ne pourra reprendre que l’épée.
-Quoi ?
-Non, on va tu faire mieux. Tu va me détruire ce sceptre sur le champs.
-Vous rigolez ?
-Rarement, et certainement pas maintenant. Si j’avais voulu rigoler j’aurai plutôt raconter la blague du chasseur et de l’ours bleu. Mais si tu garde ce sceptre tu vas continuer à minimiser ta force. Il t’apporte beaucoup plus de puissance, mais elle n’est issue que d’un accessoire, donc pas réelle. De plus, son apport est fixé par la nature même de l’objet. Ta puissance est donc bridé par celle de l’objet. Tu ne pourra pas progresser si tu continu dans cette voie. La récompense que je te proposerai si tu gagne ne posera pas ce genre d’inconvénient.
-Oui mais si je ne vous bats pas ?
-Tu n’as pas tellement le choix en fait. Je t’explique tes différentes possibilités. Soit tu fait demi-tour, avec le sceptre intact, mais dans ce cas là tu seras contraint de laisser Migy ici. Soit tu combat avec ta transformation et là je suis sur de te vaincre et je te tuerai. Ensuite tu peux choisir de me combattre uniquement armé de Migy. Et là encore deux issues s’offrent à toi. Je te bat et dans ce cas là tu meurt, mais dans de moins atroces souffrances. Ou alors tu gagne et là c’est tout bon, tout le monde y trouve son compte.
-Mouais je n’ai pas vraiment le choix. Je doit vous vaincre uniquement armé de Migy.
-Mais non, je t’ai dit que tu avais le choix.
-Mais vous parlez d’un choix. La mort ne m’intéresse pas pour le moment j’ai beaucoup trop de choses à finir.
-Voilà, donc tu me vire ce tutu, tu détruit le sceptre, tu file ton épée à ton copain et tu me charge, me défait, et tout ira bien dans le plus beau des mondes.

Comprenant la réalité de sa situation, Planqué obéit au gardien.

-Désolé papi Yacki. Mais je vais devoir détruire ton présent si je veux continuer. J’espère simplement que ça ne sera pas en vainc.

Notre yack désactiva alors la transformation, donna Elements à Mag Uss et posa le sceptre à terre. Un étrange mélange d’émotions le tiraillait. Il était sur le point de détruire un des rares présent que son aïeul lui avait offert et qui lui avait rendu bon nombre de services depuis quelques temps. Mais d’un autre coté, il était heureux, en partie parce qu’il pouvait obtenir encore plus de puissance, mais surtout parce qu’il n’aurait plus jamais à porter ce tutu rose.
Il concentra alors une grosse quantité d’énergie dans son bras droit et balança un jet de plasma sur le sceptre qui vola en un millier d’éclats.
Mais un curieux phénomène se produisit alors. Au moment de la destruction du sceptre, Planqué sentit un picotement démarrer du bout des doigts de sa mais droites et remonter lentement le bras. Mais quand il eu atteint la fin de la zone grise de Migy, il se transforma en une brûlure qui arracha un cri de douleur à notre héros. Le sentiment de brûlure continua à remonter vers l’épaule puis s’étendit sur le torse et le cou, lui coupant presque le souffle. Planqué tomba à genoux, à moitié suffocant, quand tout à coup, la douleur disparue. Il reprit alors ses esprits et souleva sa tunique afin de voir ce qui venait de se passer. Migy avait progresser d’avantage sur son corps. Le gant de toilette qui à la base entourait la main, couvrait dorénavant tout le bras et l’épaule droits, ainsi qu’une bonne moitié du torse et du dos et lui enserrait le cou.
Planqué sentit une vague de puissance le submerger.

-Mais que s’est il passé ? demanda Planqué.
-Je te le disais que le sceptre bridait ta puissance. Maintenant que tu t’en est débarrassé, tu pourra utiliser Migy à cent pour cent de tes capacités.
-Mais les autres fois, la douleur n’étais comme ça.
-Oui mais les autres fois la progression n’était pas aussi brusque. A la destruction du sceptre, Migy s’est adapter à ta réelle puissance. Mais à cause de la limitation, Migy avait pris du retard. Ton corps a juste eu du mal a supporter une croissance aussi rapide. Mais ça doit être fini là non ? tu n’a jamais du te sentir aussi bien non ?
-Je ne dirai pas ça, mais presque.
-très bien, alors en garde.

Notre héros bondit alors en direction du gardien, tout confiant de sa nouvelle force. Il concentra le poing et fit jaillir le plasma. Cependant, à sa grande surprise, ce ne fut pas la boule habituelle qui jaillie, mais un jet continu. Le rayon de plasma se précipita sur le gardien immobile, mais peu de temps avant l’impact, ce dernier sorti quelque chose de son tablier et s’en servit comme bouclier.
Planqué fut abasourdit de voir qu’une matière pouvait résister à la chaleur de son rayon et se demanda quel sorte de métal pouvait être aussi résistant. Il concentra alors encore plus le rayon pour monter encore en température, mais rien n’y changea. Il mit donc fin au jet de plasma afin d’économiser son énergie avant de trouver une nouvelle solution pour attaquer.
Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il découvrit le bouclier.
Le gardien tenait dans ses mains un disque jaune pale, mais avec une trace noir là où le rayon avait frappé.

-Quelle est cette matière prodigieuse ? demanda Planqué
-De la pâte à pain.
-O_O
-Et je te remercie de m’avoir offert toute la chaleur dont j’avais besoin.

Il se mit alors à exécuter un mouvement des mains tel un Kazuma chez les Kaysers et le disque prit la forme d’une longue baguette de 2 Nérics de long, à la cuisson parfaite et à l’appétence digne d’un #44.

-Non mais comment vous faites ça ?
-Bah ce n’est que du pain, c’est à la porté du premier venu.
-Oui , sauf que je sais faire du pain, mais pas du comme ça. Il a un truc de pas normal. Il a l’air trop bon.
-Ah ça ! Tu sais, je suis boulanger de formation, j’ai participer à bon nombre de nombre de compétitions lorsque j’était plus jeune. On m’a même surnommé « El Pane ». J’ai toujours été doué pour faire du pain, alors je me suis dit que je tenait la un nouveau style de combat. Mais très de bavardage. Voyons comment tu t’en sort face à mon Yaki-pan #9. (et sans le vouloir réussi à faire un pur jeu de mot sur cette prodigieuse série, mais si, prenez le début du premier mot et la fin du second. Eh mais en fait. Si ça se trouve c’est eux qui ont copié. Ils ont juste rajouter le japan pour que ça passe mieux dans un manga. Je vais porter plainte pour plagiat. Ils me doivent des royalties. )
-Mais comment de la pâte à pain peut elle résister à un rayon de 3000°C ?
-Ça je ne te le dirai que si tu arrive à me vaincre.
-Sauf que ça me serait bien utile pour y arrivé, à te vaincre.
-Oui, mais ça serait trop simple et on y perdrait beaucoup d’intérêt. Allez c’est à moi d’attaquer maintenant.

Le gardien mena donc son assaut face à un Planqué qui se contenta d’esquiver la lance de pain.

-je vois dit le gardien, tu te défend. Tu arrive à esquiver une bonne partie de mes coups et tu te contente de parer le reste avec ta main droite. Mais tout ceci n’était qu’un échauffement. Voyons comment tu t’en tire quand je deviens un poil plus sérieux. Technique du Yaki-pan #14 dit de la baguette épi.

Le pain dans la main du gardien se mit a diminuer en taille jusqu'à présenter la longueur réelle d’une baguette.

-essayons maintenant un assaut de plusieurs lance en simultané.

A la grande stupéfaction de Planqué, le gardien n’esquissa pas l’ombre d’un mouvement, mais le pain passa quand même à l’attaque. Les sept morceau de la baguette épi s’agrandir chacun indépendamment et foncèrent sur notre héros. Esquiver une lance n’était pas spécialement difficile. En éviter sept allait être une autre histoire.
La première solution qu’il imagina fut de reculer, en pensant que les lances ne pourrait pas s’étendre trop loin de leur base. Mais après avoir fait plusieurs fois le tour de la caverne, il comprit qu’il n’existait pas de limite à l’extensibilité de la baguette, aussi improbable que cela puisse paraître. Planqué s’arrêta alors de courir et fit front.

-Si ce pain résiste à la chaleur, il ne sert à rien d’essayer de le brûler. Et je ne suis pas sûr de parvenir à une température beaucoup élevé que tout à l’heure. Mais il reste du pain, et le pain est facile à couper. Si seulement il m’avait laissé Elements. mais il me reste une autre solution, mais est ce réalisable.

Il concentra alors son énergie dans son bras droit afin d’émettre un rayon de plasma. Il se concentra encore plus afin de maintenir la taille de celui-ci à environ un demi Néric de long. Il réduisit ensuite la largeur dur rayon et son épaisseur afin de lui donner la forme d’une lame. Il effectua alors un mouvement circulaire et le bout pointue des quatre lances les plus proche de lui tombèrent sur le sol inertes, rendant inoffensive plus de la moitié des épis.
Toutes les lances se retirèrent alors et la baguette repris sa forme initiale.

-Je doit te dire bravo, je vois que tu maîtrise Migy de mieux en mieux. Tu arrive même à contrôler la forme du rayon d’énergie émit. Allez, passons à la suite. Yaki-pan #42 ou technique de la boule froment.

Le maître boulanger yack alors exécuta de nouveau mouvements avec mains et la baguette épi pris la forme d’un pain en boule. De la poche centrale de son tablier, il sorti un long couteau. Il lança alors le pain en l’air, le découpa en vol, remit le couteau à sa place, et, au moment les tranches de pain arrivèrent au niveau de son torse, il les projeta vers Planqué. Les tranches se mirent alors à tourner sur elles mêmes et à prendre de la vitesse. Notre héros prépara sa lame de plasma, peu inquiet face à ce nouvel assaut. Mais des craintes naquirent lorsqu’il vit une des tranches traverser un rocher en le réduisant littéralement en miettes. Ainsi germa en lui l’idée qu’il valait mieux éviter ce pain là.
Il se mit alors à courir en diagonal afin d’éviter les étoiles ninja sauce farine. Une fois toutes les tranches dépassées, il se retourna afin de les voir continuer leur chemin et se planter dans un des murs de la caverne. Mais à son grand étonnement, les tranches de pain entamèrent un virage sur la droite et reprirent la direction de leur cible.

-Tu n’imaginais quand même pas que ça serai aussi simple ? le nargua le gardien. Les lances de la baguette épi t’ont poursuivit dans tout la caverne. Pourquoi est ce que ça serait différent là ?
-Mais comment un bout de pain peut-il savoir où je me trouve ?
-Tout simplement parce que c’est moi qui le dirige et que je sais très bien où tu te trouve, moi.
-Je vois donc où est le point faible, annonça Planqué en changeant brusquement de direction.
-Trop prévisible fiston, murmura le gardien.

Et alors que Planqué se dirigeait sur le gardien, Migy chargée, toujours poursuivit par les tranches de pain « scie circulaire », il comprit son erreur. Le gardien ne les avait pas toutes lancées à sa poursuite, parce que dix nouvelles tranches venait de jaillir de derrière son dos et avançait maintenant face à notre héros.
Maintenant attaqué à la fois par l’avant et l’arrière, Planqué fit le compte de ses possibilités. :
-il était maintenant impossible d’attaquer le gardien de face, sans avoir à se frotter au pain.
-la fuite en arrière était tout bonnement hors de question.
-il pouvait toujours tenter de fuir sur le coté, mais dans ce cas là, encore plus de tranche se jetterai à sa poursuite, et Schlavbeuk seul savait combien de tranches le boulanger avait encore à disposition. Planqué se pensait dans l’impasse quand un nouveau scénario lui sauta au yeux. Mis oui, la voilà la solution.
Il se mit alors à concentrer fortement son énergie et la fit explosé sur lui même. Enfin pas exactement sur lui même (n’ayez pas peur, il a pas encore perdu les pédales notre yack), disons plutôt à ses pieds. Un gigantesque nuage de fumé et de terre s’éleva quasiment jusqu’au plafond. Ainsi complètement masqué, Planqué mit son plan en action.
Le boulanger, ignorant la position exacte de son adversaire réagit en conséquence et modifia la trajectoire de ses tranches de pain. Elles se placèrent en un cercle dont le centre était la position de Planqué avant l’explosion. Le boulanger rectifia aussi la hauteur des tranches afin que celles-ci ne volent plus qu’à cinquante 30 centinérics au dessus du sol. Ainsi, Planqué serait touché, même allongé au sol. Et s’il avait sauté, eh bien dans ce cas ce serait encore plus simple.
Lorsque les tranches pain se rejoignirent au centre de la colonne de fumée, le gardien tendit l’oreille afin d’entendre l’explosion qui indiquerait la mise en contact entre le yack et le pain. Mais il fut surpris de ne rien entendre. Non, ce qui le surpris vraiment fut la masse noire qui émergeât de la colonne de fumée à 150 Nérics de haut et qui lui tombait droit dessus.

-Quelle erreur gamin. Moi qui pensait que tu avais du potentiel. Balancer un rocher en l’air pour me le faire retomber dessus en pensant que c’est toi qui attaque. Je sais très bien qu’il est impossible d’attaquer en sautant, car dans ce cas là, même si tu dispose d’une puissance énorme, tu ne peux contrôler ta direction. Tu fais donc une cible parfaite.

Le gardien fit alors un bond de deux Nérics en arrière.

-Donc si tu n’es pas dans le nuage, c’est que tu es…

les tranches de pain s’élevèrent alors brusquement vers le ciel pour replonger de plus belle vers le sol dans une explosion assourdissante.

-…dans le sol.

Un énorme cratère s’étendait maintenant devant le gardien qui commença à le scruter pour retrouver le cadavre du soit disant élu. Mais à peine eut il jeter son premier regard sur la gauche qu’il sentit le haut de son tablier lui tomber sur les genoux. Baissant les yeux pour comprendre le pourquoi de cette anomalie, il aperçu contre sa gorge la fine lame de plasma. Cette dernière venait juste de trancher la cordelette du tablier et ne demandait qu’à trancher quelque chose de plus consistant.

-On peut donc considérer que j’ai gagné non ? dit Planqué d’un air satisfait.
-Nous dirons que oui, avoua le gardien d’une voix neutre. Tu étais caché dans le rocher qui tombait du ciel, c’est ça ?
-Oui. En élargissant le rayon de plasma j’ai pu y creuser facilement un grand trou où j’ai pu me faufiler. J’ai ensuite profiter de l’explosion pour dévier le rocher, atterrit derrière vous en douceur et attaqué par derrière.
-Finement joué, je dois avouer. Mais qu’aurais-tu fait si j’avais directement attaqué le rocher ?
-Aucun risque. J’avais développé une couche d’énergie protectrice sur la partie inférieure du rocher. Vos pains auraient été inefficace. La solution aurait été de vous attaqué directement à moi par la partie supérieure du rocher. Mais encore fallait il le savoir.
-Très bien, très bien. Tu as passé l’épreuve. Si tu pouvais retirer cette lame de ma gorge histoire que j’aille chercher ton présent. En plus, la chaleur commence à me roussir le poil.
-Désolé, fit Planqué libérant le gardien de son emprise. Mais sinon, j’aimerai savoir comment ça se fait que votre pain résiste à de telles températures ? Même du métal n’y résisterait pas.
-C’est tout simple. Il suffite de régénérer, j’entend par la pour la farine mais surtout les levures, à la même vitesse que le rayon les détruits. Je pense que j’aurai même pu faire en sorte que le pain grandisse pendant ton attaque. Mais après j’aurais eu du mal à faire cuire une aussi grande pâte.
-Mais attendez, c’est possible de faire ce genre de trucs avec du pain ?
-Bah on a bien vu des boites de conserves volantes, alors pourquoi pas du super pain.
-C’est vrai qu’on est plus à ça près.
-Bon, allons chercher ton présent.

Le gardien se dirigeât alors vers la grand statue du gant de toilette au fond de la caverne. Il y ouvrit une petit porte dans le socle et en sortit un petit coffret.

-Dans ce coffret se trouve une relique provenant du créateur de Migy. Grâce à elle tu pourras en connaître plus sur ton arme et mieux contrôler sa puissance. Tiens, prend le.

Planqué prit donc le coffret et ouvrit le couvercle.

-Mais qu’est ce donc que cette chose noir et ronde exactement.
-Sort la du coffret et tu le sauras.

Notre héros empoigna donc l’étrange objet et l’étudia plus attentivement.
De forme quasi-sphérique, mais d’une matière inconnue, à la fois douce, molle, rugueuse, fibreuse. Mais Planqué ne comprenait toujours pas l’utilité de cette chose.

-Et que suis je sensé faire ce cette chose là ? demanda notre yack, de plus en plus intrigué.
-Je pense que l’on peut considérer cette relique comme une pièce d’armure.
-Hein. Mais c’est tout mou, comment voulez vous que ça protège quoi que ce soit ?
-Les choses ne sont pas toujours ce qu’elles semblent être. Essaye le et tu verras.

Et Planqué obéi. Il enfila le soit disant casque et un curieux phénomène se produisit en lui. Une quantité innombrable d’images et de pensées pénètrent son esprit.

-Alors, comment tu te sens élu ?
-Bizarre. Mais je ressent une envie pressante d’enfiler un pantalon patte d’eph et une chemise à carreau blanc et orange avec un col à froufrou…..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Magus
Nain-dispensable


Inscrit le: 20 Jan 2005
Messages: 982
Localisation: Dans quel Etat j'erre ?
vm.gif

MessagePosté le: Jeu Jan 05, 2006 11:46 am    Sujet du message: Répondre en citant

[Attention! Ceci est un aparté et n'a aucun rapport avec la-dite histoire citée au-dessus.

Nan c'est mieux de prévenir car sinon, les lecteurs assidus que vous êtes ne comprendraient plus rien au déroulement logique (ou pas) de l'aventure. Vous en viendrez alors à maudire Jecht pour le restant de vos jours en espérant qu'il finisse misérablement sa vie empallé sur un hérisson bleu de passage à la recherche d'anneaux dorés dans la zone de l'herbe verte (communément appelé "Green Hill Zone"), chose qu'il ne mérite nullement, le pauvre. Lui qui a toujours le grand de désir d'avoir une mort dans les bras d'un plombier trappu moustachu, ce serait le drame de sa vie, voire de sa mort.

Et comme un homme averti en vaut deux (c'est comme ça que les accidents d'ascenseur arrivent. On avertit un homme et pouf, on dépasse la limite max de personnes Shocked ), il était préférable de vous prévenir afin d'éviter la rage que pourriez accumulée face à l'incompréhension de l'histoire et qui en amènerait à la conclusion déjà expliquée au-dessus (oh faut suivre les gens!).

Bref, ceci n'est qu'un commentaire de ma part qui, comme tout commentaire venant de moi, ne servira à rien dans ce contexte et se révèlera tout aussi inutile qu'une rediffusion d'un match de curling (à ce point-là, oui).]


Mais... Mais... c'est qu'il y a une référence à un personnage siouper classe dans ton histoire Shocked
Je n'avais même pas remarqué (pour la petite info, c'est un des personnages qui apparait dans l'avant-dernier chapitre et qui appartient à une race pur classe).
Rien que pour ça, je crois que je vais enfin m'y mettre à la lecture complète de ton histoire Rolling Eyes Smile


jecht a écrit:
Les CoeurBi ne sont pas connus pour leur intelligence ni pour leurs annalyses de situations (beaucoup plus connus pour leurs blague à deux balles, genre : que fait on avec des testicules de dauphin? Des boules de flipper !!! pitoyable, non? Very Happy )

-_-'
Va creuver dans l'enfer des hérissons (bleus de passage à la recherche d'anneaux dorés...) Shocked


[Attention! Ceci est un aparté pour indiquer que l'on arrive à la fin de l'aparté.
Vous pouvez maintenant éteindre votre télévision et reprendre une activité normale (vous pouvez aussi continuer la lecture de l'histoire de Jecht Smile ).
A tchao, bon dimanche Mr. Green ]
_________________
C'est en coupant du bois que Léonard de Vinci.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail Visiter le site web de l'utilisateur MSN Messenger
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Nainwak's World Index du Forum -> Rêve de nains Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page 1, 2  Suivante
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum


Powered by phpBB © 2001, 2002 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com